Direction la Belgique et le pays de la bonne bière pour s’entretenir avec Laura Crowe, musicienne à plein temps et avide de Rammstein et de Lana Del Rey.

​Tu chantes depuis très longtemps ! Comment t’es venue ta passion pour la musique ? Parle-nous d’une étape qui a marqué ton parcours musical​.
Aussi loin que remonte ma mémoire, j’ai toujours aimé chanter ! Que ce soit les grands classiques de Disney étant jeune enfant en passant par des reprises de morceaux en anglais (comme  »Barbie Girl » d’Aqua) dont je ne comprenais évidemment pas un seul mot à l’époque, les prestations aux Fancy Fairs de l’école et aussi mon groupe de métal quand j’étais ado. La musique me fait vibrer depuis toujours. Et une chose est sûre, c’est que cette passion s’est nourrie de l’enthousiasme et des retours très positifs de mes proches: famille, ami.e.s et professeurs. Il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir bénéfique que peut avoir son entourage dans ce genre de processus.

Ce qui a vraiment marqué un tournant dans mon parcours musical, c’est sans nul doute ma rencontre avec le producteur (maintenant binôme et ami) Eric Renwart. On s’est si bien entendu qu’on a très vite commencé à bosser ensemble. Au départ sur des titres qu’il avait « en stock » et ensuite sur nos propres tracks. C’est de cette rencontre humaine et musicale qu’est né notre duo : « Laura Crowe & Him ».

À quel moment as-tu réalisé que tu voulais en faire ta profession​ ?
C’est un milieu qui m’a toujours attirée et fascinée. Ado, je me souviens, j’étais fan d’un groupe de métal symphonique Within Temptation, j’avais reçu le DVD d’un de leur live et en le visionnant, j’ai eu plein de frissons. J’étais tellement prise par l’émotion que je me rappelle même avoir pleuré tellement c’était fort. Et là, je sais que je me suis dit  »un jour Laura, c’est toi qui sera sur scène pour essayer de faire ressentir aux autres ce que tu viens de ressentir à cet instant ». Et je pense que l’envie d’en faire ma profession a démarré ce jour-là. Ça a fait naître en moi une étincelle et même si avec les années, je l’ai un peu laissée de côté le temps de mes études, j’ai malgré tout continué à l’alimenter régulièrement. Ce n’est qu’une fois diplômée que je me suis dit  »c’est le moment, vas-y… c’est maintenant ou jamais ».

Comment s’est passée la rencontre avec Eric Renwart​ ?
On s’est rencontré pour la toute première fois en studio dans le cadre d’un projet d’album pour lequel on m’avait proposé d’interpréter quelques morceaux. C’était pour moi un retour en studio après un long moment et je me souviens que j’étais très stressée. Eric s’est vraiment montré super cool et rassurant. A la fin de cette session, il m’a dit qu’il trouvait que j’avais du talent et qu’il serait ravi un jour qu’on bosse ensemble. Cette info n’étant pas tombée dans l’oreille d’un sourd, j’ai directement repris contact avec lui à la fin de mes études. Et, c’est à ce moment-là, qu’on a réellement appris à se connaître. Ça matchait tellement bien entre nous sur le plan humain et musical qu’on a très vite décidé de collaborer ensemble.

Après deux albums en 2018 et 2019 respectivement, cette année si particulière t’a t-elle poussée à créer, à composer autrement ? / ​Comment as-tu gardé une routine musicale productive​ ?
C’est assez paradoxal car la situation inédite que nous vivons est à la fois extrêmement compliquée et angoissante mais en même temps je dois avouer qu’elle est aussi synonyme de créativité ! Pendant le premier confinement, on a passé un moment sans se voir Eric et moi et même si ce n’était pas facile, on a quand même réussi à garder un certain rythme, à toujours poster du contenu malgré tout (cf.  »Quarantine Sessions » sur notre chaîne Youtube) et à composer entre autre notre dernier single  »I Don’t Want Your Lovin’ » qui a rencontré un beau succès ; ce qu’on a vécu comme une belle reconnaissance et un signe qu’il ne fallait surtout pas baisser les bras. C’est sûr qu’il a fallu dans un premier temps un peu changer notre manière habituelle de travailler. Comme on fait tout à deux, c’était difficile d’être chacun bloqué chez soi. Du coup, je ne cache pas que ça a été un réel soulagement d’à nouveau pouvoir se retrouver.

