N’ayant pas pu nous rencontrer lors de la tournée promotionnelle de l’album fin mars – à cause de quoi vous savez – c’est depuis sa terrasse, chez elle en Suède, que Floor Jansen me passa un petit coup de fil afin de me parler du dernier album en date de Nightwish ‘Human : II : Nature’. Une longue et conviviale conversation avec en fond sonore le gazouillis d’oiseaux scandinaves. Musique, écologie, carrière, les sujets furent vastes et nous dépassâmes largement la durée d’interview autorisée. Prenez de quoi vous sustenter et bonne lecture.

Floor, comment vas-tu ? En ce moment, (interview réalisée le 20 mars) tu étais sensée être en Chine pour le départ de la tournée de Nightwish, mais à la place tu te retrouves, aujourd’hui, en train de parler à un journaliste Suisse, ce qui est bien moins sexy…

Floor : (rire) Je vais bien merci ! Actuellement je suis dehors dans mon jardin en train de profiter du soleil. C’est vraiment plaisant. J’apprécie de ne pas être assise dans un avion et de pouvoir me réveiller dans mon propre lit, de faire mon propre café et de me cuisiner des plats avec l’aide de mon mari (Hannes Van Dahl, batteur de Sabaton) qui est un excellent cuisinier. Je suis très contente d’avoir du temps à partager avec lui car comme tu peux le deviner, nous sommes souvent absents en tournée. Ce qui est génial, c’est que j’ai du temps pour monter à cheval aussi !

‘Human : II : Nature’ est sorti le 10 avril dernier. Cela doit être compliqué de promouvoir un album dans les conditions actuelles à cause du Corona Virus. Quels sont les différents scénarios dont Nightwish discute concernant les concerts, la tournée et cette année qui s’annonce très compliquée ?

En ce moment, nous sommes juste en train de reporter toutes les dates que nous pouvons. Celles qui étaient déjà bookées. C’est juste une question de temps, cette situation ne va pas durer pour toujours. Je crois que tout ce que nous pouvions faire physiquement a été fait, les clips ou encore les vidéos. Nous avons pu faire notre tournée de promotion de l’album. En revanche, nous avons dû malheureusement annuler en Suisse et en Pologne. Nous essayons de repousser nos concerts en Chine en octobre prochain…nous étions supposés être en Russie la semaine prochaine…C’est vraiment compliqué car nous ne savons pas jusqu’à quand cela va durer.

Penses-tu que ce nouvel album est la suite logique de Endless Forms Most Beautiful ? Une sorte d’albums ‘ frère’ ?

Oui absolument. Tu peux entendre que nous possédons une nouvelle palette de couleurs sonores que nous avons expérimentée lors de la dernière tournée, notamment grâce aux instruments de Troy. Cette dernière tournée nous a aussi permis d’arranger nos voix avec Troy et Marco. Et puis nous sommes aussi restés dans les mêmes thématiques aux niveaux des paroles. Donc oui, comme tu dis, ce sont des albums ‘ frères’.

Tuomas a très clairement mis les voix en avant sur cette dernière galette. Elles sont souvent arrangées à trois voix pour de meilleures harmonies entre toi Troy et Marco. En ce qui te concerne, tu es absolument fantastique tout du long. Comment as-tu travaillé toutes ces parties très complexes de chant ?

(Rire) des mois et des mois de labeur ! Quand j’ai reçu les démos de Tuomas, nous avons commencé à répéter pendant deux semaines. J’ai commencé petit à petit à me rappeler les lignes vocales et à basiquement réussir à les chanter. Mais ça ne sonnait pas du tout comme c’était supposé sonner ! Je parvenais simplement, si on veut, à sortir les sons de ma bouche, ce n’était pas posé. J’ai dû travailler afin de raconter une histoire en chantant tout en y ajoutant aussi des émotions. Et cela m’a de nouveau demandé beaucoup de travail individuel à la maison. Puis nous avons énormément répéter les parties chantées. J’aime les défis, alors ça ne me dérange pas d’être poussée à fond dans mon travail.

Pan’ est pour moi le titre ‘old-school’ de l’album, quelque part entre ‘Oceanborn’ et ‘Wishmaster’. Est-ce que tout le monde prend son pied en rejouant ce genre de morceau ?

