cd_snurfu

Une scène jonchée de cadavres de bouteilles de Jack Daniel’s, une Les Paul abandonnée la face contre un ampli… Un coup d’oeil à la pochette et on a une déjà une petite idée de ce qui nous attend : ça sent le bon hard rock ‘n’ roll à plein nez ! En tout cas, il y a intérêt, parce que sinon il y aura tromperie sur la marchandise…

C’est donc avec bonheur qu’on se rend compte qu’on a vu plus ou moins juste dès le premier morceau, qui fait dans le rock carré sous amphétamines dans la plus pure veine australienne, au croisement entre The Angels et Airbourne. Mais si on écrit qu’on a vu ‘plus ou moins’ juste, c’est parce qu’il va s’avérer par la suite que ce premier morceau n’était pas réellement représentatif du reste de l’album. En effet, c’est à partir du second titre que Snurfu abat ses cartes plus clairement, en s’éloignant du pays des kangourous pour revenir dans l’hémisphère nord et, simultanément, taper droit dans la cible de ce que la pochette nous faisait miroiter. Plus précisément, la musique du groupe pourrait être décrite schématiquement comme un mélange réussi des Backyard Babies (l’influence la plus reconnaissable, tant au niveau de la guitare que pour certains clins d’oeil évidents à plusieurs reprises), de The Almighty (uniquement pour la voix, qui a souvent des intonations rappelant celle de Ricky Warwick) et de Danko Jones (pour le côté rentre-dedans). Mais au-delà de ces références – utiles pour donner dans cette chronique une idée globale du son du groupe –, il est important de souligner que Snurfu propose une vraie personnalité, un son bien à lui, ainsi que quelques surprises de ci de là (comme par exemple le petit break de basse sur ‘Boo’, qui fait s’inviter pendant quelques secondes Iron Maiden sur un disque de rock…). Bref, un disque varié aux titres énergiques et aux mélodies accrocheuses. Bon sang, que ça fait du bien d’avoir des groupes comme ça sur la scène actuelle !

 

FICHE CD
‘Play this Game’
Autoproduction

www.snurfu.ch