oss

À côté de ses études, lorsqu’il ne récolte pas 100’000 francs pour tirer un doigt à l’UDC en se payant la une du 20 minutes pour signifier que le vote des Suisses ne s’achète pas, Donat Kaufman fait de la kraut pop psychédélique avec son groupe One Sentence. Supervisor. Et le pire, c’est qu’entre deux tournées, les types trouvent le temps de réinventer la manière de sortir de la musique.

One Sentence. Supervisor, c’est quatre potes d’une banlieue de Zurich qui se sont mis à jammer ensemble. Un premier album en avril 2013 – ‘The Heavy Sea’, vachement cool – suffit à les lancer sur les routes de Suisse et d’ailleurs, des routes qui les emmèneront notamment en Chine et au fameux Sziget Festival en Hongrie. Jusque là, on aurait pu simplement leur accorder un interview pour dire ‘Hey t’as vu, ils sont pas romands, mais ils sont quand même cools !’, mais s’ils se taillent cette place particulière dans votre mensuel romand de rock préféré, c’est qu’ils ont lancé un projet particulier : Temporärmusik.

Quand tu bosses sur un album, entre le moment où tu mets les chansons dans la boîte et la sortie officielle de l’album, de nombreux mois peuvent s’écouler. Et du coup, lorsqu’il s’ouvre au public, les morceaux ont déjà pris un coup de vieux pour toi. On voulait essayer de trouver une manière d’éviter ça.” explique Donat, qui occupe les postes de chanteur et de guitariste. La manière d’éviter ça, c’est donc Temporärmusik. Concrètement, les bonhommes écrivent des chansons en continu, et plutôt que de les stocker dans un disque dur poussiéreux en attendant d’en avoir assez pour les compacter en album, ils les balancent librement sur internet au fil des semaines. “Elles peuvent être enregistrées n’importe où, parfois en studio, comme la dernière sur laquelle on a bossé, parfois dans notre salon. Ça dépend du ton qu’on veut lui donner.”

Avec cette approche, le groupe essaie d’adopter une démarche plus immédiate et authentique, plus proche de leurs auditeurs aussi. Ainsi, ils ne peaufinent pas leurs morceaux des mois durant, ne se demandent pas s’ils sont ‘finis’ ou non, pour préférer publier immédiatement ce qui paraissait le plus vrai sous l’inspiration du moment.

Avec quatre titres au compteur à l’heure où ces lignes sont écrites, et un cinquième sur le point de débarquer, Temporärmusik devait s’achever initialement en février 2016. “On va probablement pousser l’expérience plus loin, parce qu’on apprécie assez cette manière de fonctionner.” Les tournées à répétition ont également ralenti l’exécution du projet : “Nous n’avons pas sorti autant de chansons qu’on aurait voulu”, confie Donat.

Du son gratuit, c’est bien beau, mais quid des vieux réac’ qui aiment bien se la péter en organisant des apéros pour exhiber sa collec de disques ? “On va probablement presser le tout sur vinyles quand ce sera terminé, on est tous des amoureux de vinyles”. En revanche, difficile d’annoncer une date de sortie puisque le terme du projet lui-même est indéterminé. “Mais probablement courant 2016”, nous rassure-t-il.

En concert le 12 novembre au Bourg à Lausanne avec Fuck Love. Plus d’infos.

www.onesentencesupervisor.bandcamp.com
www.onesentencesupervisor.ch
www.facebook.com/onesentencesupervisor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.