Alors oui on adore ça…à part peut-être Emppu qui trouve que ce titre est une véritable torture pour lui qui vieillit (rires).

Shoemaker’ est pour moi le meilleur titre de l’album. Les lignes vocales sont rapides. De plus, rythmiquement et harmoniquement cette composition est super intéressante. Dû à sa complexité, penses-tu que ‘ Shoemaker’ soit un bon titre pour la scène et pensez-vous l’inclure dans vos futures set-list ?

(Elle réfléchit) Ce n’est effectivement pas la meilleure chanson pour du live, mais j’adorerais pouvoir encore la chanter. Mais nous nous devons de jouer des titres un peu plus complexes, même sur scène. Si nous prenons ‘Ghost Love Score’, c’est un titre de 10 minutes, et quand nous la jouons en festival le public l’adore !

Johanna, la femme de Tuomas, lit un passage de Romeo et Juliette dans ‘Shoemaker’. Pourquoi Romeo et Juliette ?

Tout simplement car ce texte va très bien avec l’histoire que raconte cette chanson. Il faut connaître l’histoire de Eugene Shoemaker. (Homme décédé dans un accident de voiture dont les cendres ont été envoyée sur la lune avec une plaque commémorative où est écrite une citation de Shakespeare)

La vidéo du titre ‘ Noise ‘ est très sombre. Elle nous montre la relation que nous avons avec les réseaux sociaux. Dans ce clip, tu joues le rôle d’une femme qui se met en avant en utilisant une enfant. A la fin de la vidéo on voit un superbe paysage. Est-ce que vous avez voulu dire par-là que la vraie vie c’est dehors et pas devant un écran ?

Exactement ! Nous ne voulons pas critiquer la technologie, mais le comportement humain derrière. C’est pour cela que tu vois tous ces gens qui sont censés faire de bonnes choses, une femme étant censée prendre soin de son enfant, un vendeur censé croire en ce qu’il vend. Les formes de technologies sont faites pour rendre les choses meilleures, mais seulement si nous l’utilisons à bon escient.

Quelle fut ta réaction quand Tuomas t’as dit que la deuxième partie de l’album serait uniquement instrumentale ?
S’il m’avait dit il y a vingt ans ‘vas-y, écrit une interlude de 10 minutes’, j’aurais paniqué ! Mais c’est génial que nous puissions tous participer à la musique qu’il crée dans sa tête, c’est quelque chose de très spécial. On se réjouit tous d’entendre ce qu’il a fait !

Ce serait une excellente introduction à la musique de film !
Tuomas est très inspiré par la musique de film, et il se réjouirait si quelque chose se ferait. Mais je ne pense pas que c’est quelque chose pour Nightwish.

Vous voyagez beaucoup, pensez-vous à une forme plus ‘eco-friendly’ de transport ?
Oui absolument. Muse a fait un grand effort là-dessus, et il me semble que nous utilisons les transports au mieux. En Amérique, l’utilisation de plastique est énorme et tellement inutile ! Quand tu regardes ce que les gens, juste les artistes et leur équipe, laissent derrière eux, c’est terrifiant ! Nous pensons beaucoup à la façon dont nous utilisons nos ressources. C’est assez difficile, par exemple, je ne boirais pas l’eau du robinet à Mexico City, mais volontiers en Suisse. Nous avons beaucoup d’ustensiles réutilisables, mais cela dépend vraiment d’où nous sommes. L’Amérique, l’Asie, c’est assez difficile. Mais j’ai l’impression que nous faisons au mieux, et je continuerai ma quête !

Steve Harris a dit que Nightwish avait le potentiel d’égaler Iron Maiden en matière de succès.

Je suis prête ! (rires) Il faut que la musique soit bonne, qu’elle soit bien jouée, que le songwriting soit exceptionnel. Nous avons une alchimie entre nous qui est géniale – mais ce n’est que la pointe de l’iceberg. Il faut beaucoup de chance, le bon management, la bonne équipe, la même optique. C’est un processus qui est en constante évolution. Merci Steve, c’est un énorme compliment !

