hyraw clothing3.OK(BD) hyraw clothing4.OK(BD)

Des fringues ‘so nice’ qui déchirent grave, à rajouter sur ta liste de Noël. Musclor cofondateur de la marque Hyraw se livre…

Quel est ton parcours jusqu’à Hyraw ?

Rien à voir avec le milieu de la fringue, j’étais manager de groupes tels que Tripod et ETHS, issus de la scène marseillaise.

Organiser des tournées, ça t’a gonflé ou tu avais trop d’enfants cachés à travers la France ?

Hé hé! Non, j’ai travaillé quinze ans dans ce milieu là et j’avais besoin de faire autre chose. J’aime initier des projets, j’aime quand c’est nouveau.

Pourquoi avoir choisi de te lancer dans la production de vêtements ?

J’avais pas vraiment la volonté de monter une marque de fringues. Tout vient de la rencontre avec Jeremie, le graphiste. Il venait plutôt du monde de la glisse, on avait en commun la musique. Ca s’est monté comme ça.

Quelle est la philosophie de Hyraw ?

Le plus important pour nous, c’est de produire des choses qui nous font triper. On se donne les moyens pour que ce soit intéressant et authentique. On est indépendants et autofinancés.

Comment choisis-tu les modèles qui vont mettre en valeur tes articles ?

L’attitude. On a travaillé avec Makanie Terror qui fait partie du milieu alternatif et c’est vraiment le plus important. Pour le mec, on a travaillé avec le chanteur de Betraying The Martyr, Aaron Matts, qui est anglais. On a préféré un mec qui ait une vraie attitude plutôt qu’un modèle pro plus fade.

Quels artistes se fournissent chez vous et vois-tu parfois des commandes spéciales pour des groupes ou des festivals ?

On travaille avec beaucoup de groupes de la scène française et mondiale. Les derniers en date sont Sepultura et Walls Of Jericho. Dans les projets parallèles, notre plus gros truc, c’est d’être partenaire du Hellfest.

Comment en êtes-vous arrivés à cette collaboration ?

Depuis la création de la marque on expose au fest’. Ils nous ont dit un jour: ‘c’est bien ce que vous faites, pouvez-vous nous faire un visuel de T-shirt ?’ On a travaillé dessus, on en a proposé deux pour leur laisser le choix, ils nous ont dit: ‘ça cartonne, on prend les deux’. Voilà, c’est venu aussi facilement que ça.

Vous sponsorisez des groupes … bon les groupes portent vos T-shirts, mais j’ai du mal à voir ce que cela peut représenter en terme de retombées pour votre marque ?

L’essence même de la marque, c’est de travailler avec des artistes. On écoute de la musique tous les jours, on est fans de musique rock et metal. Ca compte beaucoup pour nous.

Comment prenez-vous la décision de sponsoriser un groupe ?

Ben déjà, on écoute le son, on regarde la dynamique du groupe, savoir s’ils tournent, s’ils sont actifs, on va dire. On préfère travailler avec des groupes qui ont envie, qui ont la niaque. On a plusieurs types de sponsoring selon l’ampleur du groupe.

Certains disent que vos produits sont bien mais trop cher, comment vous justifiez-vous les prix proposés ?

Dans ce milieu, les gens sont habitués à acheter du merchandising de groupes moins cher. Nous avons choisi de travailler sur un textile haut de gamme avec des encres spéciales. La qualité a un coût et nos clients le savent.

En vente sur le site www.hyraw.com et en Suisse :

Art For Sinners, Martigny
Black Market / Maniak, Geneve
Candy Rebelz, Sion

[Fred Gallotte]