Une sortie d’un album d’Ayreon Lucassen ou Arjen Ayreon est toujours un grand moment pour tout fan de metal prog des temps modernes. Le Hollandais est en effet un maître du genre. Ses opéras metal avec moult invités prestigieux de la scène métallique rendent ses productions encore plus attendues. Pour cette fournée, on retrouve le désormais inévitable James LaBrie, Mathias Sammet, Hansi Kürsch, Simone Simmons, Floor Jansen, Mark Kelly, pour les plus connus. Lucassen s’amuse souvent à faire deviner le nom des musiciens sur les réseaux sociaux. Il a d’ailleurs un lien très proches et interactif avec ses fans qui ont même pu cette fois réaliser une vidéo pour un des titres (‘The Source will Flow’).
Comment ne pas s’extasier encore une fois devant la créativité et le talent du bonhomme ! C’est sûr qu’après tant d’albums, on retrouve parfois quelques gimmicks : le son du moog, du violon et de la flûte sont reconnaissables entre mille, les breaks de batterie sonnent familiers à nos oreilles, mais la variété, le sens mélodique du musicien impressionne et on se prend de plein fouet des morceaux tels que le monument initial ‘The Day that the World Breaks down’ ou le très contrasté ‘Aquatic Race’. Ayreon c’est moderne mais cela n’empêche pas le maître de cérémonie d’ajouter un petit break jazzy par-ci ou des chœurs hautement 80’s en début de morceau par-là sans pour autant que cela nous fasse sourciller, au contraire un petit sourire se dessine sur notre visage à l’écoute des chœurs très kitch mais assumés d‘ ‘Aquatic race’. Adepte des histoires de science-fiction, Lucassen ne déroge pas à la règle avec ‘The Source’ et il nous plonge dans l’intelligence artificielle sur la planète Alpha, six milliards d’années avant que ces lignes ne soient écrites. Nos ancêtres les Alphans sont déjà à l’époque responsables de la crise politique et écologique en cours. Bien que reconnaissable comme faisant partie de la discographie de Lucassen, ‘The Source’ possède un côté heavy assez prononcé, les riffs étant plutôt tranchants et puissants. Il est finalement impossible de vraiment sortir des morceaux du lot. Comme d’habitude, on a juste envie de s’immerger dans ce long album de la première à l’ultime note. Ayreon est un tout, une entité frisant souvent la perfection. C’mon on board !

Note : 5/5
www.arjenlucassen.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.