Voilà maintenant pile trente ans que les ‘petits suisses’ de Samael se sont formés dans la vallée du Rhône pour devenir une véritable machine de guerre qui a, par son talent et sa puissance, sillonné les salles obscures d’une bonne partie de la planète. Une success story qui n’a jamais cessée depuis et qui n’est pas prête de se terminer. Entretien avec Vorph (guitare, chant).

Est-ce que tu pourrais revenir sur ce qui s’est passé depuis la sortie de ‘Lux Mundi’ en 2011 ? Entre autres le départ de votre bassiste Mass remplacé par Drop (MXD, ex-Sybreed, ex-Rain) ?
Je ne pense pas que l’arrivée de Drop ait été un facteur décisif concernant le délai de sortie. Quand il est arrivé, on est déjà parti pour un an de tournée en hommage à l’abum ‘Ceremony Of Opposites’, principalement sur des festivals hormis quelques mini-tournées de quelques jours en Russie, en Pologne et au Canada. Xy de son côté a également prix une année pour son projet néo-classique commandé par la ville de Sion (Sedunum), où il a enfin pu composer avec un vrai orchestre classique. Le côté positif, c’est qu’on avait déjà des compos prêtes pour le nouvel album en 2013 et du coup on a pu revenir dessus en améliorant pas mal de choses ce que nous n’avions pas pu faire d’habitude. Mais c’est vrai qu’on a pas du tout vu passer ces six ans.

Et ton feeling par rapport à l’arrivée de Drop ?
Ça c’est évidement super bien passé, comme tu le sais il connaissait parfaitement nos albums ainsi que notre histoire et c’est un musicien avant tout. On sentait que Mass était de moins en moins motivé et avait sa compagnie de lights qui était sa priorité. Dès les premières répètes avec Drop on a direct senti que ça fonctionnait et du côté du public aussi il a également été tout de suite bien accueilli.

A-t-il participé à la composition d’ ‘Hegemony’ ?
Non, comme je t’ai dit avant les morceaux étaient déjà prêts en 2013 et après Sedunum, Xy a eu envie de les retoucher un peu lorsqu’il a recommencé à travailler dessus en 2015 afin de leur mettre un peu plus d’emphase. Donc non il n’a pas participé.

Et tu penses que ce serait envisageable pour un prochain album ?
C’est vrai que ça fait pas mal d’années que Xy est l’unique compositeur du groupe. On en a pas vraiment parlé mais ça pourrait être effectivement un plus que et Drop et Mak qui sont tous deux compositeurs puissent lui filer un coup de main. J’ai écouté aussi des remixes que Drop a fait qui sont très intéressants. Je trouverais cool qu’il puisse essayer quelques trucs du genre sur certains titres, je pense que serait tout à fait envisageable.

En écoutant les paroles de ce nouvel album, on a l’impression que les thèmes choisis sont beaucoup plus concrets et ancrés dans le monde d’aujourd’hui que par le passé.
Je dois t’avouer que ce n’était pas forcement quelque chose que j’avais vu venir mais c’est vrai que c’est notre album le plus en phase avec l’actualité. J’aurais du mal à te dire s’il y a vraiment des choses concrètes mais il y a clairement un écho avec ce qui se passe dans le monde. Il y a eu par le passé quelques titres qui s’en approchaient mais en tout cas pas de façon aussi généralisé.

La pochette fait en tout cas très actuelle à l’heure où les théories du complot sont omniprésentes sur les réseaux sociaux. Une sorte de clin d’œil ?
Comme toujours, chacun va y voir ce qu’il veut, c’est Patrick Pidoux auteur des pochettes de nos derniers disques qui nous l’a proposée et nous l’avons immédiatement retenue. J’aime beaucoup cet œil un peu omniprésent qui symbolise la dominance et le contrôle et cet éclair où on peut y voir la défiance. Mais ça reste mon interprétation. C’est très ouvert comme toujours.

Au niveau de l’enregistrement comme avez-vous fonctionné cette fois ?
Alors pour tout ce qui est programmation et keyboards, on a direct enregistré en Valais à l’endroit où l’on répète. Xy a monté un studio d’enregistrement là-bas du coup c’est assez pratique. Pour les voix c’est Waldemar Sorychta (producteur d’innombrables groupes de metal) qui est directement venu s’en occuper. On avait pas bossé avec lui depuis l’album ‘Passage’ et il m’a pas mal coaché et poussé plus loin que si j’avais été seul. Le résultat est assez intéressant et j’en suis très content. Enfin pour finir on a fait le mix en Suéde au Hometown Studio.

‘Hegemony’ sera dans les bacs au moment ou sortira cette interview. Vous avez une tournée de prévue ? Il y a déjà une date aux Docks de Lausanne le 3 novembre.
Oui tout à fait, d’ici la fin de l’année on a plutôt quelques petits festivals. Je viens juste de rentrer de Milan où on jouait avec Moospell, sinon on a un autre petit festival en Californie en octobre ainsi que deux dates en Allemagne et a Bogota en novembre. Dans l’absolu on aimerait bien faire une tournée en support à ‘Hegemony’ en Europe au printemps 2018, juste avant la saison des festivals. Mais pour l’instant on est encore en pourparlers.

En parlant de festival et pour coïncider avec l’actualité (l’ouragan Irma a dévasté la Floride la veille de l’interview), vous avez vous aussi traversé une tempête lors de l’édition 2016 des fameux 70’000 Tons Of Metal (croisière metal dans les Caraïbes). Quelques mots sur cette histoire ?
Bon ce n’est évidement pas comparable mais c’est vrai que finalement tu te rends compte que même avec un paquebot de cette taille (parmi les plus grands du monde !) tu es finalement peu de chose. Tous les groupes qui devaient jouer sur le pont ont étés annulés. Il y a eu énormément de retard, c’était un peu le chaos.

Vous avez joué cet été l’intégralité cet été aux Caves du Manoir de Martigny vos deux premiers albums ‘Worship Him’ et ‘Blood Ritual’ sous le nom de W.A:R., comment cela vous est-il venu à l’idée et est ce que vous penser le refaire ailleurs ?
Ça fait quelques années qu’on a recommencé à bosser un peu ses vieux morceaux en les remettant un peu au goût du jour. Mais la base des titres est restée pareille. C’est le Palp festival (qui chaque été propose pas mal d’événement variés et originaux à Martigny) qui nous avait proposé de faire ça deux jours de suite, mais je suis vraiment pas sûr d’y refaire ailleurs. On a eu des demandes, mais en ce moment on est vraiment plus sur le nouvel album et des concerts de Samael. C’était plutôt un petit cadeau pour les connaisseurs et les fans old-school, c’est d’ailleurs pour ça qu’on ne l’a pas fait sous le nom de Samael.

Pour terminer un petit mot sur cette étonnante reprise du ‘Helter Skelter’ des Beatles ? Comment êtes-vous arrivés à ce choix ?
C’est parti d’une discussion avec Drop, Mak et Xy. On se demandait quel était véritablement le premier morceau de heavy-metal historiquement parlant. Beaucoup pensent à Purple, Black Sabbath, Led Zep, etc. mais nous étions plutôt d’accord pour dire que ‘Helter’ était vraiment le prototype absolu. Donc c’était pour rendre hommage à cette source, selon notre vision évidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.