Alors que le groupe annonce avoir dans ses cartons de quoi garnir un onzième album, c’est avec des concerts en forme de best-of qu’il arpente les scènes de l’été. Et ce genre de propositions n’est jamais pour déplaire au public, avide de tubes connus à entonner en chœurs. Là, The Offspring n’ont pas failli en cette deuxième soirée du Venoge Festival et le public le lui a bien rendu. Les bords de la tranquille rivière, oui vous savez celle qui n’est pas vraiment un fleuve mais coule à un joli niveau comme disait Gilles, ont tremblé au son des ‘Can’t Repeat’, ‘Come Out and Play’ ou encore d’un tonitruant ‘Original Prankster’ parfaitement lancé par la reprise de ‘Seven Nation Army’, le tube des White Stripes. Section rythmique percutante et jamais en manque d’intensité, guitares taillant riffs sur riffs sans s’émousser, les rejetons du punk-rock américain n’ont montré le besoin de reprendre leur souffle à aucun moment. Le public, chauffé par cette énergie communicative, s’est même vu offrir une salvatrice douche made des membres du combo armés d’extincteur et lance à eau. Seule ombre au tableau de cette soirée moite, une sono peinant à faire surnager la voix d’un Dexter Holland joliment en forme. Car si le temps semble avoir laissé quelques traces rondes sur le bonhomme, il n’a pas altéré son punch. Le combo a enchaîné les salves avec énergie et détermination, bouclant le concert avec une double uppercut (‘The Kids Aren’t Alright’ / ‘Pretty Fly (For a White Guy’, ‘Americana’ / ‘Self Esteem’) tout juste entrecoupés d’une sortie de scène en forme de rappel. Le public était assommé, humide, mais aux anges.

www.venogefestival.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.