zic_in.love.your.mother.02.OK(BD)

Le trio de hardcore zurichois, In Love Your Mother conjugue, avec violence, humour, inspiration variée et technique. Un premier album sort ce mois-ci.

 

Pourquoi In Love Your Mother?

Andrea (batterie ) : Il y a de nombreuses légendes autour de ce nom, nous n’avons jamais dévoilé la vérité. Le mieux à faire, c’est demander à ta maman.

Vos parties de guitare m’ont marqué ; quelles sont vos influences, en plus du hardcore old-school ?

La plus grande influence pour ce nouvel album tourne autour de groupes comme The Dillinger Escape Plan ou The Chariot. Nous essayons de faire des choses progressives et folles, en nous efforçant de ne pas nous perdre et de conserver des aspects hardcore plus classiques. Nous appelons ça du mother-core, avec plein de choses différentes et cette ambiance déjantée qui est très importante.

Votre premier album s’appelle ‘The Great Ape Project’, pourquoi ?

Notre bassiste était de passage à Copenhague, pour assister à un concert de notre guitariste. Il est tombé sur un magazine qui parlait d’un ‘Great Ape Project’ en Allemagne, un projet qui se battait pour la condition des singes dans les zoos. Le nom nous a vraiment séduits, on s’est dit : ‘On doit le garder !’ C’était six mois avant l’enregistrement de l’album, donc on avait encore le temps de l’incorporer à nos morceaux. Ça tombait bien parce qu’à l’époque, on se déguisait en singes durant nos concerts.

Vous n’avez pas l’air de trop vous prendre au sérieux…

C’est-à-dire, In Love Your Mother est d’un certain point de vue un projet sérieux. On prend notre travail au sérieux, nous investissons beaucoup de temps et d’énergie. Mais malgré tout, il y a ce non-sens, cet aspect déjanté et ces trucs amusants qu’on essaie de garder. Il suffit de voir la pochette de notre nouvel album : elle est rose. Nos photos promo sont roses et nous nous déguisons en singes sur scène. Nous ne sommes pas vraiment des métalleux maléfiques toujours de mauvaise humeur qui ne portent que du noir.

Si vous aviez l’occasion d’être signés sur un major, vous accepteriez ?

Si on avait la chance de pouvoir vivre de notre musique, je pense que nous accepterions tous, oui. Être sur scène et voir le public se déchaîner, ou même si quelqu’un vient vers moi me dit qu’il a aimé notre album… ces retours sont inestimables et valent la peine de continuer le plus loin possible. Si on a la possibilité de jouer plus de concerts, on n’hésitera pas.

 

 

FICHE CD
‘The Great Ape Project’
Autoproduction

www.inloveyourmother.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.