top 3

Rockeuse, rockeur, On a beau souvent cracher sur les traditions, parfois on les aime quand même, et comme c’est la fin d’année, On est presque excusé. Nos rédactrices et rédacteurs ont concocté des tops 3 pour l’année 2015, de leur style de rock/metal favori. Le tout agrémenté de petites surprises, cela te fera une superbe bande son pour cette fin d’année, et qui sait … des idées de cadeaux?

-> alt, indie // Jillian Blandenier, rédactrice

1 – IAMX ‘Metanoia’3

Après une crise de nerfs à la fin de sa tournée 2013, Chris Corner a été suivi pour insomnies, anxiété et dépression, autant de problèmes psy traités dans cet album cathartique du long chemin vers la guérison. Une œuvre poignante, ultra personnelle et universelle à la fois, d’une beauté et d’une honnêteté déconcertante.

 

 

Capture2 –Susanne Sundfør ‘Ten Love Songs’

Superstar dans sa Norvège natale, Susanne Sundfør n’a plus rien à prouver. Complexe et inattendu, Ten Love Songs est ce qu’il prétend, et bien plus. Du Bond-esque ‘Delirious’ à ‘Fade Away’en passant par ‘Memorial’, mi-sonate mi-prophétie apocalyptique.

 

 

23 – Archive ‘Restriction’

Dans la catégorie ‘artistes sortant une quantité presque inquiétante de musique de qualité en un temps record’, Archive se pose là. Juste après Axiom, BO d’un moyen métrage, ‘Restriction’ est une énième preuve qu’Archive peut tout faire, et qu’ils n’ont de cesse de surprendre ceux qui s’attendent encore au trip-hop de leurs débuts.

 

-> La surprise de 2015

Marina & The Diamonds – Froot

Elle avait créé la surprise en 2012 en délaissant ses synthés pour des guitares (sans vraiment les abandonne). Super catchy, très bien produit, efficace : Froot n’augure que de belles choses pour le futur.

-> L’attente de 2016

David Bowie

Grosse surprise (non), mais honnêtement, qui n’attend pas le prochain album de David Bowie avec des étoiles dans les yeux ?

 

-> prog // Fantin Reichler, responsable dossiers

Capture1 – Steven Wilson ‘Hand. Cannot. Erase.’

S’éloignant peu à peu du metal le génie anglais du prog amène cette année une fresque contemporaine où MAO côtoie mélodies hantant l’esprit. Plus pop certes, cet album contient tout de même une sacré dose de rock, de prog et d’expérimentation. Steven, on t’aime, Steven on t’adore.

-> à écouter : ‘Home Invasion’, ‘Regret #9’, ‘Perfect Life’

 

22 – Between the Buried and Me ‘Coma Ecliptic

Gros changement de direction pour le quintet américain : un pas en arrière du côté du death metal techniqe, deux pas en avant du côté du rock progressif, et le rock prog, j’aime ça. Plus de voix clean et d’harmonies, des claviers plus présents, des mélodies à la Queen et à la Gilmour. Oui, j’aime ça.

-> à écouter : ‘The Coma Machine’, ‘Memory Palace’

 

33 – We Lost the Sea ‘Departure Songs’

Proche du post rock, cet album mérite sa place dans ce top prog pour deux raisons : un concept bêton – il s’agit d’un hommage à un membre fondateur du groupe ayant mis fin à ses jours – et une progression musicale épique, traduisant la tristesse, la rage et l’incompréhension. Cinq pièces instrumentales poignantes.

-> à écouter : ‘Challenger part 1 – Flight’ (24 minutes dans les gencives)

 

-> La bonne surprise 2015

Tempel ‘The Moon Lit our Path’

Duo instrumental voguant avec aise au travers des sous-genres metal.

-> L’attente de 2016

Dream Theater, il est temps de refaire un bon album les gars !

 

-> grunge / noise // Laure Noverraz, responsable concerts

11 – Metz ‘II’

Si le trio canadien a posé un pavé dans le post-grunge/noise avec son premier album en 2012, il ravage désormais tout sur son passage. Haineux, organique, rempli de titres plus percutants les uns que les autres, ‘II’ s’écoute religieusement à un volume insultant.

