Nous sommes officiellement en été et pourtant cette année la météo n’est pas tres clémente avec les amoureux de la musique. La journée a été longue et chaque heures qui passaient faisait monter l’angoisse. Allait-il pleuvoir ?

Il est 17h30, lorsque le groupe The Last Internationale monte sur scène. Pour rappel, The Last Internationale, fondé en 2008 par Delila Paz et Edgey Pires, est un groupe de rock américain connu pour ses influences blues et punk ainsi que pour ses paroles engagées. Leur musique, énergique et percutante, résonne avec un esprit de rébellion et de résistance.

Par chance, la pluie s’est dissipée, mais l’ambiance orageuse pèse encore sur le public. La chanteuse, vêtue d’une superbe combinaison en cuir, semble ressentir la chaleur, mais cela ne l’empêche pas d’entrer en transe et de donner tout ce qu’elle a. Elle plonge dans le public, elle se rapproche d’un fan arborant l’un de ses tee-shirts et se met a chanter avec lui lançant un vibrant « don’t be shy ». Elle redescendra à nouveau parmi les spectateurs, les faisant s’accroupir puis se relever en parfaite synchronisation. La prestation de The Last Internationale est une agréable surprise pour tous, les spectateurs semblent conquis.

Le soleil revient timidement vers 20h, comme si la présence du groupe EXTREME l’avait fait apparaître. Le groupe, fondé en 1985, est un incontournable du rock américain, mêlant hard rock et funk. Le concert débute en fanfare avec « It’s a Monster », donnant le ton endiablé de la soirée. Nuno Bettencourt, le guitariste qui ne semble pas vieillir, arbore fièrement une casquette de l’équipe de France durant quelques chansons avant de la lancer dans la foule, ravissant les fans.

Durant le concert , c’est avec humour que Nuno lance à la foule : « Est-ce qu’il y a du monde pour voir Scorpions ? Super, parce qu’ils viennent juste d’annuler », déclenchant un fou rire général. Le groupe exprime ensuite son désir d’apporter un peu d’amour dans un monde qui en manque cruellement ces derniers temps, entamant leur emblématique ballade « More Than Words ».

Les dernières chansons du set sont littéralement enflammées, avec des jets de flammes jaillissant de la scène. Le groupe ravie le public notamment sur le célèbre « Get the Funk Out ». EXTREME prouve qu’ils ont très bien vieilli et qu’ils offrent toujours des performances scéniques époustouflantes.

Il est 22h lorsque le groupe Scorpions arrive sur scène. On ne présente plus le groupe, formé en 1965 est pilier du hard rock et du heavy métal. Le groupe fait une entrée spectaculaire, l’écran géant projetant des éclairs et des orages, en parfaite harmonie avec le temps tumultueux de la journée. Le chanteur Klaus Meine, malgré son âge, démontre encore toute l’amplitude et la puissance de sa voix, captivant immédiatement l’audience.

Le concert s’enchaîne avec leurs plus grands tubes : « Send Me an Angel », « Wind of Change », « Blackout », et le mythique « Still Loving You ». Chaque morceau est interprété avec une énergie et une passion intactes, rappelant les meilleurs moments de leur carrière. Pour clore la soirée en apothéose, ils jouent « Rock You Like a Hurricane », laissant le public en extase.

Le groupe, bien que toujours aussi talentueux, laisse entrevoir les signes du temps. En tournée d’adieux depuis 2010, malgré ces performances incroyables, on sent que le moment est venu pour les Scorpions de prendre une retraite bien méritée.

Cette première soirée de concerts pour le Heavy Week-End au Zénith de Nancy a été un véritable succès, remplie de moments magiques et d’énergie positive. Les artistes ont livré des performances incroyables, ravissant le public. Nous avons hâte de vivre une nouvelle soirée tout aussi mémorable demain.


Texte : Adeline P.

Photos : Grégory Hernandez / gérard drouot productions s.a.s (Merci)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.