Tu as participé à ‘Beste Zangers’, un TV show Hollandais. Qu’est-ce que ça t’a apporté ?
Le metal n’est pas très populaire, donc c’est génial de voir que les gens se sont dit ‘wahou, comment ça se fait qu’on n’a jamais entendu parler de cette femme ?!’ Le show a duré 8 semaines, l’album est devenu numéro un en une semaine, ce qui n’a jamais été fait auparavant. Pour moi, ça a mis en optique une carrière solo. J’ai joué 10 shows qui se sont retrouvés complets de manière incroyablement rapide. J’ai été pas mal sous le feu des projecteurs télévisuels, c’est nouveau pour moi mais c’est également assez réjouissant. Je ne veux pas être une star de la télé, mais cela m’a vraiment inspirée pour écrire. J’ai été très occupée avec Nightwish, je suis devenue mère, et j’ai mis beaucoup de choses de côté. Ce que j’écris n’est pas rock, pas metal, assez doux. C’est intéressant, après vingt ans, d’avoir quelque chose de plus nuancé.

Il y a pourtant plein de groupes de metal en Hollande !
On a de bons groupes et de bonnes émissions musicales. Mais les groupes ne restent pas forcément dans le pays, ils s’exportent assez bien.

Tu dirais quoi à la Floor qui a fait le Wacken en 2013 ?
Rien ! Ah oui, change de fringues ! (rires) Je les détestait ! Ma façon de chanter ne change pas selon mes vêtements, mais ceux-ci étaient très moches. J’ai appris à être confortable sur scène plutôt que d’essayer de rentrer dans un rôle.

C’était quoi ton album préféré de Nightwish avant de rejoindre le groupe ?
‘Once’ !

Comment mélanges-tu le côté sympathique avec les fans, et ton côté privé ? Les fans de Nightwish sont parfois un peu invasifs.
C’est difficile, surtout avec les réseaux sociaux. Je dois être capable d’être moi-même, et j’y arrive le plus souvent. Mais si tu me pousses jusque dans mes retranchements, alors je me rebelle – et les gens trouvent ça étrange ! Nightwish reste Nightwish et nous avons cet espace pour nous et nos fans, mais si on m’arrête à l’aéroport, alors ce n’est pas l’environnement Nightwish, cela rentre dans mon espace personnel. Certains s’insurgent et me disent ‘ouais mais on a fait 5 heures de routes !’ et je leur réponds ‘mec, j’ai traversé la moitié de la planète ! Je suis crevée, je ne veux pas de photos’. C’est dommage car les gens ne réalisent pas souvent à quel point c’est fatiguant. Si je suis connue, c’est parce que je fais de la musique, pas parce que je veux être ton amie. Je ne vais pas t’inviter à la maison. La télé suédoise a fait un gros dossier sur moi, chez moi. C’était très intimidant, d’avoir des gens chez soi, et il faut vraiment savoir ce que tu veux que les gens voient ou non. Je ne suis pas intéressée à partager ma vie privée avec des gens, je veux partager ma musique.

Tu connais quoi de la Suisse, sans utiliser le mot ‘chocolat’, ‘fromage’, et ‘montres’ ?
Y a quelque chose d’autre ? (Rires) J’ai un ami suédois qui parlait avec un Américain. L’Américain demande d’où il vient, et il répond ‘La Suède’ – ‘Ah ouais, avec le fromage et le chocolat !’ ‘Non mec c’est la Suisse’. Galère pour aller en vacances ! Quand j’étais petite nous voyagions régulièrement en Suisse et passions par le Gothard pour aller skier. Notre appartement était chez un vieux fermier, qui nous offrait du lait directement trait. Nous avons beaucoup joué au Greenfield, qui est magnifique. Et vous avez trois langues officielles !

Quatre !
Et bien tu m’apprends quelque chose ! Mais vous parlez tous anglais c’est pratique !

Dernière question : qu’est-ce que tu veux ?
Que ce virus disparaisse ! [PD]

www.nightwish.com


FICHE CD
Nom de l’album : ‘Human II : Nature’
Label : Nuclear Blast
Note : 5/5

A propos de l'auteur

Articles similaires