Durant la période où on a pas pu se voir, j’ai pas mal rythmé mes journées avec la reprise du piano. J’avais commencé quelques mois avant le confinement et j’avais un peu laissé ça de côté, mais comme j’avais plus de temps devant moi, ça m’a donné envie de m’y replonger. C’est devenu mon objectif et ça m’a pas mal aidé à rester focus. C’était une chouette occupation musicale en plus que de bosser à distance sur le projet, continuer à alimenter nos réseaux sociaux,…

En fait, je pense que cette situation nous a, en quelque sorte, boosté et nous a aussi permis de travailler de manière peut-être encore plus efficace qu’auparavant. On a cette rage d’avancer et de continuer à se surpasser. On pense déjà à  »l’après », quand on pourra remonter sur scène et jouer nos nouveaux titres devant le public et ces pensées positives nous poussent à rester productifs et motivés. Actuellement, on transforme notre frustration de ne pas pouvoir jouer en live en force créatrice.

Paroles ou mélodie en premier​ ?
Ça dépend. Mais le plus souvent je dirais quand même la mélodie. Ce sont deux approches différentes mais complémentaires. L’avantage de commencer par la mélodie est que c’est la première chose que les gens retiennent dans une chanson. Si on sait qu’on tient une bonne mélodie et qu’elle reste en tête, on peut se mettre à l’écriture. De ce fait, on peut aussi mieux définir les contraintes auxquelles notre texte sera soumis. Souvent aussi pour moi, l’idée de mélodie induit une thématique. Une suite d’accords va m’inspirer pour écrire.

Studio ou concert​?
Honnêtement, les deux. En fait, si on réfléchit bien, l’un ne va pas sans l’autre ! Il faut d’abord créer, expérimenter et enregistrer des titres avant de pouvoir les proposer en live au public.

Ce que j’aime dans le travail studio, c’est la créativité. Dans notre cas, comme on a notre propre home studio, ça nous permet de faire plusieurs aller-retours sur un même titre, de tester des choses un peu à volonté. Et le sentiment qu’on ressent lorsqu’on sent qu’on tient quelque chose de vraiment bon, est juste incroyable.

Mais il est vrai que le sentiment fantastique qu’on ressent lorsqu’on est sur scène et qu’on joue le fruit de nos heures de création devant un public est difficilement égalable. C’est enivrant. J’adore le partage et la connexion qui se créent avec les spectateurs.

​Je te sais multilingues ! Te verrais-tu chanter dans d’autres langues que le français et l’anglais ? Pourquoi (pas)​ ?
J’adore étudier et parler dans d’autres langues. Je me suis d’ailleurs très récemment replongée dans l’étude de l’Allemand, qui est une langue que j’affectionne particulièrement. Mais malgré ça, au niveau musical, pour le moment du moins, l’anglais et le français me vont très bien. J’aime la musicalité de ces deux dernières et je n’ai pas envie de trop m’éparpiller non plus. Qui plus est, je trouve que pour écrire des textes intéressants et pertinents, il faut avoir un certain niveau de connaissance dans la langue.

Avec quel(le)s artiste(s) aimerais-tu travailler​ ?
Honnêtement, il y a en a pas mal ! Mais je vais m’efforcer de réduire la liste aux deux principaux. Ca va sans doute en surprendre plus d’un.e mais j’adorerais un jour pouvoir faire un duo avec Till Lindemann (chanteur des groupes Rammstein et Lindemann). Je suis une grande fan du personnage et de ses projets musicaux toujours très recherchés surtout au niveau visuel. Je trouve qu’il a un charisme fou et une voix qui vous prend aux tripes. Dans mes rêves les plus fous, j’aimerais également avoir la chance de rencontrer et de faire un feat. avec Lana Del Rey. Son univers pop retro-dreamy et sa personnalité à la fois douce et engagée me parlent beaucoup.

