C’est sous un ciel jaune quasi-apocalyptique (chargé des sables du Sahara) que se déroule cette interview de notre Ales national, chanteur-bassiste d’Erkonauts mais depuis peu également bassiste de Samael et du nouveau projet de Benjamin D. Nominet (ancien chanteur de Sybreed). On s’occupe comme on peut pendant cet Entre-Deux Monde.

Le titre de votre dernier album ‘I Want It To End’ sorti il y a déjà six mois est toujours très actuel (même si de base il n’avait rien à voir avec la pandémie)
Ales (chant/basse) : comme tu le sais, le titre n’avait rien à voir avec le Covid, c’était surtout une période compliquée au niveau personnel et je voulais vraiment que ça se termine. J’ai fait un album très fâché et aussi très intime qui manifestait ce renouveau et ce besoin de passer à autre chose. Il m’a d’ailleurs beaucoup aidé.

Et est-ce qu’il t’aide aussi à passer la période difficile que nous vivons encore actuellement ?
Alors ce qui est sûr c’est que je vais personnellement beaucoup mieux, j’ai pu évacuer une bonne dose de colère à travers le disque. Depuis il y a eu effectivement toute cette pandémie et j’ai un peu hésité à le sortir tout de suite mais il est tellement représentatif de ce point de ma vie que j’en avais vraiment envie. Évidemment j’aimerais comme tout le monde que cette phase étrange se termine et qu’on puisse revenir au plus vite à une vie normale. Croiser des potes à la Cita, aller au resto, faire des concerts etc. ce n’est pas possible que 100% de nos activités hors travail soit d’aller faire des courses alimentaires.

Vous devriez sortir un album de remix des titres intitulé ‘We want it to end’.
(rires) non mais les gens en ont marre, ça se voit. Même si la grande majorité en tout cas en Suisse jouent le jeu ça n’évolue pas. On a besoin de pain et de jeux et là on a plus les jeux.

Oui en tant que musicien ça doit être vraiment dur, tu n’as même pas pu faire un concert après la sortie du disque.
Aucun concert avec The Erkonauts et un concert avec Samael (qui était également mon premier), artistiquement c’est assez faible, si c’est à ça que tu as consacré ta vie ça fait peu. Bon le concert avec Samael était hyper plaisant, c’est une expérience dont je garde un excellent souvenir Le crew était super, les lights excellentes, manquait juste le public. (rire jaune)

Ils vous reste encore les répètes
Alors vu que la moitié du groupe habite en France c’est très compliqué, c’est hyper dur aussi de garder la motivation. Tu prépares des shows, ta playlist, tu te mets dedans et bim c’est annulé. Et là c’est déjà arrivé 15-20 fois en 2020. En ce moment quand on a des nouveaux concerts on se demande plutôt « est-ce qu’on le fait » ? Cette niaque qui pousse à préparer des nouveau lives commence à s’effriter un peu.

Vous avez (en principe) pas mal de choses prévues avec Samael cette année ?
Bien entendu ! Alors on va essayer de dignement fêter les 25 ans de l’album ‘Passage’. Je crois que je ne prends pas trop de risques en disant que c’est le meilleur pour beaucoup de monde. Il y aura donc cette tournée anniversaire en octobre de 18 dates en 18 jours. En principe aussi une date en Suisse en avril, mais est-ce qu’elle aura lieu ? En tout cas en octobre j’espère vraiment que ça va le faire. On jouera donc l’album en entier plus une sélection de hits dont sans doute ‘Hegemony’, ‘Slavocracy’ et quelques autres.

On va revenir quand même un peu à The Erkonauts si tu peux me parler un peu de la gestation et de la production de l’album ?
Oui donc après avoir un peu hésité à le sortir cette année, on a booké le Downtone Studio de Drop (Sybreed, Samael, MXD). La composition elle-même m’a pris environ un mois et on est ensuite allé l’enregistrer sous la supervision de Drop. D’ailleurs il a aussi fait une partie des grattes vu que comme je te disais avant nos musiciens français ne pouvaient pas se déplacer et du coup c’est Vinch notre ancien batteur qui a joué les parties de Kevin (batterie). La finalisation s’est faite en plein confinement du coup on s’est juste retrouvé avec Drop pour les touches finales et le mix et on l’a masterisé chez Jens Bogren (Dimmu Borgir, Kreator, etc.)

Et donc sorti en autoprod cette fois ?
Oui on l’a sorti en autoprod histoire de garder le contrôle de nos droits et c’est bête à dire mais ça nous rapporte quand même plus, le cd est un objet qui ne se vends plus trop mais c’est quand même un geste que font les gens en direction du groupe en l’achetant. On a fait des chouettes packs de précommande. La vente directe nous a permis de rentabiliser pas mal de choses plutôt que des labels, distributeurs etc. qui te prennent entre 60 et 80% du chiffre au passage. On avait essayé le précédent avec Indie Rec. mais je crois qu’on était pas assez grands pour eux, du coup ils le sortent et il n’y a pas vraiment de suivi derrière. Mais on s’est quitté en très bons termes en leur laissant même une option plus tard pour au cas où.

Vous avez aussi fait pas mal de magnifiques goodies.
Si tu veux il y a eu deux choses différentes, déjà j’avais vraiment envie de faire plus de merch que d’habitude et on avait également envie de filer des mandats à des artistes indépendants du style ceux qui font des t-shirts de tournées ou affiches de concerts et qui n’ont quasi plus de taf en ce moment. Du coup on a pu réinvestir l’argent des disques, on a fait une série de t-shirts pour plusieurs morceaux avec des variants, on a une magnifique sérigraphie numérotée qui a été faite par Kax, et aussi le vinyl que je trouve vraiment super.

Flamingo is the new black ?
Clairement c’est vraiment un passion project. D’ailleurs c’est toi qui m’a dit qu’il y en avait à Genève et je suis allé les voir direct après, j’étais euphorique « il y a des flamants roses dans ma ville !!!! » (Ales doit être un des seuls Genevois à ne pas savoir qu’il y a des flamants roses au Jardin Botanique). On a aussi fait des clips, Pym qui a fait ‘War Flamigoes’ et notre ancien gratteux Bakdosh qui avait déjà fait ‘Five Orange Seeds’ et qui vient de terminer ‘Cult Of The Burning Star’ qui sera sorti au moment ou vous lirez ces lignes. Il a fait un boulot vraiment incroyable, je pense vraiment qu’il va se faire un nom dans la réalisation. Un morceau d’ailleurs chanté part Ben (ex-Sybreed).

Ce qui me permet d’enchainer, si tu peux me parler un peu de son nouveau projet dont tu fais partie à l’instar de Drop ?
Oui donc Ben est en train de monter son propre projet et nous a proposé à Drop et moi de jouer dessus. Réponse évidement positive vu qu’il m’avait bien aidé en trouvant une ligne de chant pour ‘Cult Of The Burning Star’ dont on a parlé juste avant. Pour le reste je pense que le mieux est de lui demander directement vu qu’il a toute une philosophie derrière son projet, mais je n’ai aucun doute sur le fait que les gens vont adorer. [Mika]

www.erkonauts.com

www.samael.info

FICHE CD :

Nom de l’album : I Want It To End

Label : Autoproduit

Note : 5/5

A propos de l'auteur

Articles similaires