Cette année, le Meh Suff a fait un carton plein en réussissant à vendre l’ensemble des billets disponibles. Au vu des groupes brillants figurant au line-up et le fait que c’est le dernier festival metal de l’été, nous ne sommes pas vraiment étonnés. Le festival le mérite, et on espère que l’évolution continue dans le bon sens. Mais à l’heure actuelle, c’est ici qu’on vous fait un recap des concerts les plus marquants !

Nous sommes arrivés vendredi en début d’après-midi, histoire de jeter toutes nos affaires dans les chambres d’hôtel (vu qu’il ne faisait pas très chaud, nous n’avons heureusement pas dormi sous tente comme les autres invincibles) et de prendre un Uber pour monter sur la colline. On s’est retrouvé sur le terrain du Meh Suff juste avant le début du concert de Voice of Ruin, donc un bon début des hostilités !

 La voix vaudoise (Mélanie)

Voice of Ruin, c’est un de ces groupes suisses qu’il faut absolument garder sur votre radar si vous ne le faites pas encore. Avec leur sortie prochaine de leur troisième album ‘Acheron’, c’était pour moi enfin l’occasion de vivre le groupe vaudois en chair et en os. Et clairement, cette attente était trop longue. Même avec leur slot pas super avantageux au milieu de l’après-midi, le public était au rendez-vous et s’est très vite laissé emporter. Voice of Ruin ont tout donné, et on en est bien contents ! Nous avons manqué la fin de set pour une interview, mais nous tâcherons de nous rattraper aussi tôt que possible.

IXXI, des chiffres romains pour passer aux trolls (Mélanie)

Place aux suédois de IXXI sur l’unique scène du Meh Suff. C’est du lourd, du lent par intermittence, et c’est du vraiment bon : c’est du black n’ roll. Après un rassasiement nécessaire, on se retrouve aux antipodes : les finlandais de Finntroll avec leur blackened folk. Avec les premiers, on secoue gravement la tête ; avec les deuxièmes, on va se chercher un nouveau verre et on pogotte dans la joie et la bonne humeur. Et on ose vous dire qu’il n’y a pas de diversité dans le metal !

Watain ou va-t’en ? (Jérémy)

Watain prend place sur scène aux alentours des 21 heures, la nuit est tombée et l’ambiance est donc idéale pour un des concerts les plus diaboliques et malsains du week-end. Les éclairages s’éteignes et la scène n’est plus qu’illuminé pars le nombre conséquent de bougies et autres torches qui brillent dans l’obscurité.

Voilà qui nous mets directement dans l’ambiance du groupe qui fort de leur notoriété a su conquérir le public de par la puissance de leur musique et de leur show scénique. Premier constat : le son n’est pas bien équilibré, ce qui cause fréquemment des instruments ou la voix à se noyer. On notera aussi le lancer de torche allumée dans le public (est-ce vraiment raisonnable, vu la paille dispersée au sol alors qu’il n’avait pas encore plu ?)

Absolument pas amorphe (Jérémy)

Viens ensuite sur les coups de 22 heures à nouveau un groupe finlandais, Amorphis.

Étant pour moi mon premier concert du groupe, j’ai été tout de suite impressionné par la qualité de voix du leader Tomi Joutsen. Le chant clair comme le growl étaient juste d’une propreté impeccable. A l’inverse de Watain, le son du groupe était excellent. Le plaisir des musiciens à jouer pour nous ce soir-là a été très vite contagieux.

La claque de fin de soirée (Mélanie)

Nous avons assisté de loin au concert de At The Gates, qui comme à leur habitude ont mené à de beaux mouvements de foule. Nous sommes revenus à la barrière pour le dernier groupe de cette première soirée, nommé Carnation. Et quelle incroyable décision ! Les jeunes belges nous ont pris à la gorge dès le premier riff, sans jamais relâcher. Leur death metal infusé de rage est le remontant idéal pour un assoupissement précoce. Les cinq membres du groupe se donnent à fond, entraînant un public encore bien fourni jusqu’à la fin de leur set, à 2 heures du matin. C’est aussi un groupe à bien garder sur le radar, qui taille dans le massif !

On se quitte avec les oreilles qui sonnent pour une nuit de repos, histoire de continuer l’assaut sur nos tympans le lendemain.

La douche froide du lendemain (Mélanie)

On se retrouve le lendemain au même endroit, mais plus tôt et quand même bien moins frais. On écoute les suisses Blow Job depuis le fond du festival (ce n’est pas si loin, vous le verrez quand vous y allez), premier groupe au programme. Et on se réveille bien vite grâce à leur trash bien carré. Suivent Lotrify, autre groupe suisse mais dans un registre de heavy / prog. Ils ont une bonne formule, faisant bien bouger le public en début d’après-midi. On retrouvera sur scène un peu plus tard Bodyfarm et Aborted, deux groupes de death metal qui vont nous donner le coup d’élan définitif grâce à leurs concerts !

Swiss-made quality (Jérémy)

Que dire de Zeal & Ardor si ce n’est qu’il est pour moi un des groupes les plus prometteurs de ces dernières années. D’autant plus, il nous a fait l’honneur d’un concert exceptionnel sur la scène du Meh Suff ! Que demande le peuple ?

Tout était parfait, le son, l’énergie du groupe et de leur leader, Manuel Gagneux. Ce même qui a su nous prouver avec ce projet que des mélanges parfois insolites peuvent donner quelque chose de splendide ! Par contre, un public averti en vaut deux : n’oubliez jamais de protéger vos oreilles, surtout dans leur cas. Les basses de l’intro arrivent déjà à vous faire vibrer chaque vertèbre.

Norwegian-made quality (Mélanie)

Place à Satyricon. Je vais rester brève : l’énergie dégagée par le groupe et par Satyr, enjoignant toujours et encore l’interaction avec le public a donné lieu pour moi à un des meilleurs live de cette édition. La setlist ratisse large, et ‘Mother North’ est mon point culminant du live. Excellent groupe, qui ne m’a jamais déçue jusqu’à maintenant par ses prestations scéniques.

On se rapproche déjà de l’année prochaine (Mélanie)

On se retrouve après un changement de scène avec les trois derniers groupes : les suédois d’Hypocrisy, les incroyables titans Sodom et les death/thrasheux de Thanatos.

On a une petite larme à l’œil, mais on pense déjà à la prochaine édition, qui sera certainement aussi immanquable que celle-ci.

On remercie toute l’équipe qui fait du bon boulot, surtout les DJ dans le bar qui nous explosaient les oreilles entre deux concerts avec du son incroyable. La date de l’année prochaine est déjà dehors, allez juste vous mettre comme ‘intéressé(e)’ sur l’évènement Facebook et attendez. Ça vaut le coup.

 

Texte par Mélanie Follonier et Jérémy Vaucher

www.mehsuff-metalfestival.ch

Lien vers l’évènement FB de l’année prochaine: ici