​Tes albums sont labellisés  »pop/indie/alternative/synth pop ». J’ai vraiment l’impression que tu aimes explorer ! Il y a un genre de musique que tu te verrais expérimenter davantage​ ?
Depuis que je me suis lancée dans la musique, je suis passée par pas mal de styles. Les premiers morceaux sur lesquels on a travaillé avec Eric étaient plutôt orientés pop/folk/rock. Lorsqu’on a pris la décision de se présenter en duo, notre style a évolué vers de la pop électro qui était d’ailleurs la couleur dominante de notre EP  »Our Chemical Soul » sorti en 2018.

Quand je jette un œil sur ma playlist, je me rends compte que j’écoute vraiment beaucoup de styles musicaux différents. Du coup, quand je me suis lancée dans la musique, je me sentais un peu comme devant un buffet à volonté ; j’avais envie d’un peu tout tester. Au début, on part un peu dans plusieurs directions, on expérimente, on se cherche artistiquement. Mais j’ai vraiment la sensation qu’avec le temps, et la sortie de notre premier

album  »LC&H », qui nous a permis d’encore plus affiner nos prods, nous avons trouvé notre style, que l’on qualifie d’ailleurs comme étant : Pop + Synth + Dark + Soul. Pour s’imposer, il est important d’avoir un son qu’on reconnaît ; on continue à développer notre patte et notre univers dans ce sens. C’est un travail pas si évident qu’il n’y paraît mais c’est en même temps très grisant. Le but est qu’avec le temps, l’auditeur en entendant un de nos morceaux puisse nous reconnaître sans même avoir entendu ou lu notre nom. Après, je pense aussi que tout est une question d’équilibre subtil et qu’on continuera malgré tout de faire évoluer notre son en y intégrant des références à d’autres styles et/ou sous-genres musicaux. On aime avoir une couleur musicale reconnaissable mais on aimera toujours aussi surprendre nos fans.

​Il y a une chanson que tu aimes particulièrement jouer sur scène ? Laquelle et pourquoi​ ?
En lisant cette question, le premier morceau qui m’est venu à l’esprit est :  »My Chemical Soul ». Ce titre est le premier qu’on a composé dans une vibe pop électro mais aussi le premier qu’on a sorti en tant que duo. Il marque véritablement un tournant positif et musical dans l’histoire du projet. J’apprécie également la thématique qu’on y explore; à savoir : l’amour comme un élément à la fois chimique, que l’on peut décortiquer et expliquer scientifiquement, et magique qui lui ne s’explique pas…  »My Chemical Soul », même s’il n’est pas notre morceau le plus récent, est l’un de ceux qui me donne toujours autant de frissons quand je l’écoute et quand on le joue en live. Il me transporte. En fait, c’est un des titres qu’on a composés dont je suis la plus fière.

​​Ton meilleur souvenir sur scène​ ?
Notre concert de release d’EP au Botanique en 2018. On a fait sold-out à la Rotonde et c’était juste un moment fantastique de partage avec le public. Je me suis sentie transportée par la foule venue en masse. Les gens chantaient nos morceaux, dansaient, on sentait qu’ils passaient un très bon moment,… quelle soirée inoubliable ! C’était un bel aboutissement et un bel accueil de notre premier EP. On a vécu un super concert. On avait sincèrement une belle connexion et une chouette connivence avec nos musiciens sur scène et ça se ressentait. Bref, avec nos concerts en festival l’été 2017, ça reste un de mes plus beaux souvenirs jusqu’à présent.

​Ton pire souvenir musical (scène, studio, plateau TV)​ ?
Il y a 2 ans, on était occupé à bosser dans le studio qu’on occupait à l’époque quand subitement, j’ai commencé à me sentir très étrange. Je me rappelle que je devais enregistrer une courte ligne de chant et rien à faire, je n’y parvenais pas. Voyant que les tentatives n’étaient pas concluantes, j’ai proposé à Eric qu’on fasse une pause et c’est à ce moment-là (il faut savoir que nous étions dans un sous-sol donc sans fenêtre et issue de secours…) qu’à travers la porte vitrée qui menait du studio au couloir d’entrée et à la petite cuisine, j’ai vu plein de fumée. Un incendie s’était déclaré au premier niveau. Ça a vraiment été un grand moment de stress. J’ai eu la peur de ma vie. Heureusement, on a quand même eu assez de temps pour s’échapper par la porte d’entrée. Les pompiers sont arrivés rapidement sur place et ont pu circonscrire l’incendie sans trop de difficultés. Par chance, nous n’avons quasi rien perdu de notre matériel qui était entreposé près de la cuisine. Donc au final plus de peur que de mal. Mais j’avoue que quand j’y repense, ça me fait froid dans le dos.

