minor-victories-lausanne-2016-01
Le 26 octobre, Minor Victories et Alice Roosevelt ont joué sur la scène des Docks de Lausanne. Alex y était et vous raconte! 


La maxime d’Aristote veut que le tout est supérieur à la somme des parties. C’est précisément ce qui nous est donné de vérifier ce soir aux Docks avec Minor Victories. Car pris individuellement, ce groupe c’est du lourd : tout d’abord la fantastique Rachel Goswell (chant/guitare) de Slowdive, avec les guitaristes Stuart Braithwaite de Mogwai et Justin Lockey des Editors, ainsi que le frère de ce dernier, James, à la basse, qui attend encore de se faire un nom, enfin un prénom.

Ce supergroupe anglais n’a qu’un seul album à son actif, l’éponyme Minor Victories sorti en juin 2016, soit 10 chansons pour 50 minutes de musique, et il est donc légitime de se demander également ce que l’on va bien pouvoir entendre ce soir, le concert ne pouvant pas décemment être aussi court.

Peu avant le début du premier concert, il est difficile de ne pas remarquer à quel point les Docks sont vides. On espère que cela se remplira encore un peu au fur à mesure que la soirée avance.

Avant Minor Victories, ce sont les presque voisins d’Alice Roosevelt qui ont été conviés à ouvrir la soirée avec leur pop indie. Car non ce n’est pas une lointaine cousine de l’ancien président américain qui chante en solo, mais cinq jeunes hommes qui distillent un rock indie sympa. Les morceaux sont agréablement construits et leur musique est en adéquation avec le programme de la soirée. Au final,9 morceaux (allez 10 en comptant l’intro) qui nous surprennent en bien et quelque part dans sa tête on note de garder un oeil sur ce groupe.

alice-roosevelt-lausanne-2016-01-picture-by-alex-pradervand

alice-roosevelt-lausanne-2016-11-picture-by-alex-pradervand

21.45 heures, sous une faible lumière bleue, les musiciens arrivent sur scène en même que démarre l’intro Give You The Ghost. Le groupe joue dans l’obscurité, probablement une manière de mettre en avant les projection vidéo en arrière-plan qui les accompagnent durant tout le set. Il faut dire que les frères Lockey sont aussi cinéastes et donc attachés au visuel au moins autant qu’à la partie sonore.

Outres les 4 fantastiques déjà mentionnés, on remarque également qu’il y a un batteur (Nicholas Willes qui tourne avec The Editors) avec eux. Tant mieux, le live n’en sera que plus vivant. Amis bilingues français-anglais, je vous laisse apprécier l’aberrante évidence de cette dernière phrase en silence (consternant).

Avant le deuxième morceau, Rachel Goswell prend sa guitare et le groupe enchaîne avec une de ses meilleurs chansons,The Thief. Les videos deviennent vite très accessoires car le son emporte tout. Non seulement, il est très bon mais l’alchimie si fragile sur disque est parfaitement reproduite.

Si le groupe apparaît très concentré sur sa musique, cela n’empêche pas quelques fous rires, notamment de Rachel, suite à quelques maladresses avec sa pédale d’effets.

La salle est un peu plus remplie qu’en début de soirée, mais cela reste très clairsemé.

Le groupe enchaîne ensuite avec le reste de l’album, dans un ordre qui est semble-t-il identique chaque soir. Entre les morceaux, peu de communication avec le public, hormis une présentation des musiciens et l’annonce de quelques un des titres qui sont joués.

En fin de compte, l’album sera joué presque en intégralité pendant une heure. Il n’y aura ensuite pas de rappel, Out To The Sea clôturant la soirée sur un larsen répété à l’infini jusqu’à ce qu’un technicien coupe le son et rallume la lumière.

Dommage que Minor Victories n’ait par exemple pas joué l’un des quelques récents titres de The Editors sur lesquels Rachel Goswell avait collaboré l’an passé. Et on ne mentionne pas le fabuleux répertoire individuel de chacun où il y aurait eu matière à piocher l’une ou l’autre chanson supplémentaire.

A noter enfin que l’entier du groupe rejoint ensuit rapidement le stand du merchandising (sans cd, ni LP, ceux-ci ayant tous été vendus la veille!), pour rencontre les fans.

Ce soir, il est possible de contredire Aristote (qui soit dit en passant s’en fout pas mal, il est mort depuis des siècles) : Minor Victories est un très bon groupe avec des musiciens confirmés, mais ce n’est pas aussi bon que Slowdive, The Editors ni même Mogwai. Cela dit, ce n’est pas leur prétention et ils ont donné un très beau concert. En plus pour un prix ultra raisonnable de 28 francs, soit un des rares soirs où les bières vous coûtent plus cher que le prix d’entrée. Par contre, encore un concert où le public ne répond pas présent alors que le programme était abordable et d’excellente qualité.

Setlist :

01. Give You The Ghost
02. The Thief
03. A Hundred Ropes
04. Cogs
05. Breaking My Light
06. Folk Arp
07. Scattered Ashes
08. Higher Hoes
09.Out To Sea

minor-victories-lausanne-2016-setlist

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.