A l’aube de ses septante ans, Bruce Springsteen nous invite à un nouveau voyage sur les routes américaines. En effet, plus de la moitié des titres abordent directement le thème du voyage et de la route ( ‘Hitch hiking’, ‘Sleepy Joe’s Café’, ‘Moonlight Motel’, etc) et l’ensemble respire le soleil et la poussière des routes désertiques de l’ouest américain. Un disque à écouter au volant de sa voiture en plein été, quoi… Car s’il s’agit d’un album que l’on peut considérer comme plutôt dépouillé pour le Boss, on est loin de ‘Nebraska’ ou ‘The Ghost of Tom Joad’. C’est même le contraire. Si ces deux albums plutôt sombres ou introspectifs étaient le yin, ce ‘Western Stars’ est le yang. Il est positif. Lumineux. Avec juste quelques aspects plus sombres. Et surtout, si l’on peut se raccrocher à quelques petites touches qui ont fait le ‘son’ Springsteen (comme par exemple ces cordes sur ‘The Wayfarer’), il faut admettre que le gaillard réussit à carrément proposer quelque chose de nouveau avec même des arrangements de cuivres que n’auraient pas renié Elvis dans les seventies. Et tout ça après plus de 40 ans de carrière. Chapeau. Alors on pourra reprocher à cet album de manquer de tube en puissance mais, après tout, c’est très bien ainsi aussi : Springsteen propose ici un album à part entière. Un tout. Pas un ou deux singles et du remplissage. Un disque qui grandit en nous à chaque écoute et auquel on revient inlassablement.

Note : 4/5

https://brucespringsteen.net/

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.