Quoi de mieux qu’un album enregistré à Abbey Road Studios pour oublier ce début d’année viral ? Joe Bonamassa, le bluesman américain, s’offre un nouvel album dénommé ‘Royal Tea’ dans le mythique studio anglais. Co-écrit avec le guitariste de Whitesnake Bernie Marsden, Pete Brown de Cream et le pianiste anglais Jools Holland, le musicien aux sonorités bluesy s’entoure d’une chorale pour mieux accompagner ses envolées lyriques. Les compères jouant avec Joe Bonamassa durant l’enregistrement sont ses compagnons de longue date : Michael Rhodes à la basse, Reese Wynans au clavier, continuant son aventure musicale après avoir épaulé le légendaire Steve Ray Vaughan dans le groupe Double Trouble, et Anton Fig à la batterie.

L’album offre un panel d’ambiances variant dans les nuances de blues. L’irruption inopinée d’harmonica dans le giron de notre audition vient rappeler les origines américaines du principal protagoniste de cette histoire musicale. En période de craintes d’un re-confinement et de crises sanitaires globales comme rarement la société moderne a connu, cette création vient donner un peu d’eau au moulin dans les possibilités d’évasion musicale.

Soulignons avec bonne humeur les effluves psychédéliques qui s’invitent sur ‘I didn’t think she would do it’. Une touche appréciable dans ce maelstrom de notes pentatoniques blues. Le deuxième morceau à retenir notre attention porte sur un morceau à la guitare sèche ; une invitation à la rêverie, bienvenue dans ‘Beyond the Silence’ !

Un délicieux cru pour tout amateur de blues. Une tasse de Thé Royal brûlant pour mieux profiter de cette escapade américaine en terres anglaises, à la période des couleurs orange. [Pierre Guanzini]

Note : 4/5

A propos de l'auteur

Articles similaires