Le pesto maison

ou

Pourquoi il faut toujours avoir un blender dans sa cuisine

Avouons-le, on aime cuisiner, mais on aime pas faire l’effort de cuisiner.
Du coup, Tata Laure vous propose une nouvelle rubrique de cuisine, simple, efficace, qui ravira votre égo et délectera vos papilles.

Regarde ces pâtes du Feu de Dieu mon p’tit. Toi aussi tu peux avoir ce rêve mangeable dans ta cuisine!

Allons-y cash : si vous n’avez pas de blender, ou un mixeur si vous êtes puristes de la langue française, alors rendez-vous dans votre magasin d’électroménager le plus proche et achetez le truc le moins cher que vous puissiez trouver.

Ils ne durent jamais vraiment longtemps donc gardez bien la garantie aussi…

Et on se retrouve avec un classique de la cuisine italienne : les pâtes au pesto !

Pour les pâtes, on vous laisse choisir ce que vous préférez. J’ai une tendance pour les pâtes à spirales plutôt que les trucs plats, car celles-ci sont justement spécialement faites pour ramasser un maximum de sauce sur son passage.

Donc pour payer respect à la nonna qui, il y a des centaines d’années, a décidé de faire des pâtes en forme de visse pour que sa sauce se retrouve bien partout dans les petites bouches de sa famille, utilisons des penne à la farine complète.

Celles à la farine blanche ira tout aussi bien, mais faut penser à votre système digestif.

Ce qu’il vous faut :

1 grosse botte de basilic

une poignée de noix (selon votre budget)

de l’huile d’olive

1 cuillère à café de sel

1 cuillère à café de poivre

1 récipient (plutôt genre doseur) – 1 blender

Passez votre botte de basilic sous l’eau froide, et séparez les feuilles de la tige. On va utiliser les feuilles uniquement, mais si vous êtes un gros branleur vous pourrez mettre toute la botte, tige comprise, ça ira aussi. Mais votre bouffe sera beaucoup plus amère, et il vous faudra mettre du miel ou du sucre pour contre balancer. Et vous voulez vraiment ça ? Vous voulez rectifier votre flemmardise alors que ça prend 2 minutes de séparer les feuilles des tiges, et trois minutes pour regretter le choix de ne PAS séparer les feuilles des tiges, chercher du sucre dans son armoire, réaliser qu’on en a pas, mettre trop de miel et se retrouver avec de la bouffe immangeable, alors que si tu t’étais sorti les pouces de ton rectum, tes feuilles, elles seraient déjà séparées et mises dans ton bol

Donc une fois que vos feuilles de basilic sont dans votre bol mélangeur, ajoutez-y une petite poignée de noix.


La recette veut des pignons, mais je vous avouerai qu’il y a deux inconvénients :

  • C’est cher
  • C’est mou

Car ici ce qu’on recherche, c’est quelque chose de pas cher, et qui donnera un peu de croquant. J’ai opté pour des graines de tournesol que j’ai fait rapidement rôtir pour leur donner un petit goût fumé, mais vous pouvez également y mettre des noix (juste un peu, elles ont un goût assez fort), ou des graines que vous trouverez dans votre armoire en vous demandant quand vous les avez achetées.

Si vous souhaitez vous la jouer chef cuisinier, rôtissez donc rapidement vos noix dans une poêle, sans huile. Gardez toujours l’oeil dessus, et remuez constamment. Dès qu’elles commencent à prendre une couleur brune, et qu’elles ne fument pas comme les flammes de l’enfer, vos noix sont prêtes!

Hop, les noix, le sel, le poivre, une petite touche d’huile, et on se met à mixer !

Rajoutez un peu d’huile au fur et à mesure, jusqu’à ce que votre pesto ait la consistance désirée. Du coup, ne mettez pas trop d’huile au début, car on peut toujours rajouter, mais jamais enlever !

Ah et si vous avez du fromage dans le frigo (parmesan ou autre), vous pouvez en râper vite-fait pour ajouter un peu de crémeux.

Et hop ! Votre pesto maison !

A rajouter à vos pâtes de votre choix.

Attention, très délicieux.

A savourer avec un verre de vin blanc bien frais.