itw_WOJ.OK(BD)

Huit ans!!! Il a fallu huit ans avant que le groupe phare de la scène hardcore ne ponde un nouvel opus. Fracassant et ne décevant pas nos oreilles avides, voici que Candace Kucsulain revient sur huit ans de silence et sur son nouveau bébé musical.


Vous voici huit ans après ‘The American Dream’, comment vous sentez-vous?
On se réjouit et nous sommes carrément prêts à remettre le couvert! Cela fait un sacré moment que nous n’avons plus rien sorti de nouveau, donc nous nous réjouissons de jouer ces nouvelles compositions.

Et pourquoi avoir attendu si longtemps?
A cause… de la vie! (rires) Après deux ans à jouer sans interruption pour ‘The American Dream’, nous avons envisagé un nouvel opus. Je savais que ce prochain album signifiait également une tournée, mais j’avais envie de fonder une famille et n’avais pas envie de repousser cela. Donc j’ai décidé de mettre le tout en suspens et j’ai eu une merveilleuse petite fille. Beaucoup de groupes arrivent à avoir des gosses et tourner en même temps, mais quand tu es une femme, c’est un autre problème (rires). J’ai fait une pause de deux ans durant ma grossesse, et deux ans après. Ma fille, c’est ma vie et je voulais faire les choses d’une certaine façon durant sa première année sur terre. Nous sommes revenus sur scène pour le ‘Pesistence Tour 2012’ et avons tourné le moins possible afin que je soie avec ma fille.
Composer un nouvel album fut plus difficile que je ne le pensais, j’avais besoin d’une nouvelle inspiration. Cette dernière année a été riche en événements, et ceux-ci ont nourri cet album. La première source d’inspiration fut ‘Relentless’ : c’est une organisation qui lève des fonds pour les enfants atteints de cancer et autres maladies mortelles.

De quelle manière ‘No One Can Save You From Yourself’ est-il différent de vos albums précédents?
Nous avons eu énormément de temps à disposition pour solidifier notre set-lit, afin que tous nos morceaux soient des ‘killers’. Nous avons réalisé que les morceaux que nous aimions jouer étaient plein d’énergie brute et remplis d’ondes très fortes. Donc avec ce nouvel album, nous nous sommes focalisés sur cette énergie live. On voulait faire un opus dont chaque chanson était l’essence même de ce que nous faisons en live.

Vos compositions sont très ‘dans ta face’, sans compromis. Comment faites-vous pour ne pas vous assagir et garder cette rage?
Nous sommes qui nous sommes et on est un peu trop têtus pour arrondir les angles. Nous avons grandi en écoutant du hardcore et on aime toujours ce type de musique, ainsi que la jouer. C’était un effort collectif que de faire cet album, et nous avons tous apporté des expériences de vie et des sentiments très personnels. Je pense que notre musique a toujours été comme une bande-son de la douleur, du chaos et du côté sombre en chacun de nous. Mais nous travaillons tous afin d’être des gens meilleurs et créer un monde meilleur, sans négliger de voir le monde tel qu’il est. Il faut que tu voies les vérités qui dérangent pour pouvoir les changer. Même en nous-même.

Vous avez sorti ‘I Am Relentless’ en guise d’amuse-bouche il y a deux ans. Peux-tu m’en dire plus sur ce morceau? Et qu’en est-il de la petite fille qui apparaît sur la fin de l’intro?
Oh, cette petite fille c’est Gigi, c’est la fille de mon meilleur ami. ‘Relentless’ est une organisation caritative qui lève des fonds pour les maladies infantiles. Deux fois par année, ils font des évènements afin de trouver des financements pour les enfants et leur famille. Je fais partie de cette assoc’ depuis trois ans. On voulait faire de notre mieux pour donner un maximum d’argent à ‘Relentless’, et nous avons demandé à Conor Bint, qui était membre de l’association de poser sa voix sur ce titre, ainsi que plusieurs autres enfants. Il est mort l’année passée et c’est un honneur d’avoir sa trace sur un album. Je trouve qu’il n’y a rien de plus beau que d’aider quelqu’un à traver quelque chose que tu aimes.

Il y a un message caché sur votre couverture d’album?
Non, on est un groupe très direct. Nous sommes notre propre ennemi et si tu veux du changement, il faut commencer par toi-même!

Et si je vous qualifiait de groupe mythique, aux côtés de Sick Of It All et Agnostic Front?
J’adore et respecte à fond ces deux groupes! Ils restent fidèles à eux-mêmes et feraient n’importe quoi pour rester aussi authentique que possible. Donc c’est un honneur d’être aussi ‘mythique’ qu’eux!

Et comment arrives-tu à être maman, musicienne, et prendre du temps pour ta passion, le culturisme?
C’est une combinaison difficile, je l’avoue. Il faut juste prendre le temps. Parfois il faut juste que tu choisisses tes priorités, la clé c’est de prendre soin de toi-même et de ne pas stresser. Fais ce que tu peux quand tu peux et avec ce que tu peux! C’est plus facile pour moi de faire de la musique ma priorité, et encore plus facile d’être maman car ma fille est mon coeur. Quant à la salle de sport, c’est plus difficile à caser : je le fais quand j’ai le temps et je fais de la muscu à la maison.

www.facebook.com/WallsofJericho

EN CONCERT LE 21 JUIN AU KIFF DE AARAU