Les Bâlois se sont embarqués dans une aventure outre-Manche pour sortir leur premier album ‘Driven’. Rapide topo avec Robyn Trachsel, guitariste et vocaliste.

Un premier album est un peu comme un baptême de l’air. Vous vous êtes préparés pour ‘Driven’ ?
Certains morceaux ont été écrits avec notre ancien batteur, Jan Häfele. Il a dû nous quitter fin 2017, et nous avions du nous dépêcher de trouver un nouveau batteur vu que nous entrions en studio en avril. Jonas Häne de Heavy Harvest nous a rejoint et nous avons dû retravailler ces anciens morceaux avant de plancher sur de nouveaux, donc c’était assez stressant !

‘Driven’ a une intensité assez exceptionnelle. Tout semble être lancinant, avant d’exploser. C’est quoi votre recette secrète pour trouver votre équilibre ?
On cherche une tension constante, mais également une dynamique. En gardant un rythme répétitif et en assaisonnant le tout avec divers effets, on arrive à créer une palette sonore assez large. En studio, nous avons cherché à incorporer des fond assez fantomatiques pour une atmosphère très sombre.

Vous êtes partis à Bristol pour enregistrer cet album : cette ville a un bon buzz quant à sa scène noise, avec Spectres, Idles, Lice…
On a ouvert pour Spectres au Hirscheneck de Bâle en 2017. Ils ont aimé notre musique, on a aimé la leur, puis nous sommes allés boire des coups et ils nous ont recommandé le Malthouse Studio et leur ingénieur Dominic Mitchison. Spectres a enregistré leur album ‘Condition’ là-bas : il est super noisy et garde pourtant tout un panel d’intensités et de subtilités. Nous sommes partis à l’aventure bristolienne et ne le regrettons pas!

C’était important pour vous de vous éloigner de la Suisse ?
On voulait surtout profiter du talent de Dominic Mitchison. S’éloigner de sa propre terre natale est extrêmement profitable musicalement, cela t’ouvre de nouveaux horizons. Il y a plein de trucs qui se passent en Suisse et à Bâle, mais cela est assez restreint. C’est bien de changer d’air de temps à autre!

Est-ce assez pour avoir une scène noise saine ?
Il y a clairement moyen de l’améliorer. Mais ces genre de scènes musicales sont hyper dynamiques et ont un noyau assez solide qui se bat pour la garder vivante. Par exemple à Bâle, tous les groupes se soutiennent et s’aident. Du coup il y a toujours moyen de réseauter. Il y a plein de trucs réjouissants en ce moment et je suis sûre que cela créera le son helvétique de demain!

www.facebook.com/asbestnoise

Fiche CD :
Nom de l’album : ‘Driven’
Label : A Tree In A Field

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.