Interview d’Ivan Novak réalisée en mars 2019 à l’occasion de leur concert aux Docks de Lausanne.


Comment se passe cette tournée européenne jusqu’à présent ? Le planning est plutôt impressionnant avec presque un concert tous les soirs.
Tout se passe très bien, merci.

D’après les premiers comptes rendus, Mina Spiler n’est pas avec vous sur cette tournée 2019 alors qu’elle avait pourtant participé aux concerts en Corée du Nord en 2015. Est-ce qu’elle va revenir dans le groupe ? Je pose la question car après 10 ans, elle est désormais pour beaucoup de monde une pièce essentielle de Laibach.
Mina vient d’avoir un enfant et elle est donc en congé maternité avec son bébé. Nous espérons tous qu’elle nous rejoindra à nouveau dans un futur proche, mais comme tu le sais peut-être, les bébés peuvent être très accaparants.

La chanson ‘4 Personen’ semble régulièrement de retour dans la setlist. Elle fait référence aux 4 membres officiels du groupe (Keller Saliger, Dachauer et Eber). Mais, il y a eu d’importantes modifications du line-up autour de l’album WAT avec le départ des membres historiques Dejan Knez et Ervin Markosek. Du coup, est-ce que ce concept des 4 Personen a toujours un sens aujourd’hui ?
Bien sûr que c’est toujours pertinent : tous les membres de Laibach et ses collaborateurs existent au sein de ces quatre noms. Tout le reste est baroque.

Laibach existe depuis 40 ans. Comment-voyez-vous le futur du groupe ? Est-ce que ce projet collectif peut perdurer au-delà de ses membres actuels ?
C’est déjà le cas. Laibach est comme une société commerciale, à la différence qu’il produit des idées et de la métaphysique.

Laibach joue régulièrement en Suisse, notamment à Berne l’an passé et ici aux Docks de Lausanne en 2012. Avez-vous des souvenirs particuliers de vos concerts en Suisse ou du public Suisse ?
Est-ce que cela existe le public Suisse en tant que tel ? Et en quoi serait-il différent de n’importe quel public autre que Suisse ? De notre côté, nous ne voyons pas de différences. Les gens sont comme ils sont partout dans le monde et il en va de même du public.

Vous avez souvent des avis très éclairés en matière de politique, et n’hésitez pas à utiliser des mots simples mais justes pour décrire des situations que beaucoup considèrent compliquées, comme le problème Coréen. Est-ce que vous avez un avis sur notre système fédéral, que beaucoup citent comme un exemple à suivre pour l’Europe ?
La Yougoslavie était elle aussi un Etat fédéral, mais avec moins de succès que votre pays, parce qu’elle était plus ouverte que la “forteresse” Suisse et par conséquent aussi plus vulnérable. La Yougoslavie s’est écroulée également parce qu’elle ne possédait et ne bénéficiait pas des mêmes réserves d’or, nazi entre autres, que la Suisse… Mais oui, l’Europe devrait et pourrait apprendre du modèle Suisse, et pas uniquement pour les choses positives.

Lors des dernières tournées, il n’y avait jamais de première parties avant Laibach, au mieux des afters avec des DJ’s comme ce soir à Lausanne. Est-ce que cela ne serait pas une opportunité de mettre un peu dans lumière un artiste méritant, que ce soit par exemple un musicien signé chez Mute ou qui gravite autour du NSK ?
Nous n’aimons pas le concept de “supporting act”. Nous n’avons pas besoin de première partie et nous ne voulons affubler un invité de cette étiquette de première partie. C’est humiliant par définition. Nous pouvons avoir de temps en temps des invités, mais pas de première partie.

Est-ce que l’on peut avoir des nouvelles de la sortie du coffret ‘Laibach Revisited’. En septembre 2018, il était indiqué qu’il était dans sa phase finale et bientôt en production. Six mois plus tard, on l’attend toujours ?
Il a été repoussé car nous avons fait dû faire du remixage et du remastering supplémentaires. Nous y avons également ajouté de nouvelles choses. Mais une partie du coffret est déjà en production et la suite sera terminée bientôt, une fois que nous serons de retour de tournée.

De nos jours de nombreux groupes aiment célébrer un album marquant ou un jubilé avec une tournée spéciale ou à tout le moins un concert spécial. Est-ce qu’un tel événement est envisagé du côté de Laibach ? Par exemple un concert ‘Laibach Revisited’ ?
Chaque concert est une célébration. Sur cette tournée, nous célébrons ‘The Sound Of Music’, ‘Laibach Revisited’ et ‘Iron Sky – The Coming Race’.

La musique de ‘Spectre’ a été écrite en 2013. Depuis lors, les nouveaux albums ont été basés sur le travail d’autres personnes, Nietzsche et la musique du film ‘The Sound Of Music’, du coup j’imagine (et espère) que vous avez beaucoup de nouveau matériel original prêt à être enregistré rapidement ?
Toute œuvre est basée ou dépend du travail de quelqu’un d’autre. Mais, oui, nous avons beaucoup de nouveau matériel et nous le publierons en temps voulu.

En tournée. Laibach ne joue que très rarement les chansons auxquelles le groupe doit sa popularité (‘Final Countdown’, ‘Opus Dei’, etc.) et que le spectateur lambda s’attend à entendre. Est-ce un choix délibéré ?
Bien entendu, nous ne nous permettons pas de sous-estimer notre public en jouant les mêmes chansons à chaque fois.

Au moins deux chansons auraient dû être jouées en Corée du Nord en 2015 (‘We will Go To Mount Paektu’ et ‘Honorable Life and Death’) mais en fin de compte, il vous a été demandé de ne pas les interpréter. Ces morceaux ne sont pas non plus sur l’album. Est-ce que vous les jouez dans le cadre de cette tournée européenne ? Seront-ils disponibles dans le futur ?
Non, nous ne les jouons pas sur cette tournée et oui ils seront disponibles dans le futur.

Depuis de nombreuses années, Milan utilise s’aide sur scène avec des notes écrites pour ‘Le Privilège Des Morts’. Est-ce que le français est si compliqué ? Ou est-ce le texte de Marx ?
Le français est une langue compliquée. Regarde ce qui se passe en France suite à des différences d’interprétation dans leur propre langue. Marx peut toujours apporter quelque chose, mais cela doit être fait correctement.

 

Retrouvez ici notre compte rendu du concert de Laibach qui a eu lieu aux Docks de Lausanne vendredi 29 mars 2019 !

 

www.laibach.org