Une année à peine après un « Western Stars » en solo, le Boss est déjà de retour avec un nouvel album. Et pour cela, il a rappelé son E Street Band avec lequel il a enregistré en direct, sans overdubs, et en cinq jours seulement… une première pour Springsteen, qui refuse manifestement de se reposer sur ses acquis à 71 ans et près de 50 ans de carrière. Sa carrière, justement, cet album nous y replonge habilement à reculons : le premier titre (« One minutre you’re here ») reprend ainsi le dépouillement de « Western Stars », le second (« Letter to you ») ramène le son plus dense du E Street Band, le troisième (« Burnin’ train ») enfonce le clou du côté du Springsteen plus « classique » et, comme ça, dès le quatrième titre, nous voici déjà retournés dans les seventies : « Janey Needs a Shooter » est en effet un titre inédit écrit avant même le premier album du Boss en 1973, tout comme le sont « If I was the priest » et « Song for orphans ». On saluera ce travail d’exhumation, car il ne semblait pas dicté par un manque d’inspiration : cet album est brillant et contient de potentiels classiques (« The power of prayer » « Janey… », « Ghosts »…), même si ces morceaux n’acquerront peut-être jamais ce statut à défaut d’avoir pu être joués pendant des années en concert… Oui, écouter cet album procure un sentiment étrangement agréable : on s’y sent bien, au chaud, en terrain connu tout en allant de bonne surprise en bonne surprise. Et franchement, en cette fin d’année 2020, savoir que Bruce Springsteen demeure encore et toujours présent à nos côtés, ça fait du bien. Beaucoup de bien.

5/5

Toute son actualité sur brucespringsteen.net

A propos de l'auteur

Articles similaires