Troy Van Leuwen en a vu de la route, entre ‘Like Clockwork’ et leur nouvel album produit par Mark Ronson, ‘Villains’. Lui et son acolyte Josh Homme se sont retrouvés en tournée avec Iggy Pop, leur héros de toujours. De quoi faire le bilan sur ces mastodontes qui arrivent toujours à être émerveillés.

Quel effet ça fait de se retrouver au volant de la machine QOTSA après une si longue pause ?
QOTSA, c’est ma maison, c’est notre vaisseau-mère. On a vu le monde, on en est revenus, et on parle de ce qu’on a vu à notre Mère. C’est toujours ce sentiment de retourner à l’école (rires), tu sais plus où moins ce que tu fais mais il y a toujours cette partie incertaine. 

Tu t’es retrouvé avec Iggy Pop pendant un moment !
Oui, et ça c’est un truc de malade! Iggy et ses amis ont été adorables. Avoir la chance de jouer des albums qui ont changé ta vie, c’est un des plus grands honneurs que tu peux avoir dans ta carrière. Cela nous a beaucoup appris sur comment changer, se remettre en question. Personnellement, j’étais aux anges, et la seconde où l’on est rentrés de cette tournée, on s’est dit qu’on allait enregistrer un album. Donc en soit, il y a beaucoup d’Iggy sur ‘Villains’. Cela a été l’étincelle qui nous a tous remis au travail.

Cet album est effectivement plus aventureux, il y a une certaine sorte d’urgence sur ‘Villains’ qu’il n’y avait pas auparavant.
‘Like Clockwork’ était assez sombre et introspectif. Pour en revenir à Iggy, je comparerais ‘Like Clockwork’ à ‘The Idiot’ et ‘Villains’ à ‘Lust For Life’. Il y a un mouvement constant qui t’aspire à bouger, à t’amuser, à agir. Il a un côté très dansant, bien qu’il y ait une certaine noirceur. Pour vraiment t’éclater, il faut oublier ce que tu fais, couper les ponts, aller de l’avant et ne pas trop réfléchir. Tout le groupe regardait dans la même direction lors de l’enregistrement de ‘Villains’. C’est sûrement la raison pour laquelle je voulais l’enregistrer en live : nous sommes un groupe de scène Pour capturer cette énergie, cette spontanéité, il faut enregistrer en live. Mark Ronson était très enthousiaste à cette idée, et c’est lui qui s’est occupé de régler nos amplis pendant qu’on ne se consacrait qu’à la musique. Mark vient d’une scène musicale différente, mais c’est un mec incroyable, avec un talent de fou : il joue tellement d’instruments et connaît la musique sous toutes ses coutures !

Vous êtes un groupe qui cherche toujours à repousser ses limites lorsqu’il sort un nouvel album, malgré la patte ‘QOTSA’.

En fait, on cherche surtout à être naturels, on écrit constamment, on va naturellement toujours de l’avant. Donc nos albums sonnent différemment, on ne veut pas faire ‘Song For The Deaf 2’, sinon on s’ennuierait.

Quel regarde portes-tu sur ces anciennes compos, du coup ?
Je les aime toujours autant ! On joue beaucoup d’anciens morceaux sur nos tournées, c’est comme faire du vélo. L’avantage de partir en tournée, c’est qu’on a une tonne de morceaux à choisir, et le public ne sait jamais vraiment sur quoi il va tomber en venant nous voir en live.

La seule chose qui lie vos albums ensemble, ce sont vos pochettes d’album.
C’est vrai ! Nos pochettes et visuels sont liés de manière très intime avec notre musique : dès que tu appuies sur ‘play’, tu comprends mieux la pochette. Il y a tellement d’albums avec une cover de fou et des morceaux médiocres ! (rires)

Vous allez repartir en tournée après quelques années avec Iggy, vous n’avez pas un peu peur ?
Voir Iggy Pop en concert tous les soirs, c’est assez intimidant ! (rires) Mais nous avons une nouvelle énergie, une nouvelle inspiration, et si tu ne peux pas utiliser cette dynamique qui découle d’Iggy Pop, je crois que tu es perdu, mec ! (rires) [Rhys Buchanan]

www.QOTSA.com

fiche CD :
Nom de l’album : ‘Villains’
Label : Musikvertrieb
Note : 2,5/5

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.