Encore une perle ! Je pèse mes mots, mais franchement quand c’est aussi bien calé, délicieusement interprété et surtout terriblement créatif, force est de s’incliner. Je déconne pas, ils sont bons ces p’tits cons…Ils n’en sont pas à leur première galette et c’est bien à cela que l’on reconnaît les cadors. Le nombre de compos ne faibli pas la qualité, l’énergie et l’orgasme que produit leur inventivité. L’univers de Stortregn est complet.

Complet d’ombres autant que de lumières (et je ne parle pas que de leur cervelle…quoique), complet d’intrigues musicales autant que de certitudes, complet comme le bon pain GRTA…euh, non là je m’égare rien à voir, sauf peut-être que cet album, comme ses prédécesseurs, donne une faim gigantesque, tellement que les neuf titres de cet opus passent bien trop vite. Telle une corne d’abondance, la ré-écoute et la ré-ré-écoute etc te feront perdre le compte tellement les maths c’est d’la merde finalement., et que les douces mélopées servies ici excitent les sens, détruisent les énergies néfastes quotidiennes et encrent encore plus profondément la certitude que le metal dans son ensemble et le black plus particulièrement est putain de sa race de sa grand-mère excellent en lieu et place de tout autre remède.

Si tu en doutes encore, déjà faut arrêter les conneries et ensuite cet album t’absoudra de tes tourments et fera germer la graine de la clairvoyance. En un mot : un chef-d’œuvre. J’ai vraiment réfléchi avant de sortir toutes ces âneries, promis. En live c’est encore pire…la transe te prend par surprise surtout si tu lui résistes. Archtung ! Attention ! Beware ! Attenzione ! L’accoutumance te guette.

Note:  5/5

stortregn.com

Claire Blanchard-Buffon

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.