Le Greenfield fut l’occasion pour nous de passer quelques minutes en tête à tête avec Justin Sane, frontman d’Anti-flag. Un entretien avec un homme simple et engagé, aussi vrai sur scène qu’à la ville.

Qu’est-ce qui t’inspire pour écrire des titres aussi forts et puissants ?
Justin Sane : Ma raison principale de faire de la musique est de dire aux gens qu’ils ne sont pas seuls. C’est facile de se sentir seul et isolé quand tu fais partie de cette culture ‘anti-establishment’. Quand j’étais enfant, je ne rentrais pas dans le moule. Je ne pensais pas comme les autres enfants, je ne m’adaptais pas à l’école, je n’étais pas ‘cool’… Pour moi, à travers Anti-Flag, il est important de dire à toutes ces personnes qui mènent un style de vie alternatif qu’elles ne sont pas seules, que c’est un choix tout à fait respectable. C’est vraiment ce qui me pousse à faire de la musique, c’est aussi ce que nous avons fait avec notre dernier album, ‘American Fall’. Nous avons voulu dire aux personnes persécutées qu’elles ne sont pas seules et que nous allons nous battre à leurs côtés si elles sont attaquées – par des gens comme Donald Trump par exemple. C’est important pour nous de pouvoir dire à ces personnes que nous sommes avec elles. C’était ma principale source d’inspiration pour le dernier album.

Dirais-tu que la musique se doit d’être engagée à l’heure actuelle ?
Je pense que les gens doivent écrire et faire de la musique en se basant sur ce qui les inspire. Pour moi, c’est les problèmes sociaux, mais pour certains ça peut être des chansons d’amour, et c’est bien comme ça ! Ça dépend vraiment de ce qui t’inspire. Pour moi, c’est important d’avoir un message, c’est pourquoi j’ai autant de plaisir à faire de la musique.

Vous venez de Pittsburgh, mais tu crois que votre musique serait différente si vous viviez dans un autre pays ?
Oh oui ! Je pense que la plupart des artistes sont inspirés par ce qu’il se passe autour d’eux. Je suis comme ça aussi, c’est la structure sociale, le fait que nous avons grandi d’une certaine manière qui m’inspire et vivre aux Etats-Unis en sachant qu’il y a le potentiel de faire beaucoup de bien. Mais il y a tellement d’atrocités ! Maintenant, il y a des camps où les migrants Mexicains sont séparés de leurs enfants. C’est affreux ! On dirait une opération de la Seconde Guerre mondiale menée par les nazis. C’est terrible que ça se passe à l’heure actuelle aux Etats-Unis. Je ne sais pas comment on peut ne pas s’indigner face à cela.

Parle-nous des causes que tu défends.
Amnesty International est une organisation en laquelle nous croyons beaucoup. Je pense qu’il est vraiment primordial de se battre pour les droits humains. J’ai beaucoup de respect pour eux et je suis très content de travailler à leurs côtés. Si tu es intéressé-e par devenir un-e activiste, c’est une organisation qui rend l’implication très facile et qui crée un réel changement. Alors toi, qui nous lis et qui veux t’engager, rejoins Amnesty International, c’est pas très compliqué et vraiment important. Sinon, je soutiens énormément les organisations contre la maltraitance animale, que ce soit Peta ou Sea Shepherd. Encore une fois, si tu veux devenir activiste, une chose que tu peux faire qui produira un énorme changement, c’est adopter un régime végétarien ou végan, parce que ça va réduire ton empreinte carbone de moitié. Ça permet aussi de comprendre les autres êtres vivants. Ce que je veux dire, c’est que si tu as un chien ou un chat, tu ne vas probablement pas le tuer et le manger, parce que tu l’aimes. Et je ne pense pas qu’il doive en être autrement pour une vache ou un cochon. Le fait est que l’on a juste moins d’interactions avec ces animaux, mais ils ont aussi des sentiments et il est important de les comprendre. Et c’est pour cette raison que j’encourage vraiment à être végétarien-ne. [PE]

anti-flag.com

Fiche CD
Nom de l’album : ‘American Reckoning’
Label : Spinefarm
Note : 4/5

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.