cd_axel.rudi.pell

Triple CD, Live au « Bang Your Head !!! » Festival, Balingen, Allemagne, le 11 juillet 2014. Pour célébrer ses 25 ans de carrière solo, notre Wizard se fait plaisir avec une palette d’amis-invités triés sur le volet. CD 1 : Quatre titres (‘Call her Princess’, ‘Night after Night, Rockin’ the City’ et ‘Undercover Animal’) joués par Steeler (plus Axel à la guitare), mais la voix de Peter Burtz ne colle pas vraiment sur des titres de ARP. Puis Nasty Reputation, avec Rob Rock au micro, suivi de Warrior / Fool Fool, avec Jeff Scott Soto… à l’aise forcément (n.d.r. puisqu’il a tenu le micro de ARP avant Johnny), et que l’on retrouve avec un immense plaisir. Le CD 2 est le concert de ARP. Excellent, comme toujours. On remarque toutefois que Johnny, par moments, a tendance à faire une petite phrase une tierce plus bas, ou à la parler légèrement. Les années le rattrapent, on dirait… Quant au CD 3, on y trouve tout d’abord un « Drum Battle » entre Bobby Rondinelli et Vinny Appice, de dix minutes. Puis des invités prennent tour à tour le micro, accompagnés par ARP. Ronnie Atkins (Pretty Maids) interprète Black Night, et s’en sort plutôt bien. Là où les choses se gâtent, c’est lorsque John Lawton (celui qui a remplacé Dave Byron chez Uriah Heep) vient interpréter « Sympathy ». Massacre d’un titre-phare de son époque. Le pauvre n’a plus aucune voix, ne tient plus la note, et n’arrive plus à monter. En plus, il chante faux. Triste, quelque part, lorsqu’on se souvient de quoi il fut capable il y a… trente-cinq ans. Puis Doogie White (ex-Rainbow, lorsque le groupe était sur le déclin) interprète « Mistreated ». Doogie essaie évidemment d’imiter à 100 % David Coverdale, et ne s’en tire pas trop mal, sans rien inventer non plus, forcément. Il n’était vraiment pas nécessaire de le tirer à près de quinze minutes. Puis vient le tour de Graham Bonnet (ex-Rainbow), présenté comme « the very excellent, the very splendid ». Il approche la septantaine à grands pas, mais a toujours (en petite photo et de loin, en tout cas…) son look de jeune homme, mi-gominé, mince, avec ses fameuses lunettes de soleil noires, et fringué comme un Dieu. Il interprète « Since you’ve been gone » et là, magie : il arrive toujours à passer de majeur en mineur et joue avec sa voix, quasi intacte, comme à l’époque. Assez incroyable. Puis un autre titre de Rainbow, « Long live Rock ‘n’ Roll » : on se dit que ce sera intéressant de l’entendre chanté par Graham, vu que l’original était interprété par Ronnie James Dio. Hélas, trois fois hélas, Doogie White vient chanter en duo. Leurs deux voix ne vont pas du tout ensemble. Le titre est tellement détonné du début à la fin qu’on en serait presque à se demander finalement si Graham n’est pas faux, lui aussi… C’est juste horrible… pourquoi graver un tel résultat sur CD ? Le bouquet final est « Smoke on the Water » chanté par tout le monde, donc forcément surchargé. L’ambiance y est, c’est certain, et comme il est noté sur le booklet : ‘Additional Vocals : Everybody who was around’… On notera encore, dans les invités, Tony Carey, qui fut le claviériste de Rainbow. Et l’absence, hélas, de Mike Terrana, « The Drummer from Hell ».

Steamhammer

www.axel-rudi-pell.de

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.