La voix un peu fatiguée, les riffs bien en place mais sans vitalité et les techniques de jeu maîtrisées ne rendent hélas pas ses lettres de noblesse à Headless Crown qui est manifestement un groupe de live et non de studio. Le décalage entre les prestations scéniques et la mollesse de l’album est impressionnant. Certes, du point de vue de la qualité et de l’expérience rien n’est à jeter, il faut leur reconnaître ça, mais merde ! On a envie de vibrer, de mouiller les slips et de se perdre, cheveux au vent, sur la route 66. Du coup c’est plutôt mamie et papi en Goldwin se traînant sur la route du Lac. L’artwork est bien plus splendide que l’enregistrement. Déjà que la pochette est pas très classieuse, c’est dire le niveau de berceuse et le manque d’énergie du contenu. Après, si tu les as vus en concert et que tu veux juste te souvenir de la fois où tu as roulé une pelle à Mimine après la sixième bière dans une atmosphère heavy, ben t’as tout juste ! Pour découvrir le groupe, passe ton chemin et va suer en vrai dans un de leurs concerts. Tu t’épargneras une déception et tu iras gonfler les rangs de leurs fans, parce que, bordel, ils sont époustouflants en vrai !

headlesscrown.com/

3/5