-> à écouter : ‘Spit You Out’, ‘The Swimmer’, ‘Kicking a Can of Worms’

22 – Queen Kwong ‘Get a Witness’

Remarquée à 17 ans par Trent Reznor qui la prendra sous son aile, et dix ans plus tard accompagnée de Wes Borland, ‘Get a Witness’ est un 8 titres complètement improvisé, écrit sur le tas et pourtant si addictif. Une plongée dans un univers sombre et primitif, qui combine savamment Jack off Jill et Savages.

-> à écouter : ‘Cold Daggers’ , ‘Purrfiction’, ‘Bells On’

33 – Creepoid ‘Cemetery Highrise Slum’

Un mélange étonnant de grunge, shoegaze et distorsions de vibratos, limite ‘noise dépressif’ (j’invente des genres musicaux si je veux!), ce troisième opus des Américains ne pourrait être mieux résumé que par Pitchfork lui-même : ‘it’s a fucked-up record for fucked-up people’.

-> à écouter : ‘American Smile’, ‘Dried Out’, ‘Tell The Man’

-> La bonne surprise de 2015

Kagoule ‘Urth’

C’est jeune, c’est grinçant, c’est jouissif, c’est nonchalant.

-> L’attente de 2016

Tigercub aurait dû sortir un album plutôt qu’un EP fin 2015. ‘Fin j’dis ça…

-> death // Claire Blanchard-Buffon, rédactrice

31 –Temple of Baal ‘Mysterium’

Ouais, ok c’est du black death, mais c’est tellement bon ! Les parisiens prouvent une fois encore leur excellence dans le genre. La première impression de cette galette est un fluide fulgurant dont on perçoit la chaleur agressive s’insinuer dans sa carcasse.

 

 

22 – Sylosis ‘Dormant Heart’

Une identité toute en finesse et empreinte de riffs riches et puissants sont les maîtres mots de cet album de death melodic. Ok, le style a une réputation gradingue, mais n’empêche qu’on sait être classe quand il faut ! Le côté english, allez savoir.

 

 

13 – Unleashed ‘Dawn of the Nine’

Essentiel et toujours d’attaque. Lourd, dénué d’artifices, du bon gros death à l’ancienne. La beauté musicale de cet album se passe de commentaires.

 

 

-> La mauvais surprise 2015

Apocrophex – Suspended from the Cosmic Altaar

Le death technique est à manier avec précaution sinon ça tourne facilement en un joyeux gros bordel. C’est ce qu’ils ont fait avec cet album plus proche d’un gangbang mal dosé que d’une perle chiée par un poney borgne. Dommage, ‘y avait de l’idée !

 

-> La bonne surprise 2015

Desolate Shrine – The Heart of the Netherworld

Du death, oui, mais du death amplifié de doom, ben ça pète ! Cet album du groupe finlandais est un bijoux du genre qui n’a rien à regretter par son choix de mélange musical tant l’ambiance est grasse et lourde. La désolation et le malaise envoûtent l’auditeur en le glissant dans une suffocation délicieusement morbide.

 

-> black // Camille Piot, rédactrice

 
Capture1 – Mgła ‘Exercices in Futility’

Je crois qu’on est tous d’accord, les polonais (à prononcer Mgwa) ne nous déçoivent pas, une fois de plus. Une production (trop?) lisse, mais définitivement dans mon top 3 de tous genres confondus pour cette année.

-> À écouter : ‘Exercices in Futility I’ … en fait tout,, on ne sépare pas les chansons d’un album de black!

22 – Aosoth/Order of Orias ‘Aosoth/Order of Orias’

Traitez moi de bobo, mais il fallait que je place ce split incroyable! Order of Orias reviennent après une absence remarquée (par moi en tout cas) et se lient avec Aosoth pour un vinyle qui plomberai le moral de Frankie Vincent. Deux morceaux, deux cercles des enfers à découvrir et savourer du haut de ce monde qui s’écroule.

-> À écoute : y a que deux chansons, écoutez tout!