Que voudrais-tu faire passer comme message à tes fans et/ou aux autorités culturelles belges en cette période difficile pour les arts vivants​ ?
Mon message pourrait se résumer comme suit : Mesdames, Messieurs les politiques, ouvrez les yeux ! Tout comme l’éducation, la culture est un des piliers d’une société saine, épanouie et riche de savoir !

La non considération que subit le secteur depuis le début de cette crise a atteint le seuil de l’intolérable. Et en plus de ça, il a fallu que l’on colle cette insultante étiquette sur nos métiers…  »non essentiels ». Peut-être que ces personnes mêmes qui prennent les décisions sont celles qui oublient bien vite que lorsque leur journée est finie, elles montent dans leur voiture et mettent de la musique pour se vider la tête. Et qu’une fois rentrées chez elles, elles vont sans doute à un moment allumer la télévision pour se divertir devant un bon film ou la retransmission du dernier spectacle de leur humoriste préféré ou encore une émission mettant en scène des acrobates, des jongleurs,…. D’autres vont peut-être passer sans plus trop y faire attention devant une toile qu’elles ont achetée quelques années auparavant pour décorer leur intérieur. D’autres encore feront peut-être le choix d’aller s’installer confortablement dans leur lit un peu plus tôt que d’habitude pour avancer dans ce chapitre si palpitant du livre qu’elles ont

commencé quelques jours plutôt. Mais non, quand vient l’heure de prendre des décisions importantes, ces mêmes personnes ne songent plus à tout ça… Et elles collent sur des dizaines de milliers de “vendeurs de rêves” la terrible étiquette  »non-essentiel ». Et pourtant, l’art est partout. Ne pas investir dans l’art (et les nombreux métiers qui gravitent autour), c’est ne pas miser sur l’avenir et sur la richesse de son héritage. Alors s’il vous-plaît, Mesdames, Messieurs les politiques, ouvrez les yeux et commencez à considérer ces métiers, nos métiers comme un vrai travail… essentiel, pas comme un simple hobby qu’on va rechercher au fond d’un tiroir ou auquel on s’adonne pour se détendre ; contrairement à vous qui le consommez.

A côté de ça, je voudrais sincèrement remercier nos fans et toutes les personnes qui nous écoutent pour leur soutien et leurs témoignages d’amour ! C’est si précieux. Un artiste ne peut au final pas prétendre à grand chose sans un public fidèle qui le suit. C’est ça qui est merveilleux dans l’art, c’est un métier où le partage est essentiel. Le spectateur a besoin de l’artiste pour le faire rêver, voyager, s’évader du quotidien… tout comme l’artiste a besoin du spectateur pour s’épanouir et exister. C’est une formidable symbiose. Et il n’est pas de sentiment plus grand pour un artiste que de savoir que d’autres personnes apprécient le fruit de son travail.

Ton plus gros challenge pour 2021 en tant que musicienne​ ?
A titre purement personnel, mon gros challenge musical de cette année est de continuer mon apprentissage de ce merveilleux instrument qu’est le piano. Je chante depuis des années mais je n’avais encore jamais passé le cap d’apprendre à jouer d’un instrument. Et qui sait si tout se passe bien, quand les concerts reprendront, peut-être qu’on pourra également me voir derrière un instrument !

Avec Laura Crowe & Him, on compte bien tout mettre en œuvre pour continuer à développer notre projet et à gagner en visibilité. Écrire/composer des singles et simultanément rechercher de nouveaux partenaires sont nos principaux objectifs pour cette nouvelle année. Attendez-vous d’ailleurs à bientôt avoir du nouveau son dans vos oreilles… 2021 here we go ! [Krisztina Kovacs]

lauracroweandhim.bandcamp.com

A propos de l'auteur

Articles similaires