Il aura fallu attendre la sortie de leur cinquième album pour comprendre ce que j’aime chez Uncle Acid & The Deadbeats: j’éprouve le même plaisir pas si coupable à l’écoute de leurs nouveaux albums qu’à la vision d’un film de Tarantino: dans les deux cas on a affaire à des oeuvres ultra-référencées, références souvent inconnues du grand public et imposées comme un langage universel gravé dans le marbre. Et l’alchimie fonctionne, on en prend systématiquement plein la gueule et à la fin on en redemande. Ce nouveau ‘Wasteland’ ne fait pas exception à la règle: on prend la même formule tout en incorporant un peu plus de mélodies, une dose généreuse de synthétiseurs vintages et une bonne louchée de gras (si c’était encore possible). L’influence indéniable d’Iron Maiden suinte par tous les orifices de ce nouvel album, le pinacle étant le morceau ‘Blood Runner’ que n’aurait pas boudé le Steve Harris du début des années 80. Et qu’on se le dise, Iron Maiden + votre rédacteur = changement de sous-vêtement instantané. Ces 8 titres donnent l’impression d’être issus de la bande son d’un giallo oublié dans une salle de projection poussiéreuse, à l’instar de l’OST écrite par Goblin pour le film ‘Suspiria’ de Dario Argiento (si tu ne connais pas, fonce); que je rêve de voir un jour un film illustrer la musique de l’Oncle Acide et de ses Bons à rien! Au final, on ressort de ces 47 minutes avec une seule envie, presser la touche ‘repeat’ de son Walkman tout en contrôlant qu’on ait bien un paquet de Pampers à portée de main.

www.uncleacidband.com

Note : 4.5

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.