33 – Chelsea Wolfe ‘Abyss’

Bien que ça ne soit pas du Trve Black, cet album n’a jamais déçu le grand nombre d’amis Blackeux qui m’entourent. Chelsea Wolfe nous livre le plus sombre de ces opus et, bien que différent d’un album de BM classique, nous ennivre avec les mêmes sensations. La disto et les basses font le même effet que le meilleur Black ambiant, et la voix torturée de la louve enveloppe le tout d’un voile de brume la plus opressante.

-> À écouter : ‘Carrion Flowers’, ‘Dragged Out’, ‘Maw’

-> La bonne surprise 2015

Shaddaï ‘From Mute Remains’

C’est Suisse, ça pue le sang de porc et en live c’est incroyable! Hop Suisse!

->  l’attente 2016

Mayhem

rumeurs rumeurs? Qui sait, mais on attend de pied ferme! (oui, on y croit encore)

-> heavy // Louis Rossier, responsable swiss

11 – Satan ‘Atom By Atom’

Vétérans de la New Wave Of British Heavy Metal originaires de Newcastle, Satan ont montré que Judas Priest et Iron Maiden ne pouvaient pas faire de leur âge respectable une excuse pour baisser le tempo. Par sa nervosité et la qualité de son écriture, ‘Atom By Atom’ décroche sans peine la première place de classement.

-> à écouter : ‘Fallen Saviour’, ‘The Devil’s Infantry’

22 – Sorcerer ‘In The Shadow Of The Inverted Cross’

À mi-chemin entre un doom traditionnel black sabbathien et un heavy épique à la Manowar des premières heures, Sorcerer cache bien son jeu derrière une pochette et un titre qui annonceraient une couleur black metal. Formé en 1988 (!), Sorcerer frappe fort avec ce premier album tardif.

-> à écouter : ‘Exorcise The Demon’, ‘Lake Of The Lost Souls’

33 – Visigoth ‘The Revenant King’

Encore un premier album pour cette sélection heavy ! Visigoth est sans doute le nouveau groupe à suivre au sein de la scène américaine. Rappelant Grand Magus à bien des égards, et pas seulement grâce au timbre profond de leur chanteur, Visigoth conjugue puissance et lyrisme comme peu savent le faire.

-> à écouter : ‘Dungeon Master’, ‘Iron Brotherhood’

-> La bonne surprise 2015

W.A.S.P. ‘Golgotha’

Seul album des ‘tous grands’ à ne pas trop sentir la déception.

->  l’attente 2016

Striker, ‘Stand In The Fire’

Parce qu’ils n’ont jamais rien sorti de mauvais.

-> thrash// Louis Rossier, responsable swiss

11 – Deathhammer ‘Evil Power’

Deathhammer propose une approche unique du thrash, qui n’aurait pu se réaliser ailleurs qu’en Norvège probablement. Après avoir macéré dans trois décennies de black, leur thrash bâtard renvoie autant à ses précurseurs (Venom, Sarcófago) qu’à des vieux noms du speed. Nerveux, maléfique et pas propre, c’est excellent.

-> à écouter : ‘Warriors Of Evil’, ‘Satan Is Back’

22 – Gama Bomb ‘Untouchable Glory’

Sur une note plus légère que Deathhammer, en témoigne la pochette évoquant un film d’action des eighties, Gama Bomb se défend aussi par un chant plus radicalement orienté speed. Le riffing n’est jamais trop lyrique, mais recèle un feeling rock’n’roll évoquant parfois Motörhead. Moins crade, plus marrant.

-> à écouter : ‘Drinkers, Inc.’, ‘Ninja Untouchables’

33 – Bio-Cancer ‘Tormenting The Innocent’

Ce n’est pas le premier représentant grec du genre à s’internationaliser, songeons à Suicidal Angels. Avec ce deuxième album, Bio-Cancer efface toutes les faiblesses de leur premier de nos mémoires. Une voix extrêmement hargneuse associée à une écriture très attentive des riffs font de Tormenting The Innocent un bijou.

-> à écouter : ‘Bulletproof’,

-> La bonne surprise 2015

Slayer ‘Repentless’

On l’attendait pas, et pourtant on y trouve une ou deux bonnes surprises.

->  l’attente 2016

Vektor ‘Terminal Redux’

Il va tout péter, vous êtes prévenus.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.