Toxic Disorder‘ ne s’inspire d’aucun autre style que de l’authenticité. Ce que d’autres envoient timidement aux studios comme une démo, Hong en fait simplement son premier album. ‘Toxic Disorder‘ est indomptable, regorgeant d’énergie, et si direct qu’il touche le cœur en moins de temps qu’il n’en faut à Lucky Luke pour dégainer.

Les cinq chansons de Hong sonnent comme les chansons sonnent avant que quelqu’un s’avise de les rendre cools. Violoniste de formation et « guitarero » autodidacte, il ne compose pas selon des règles, mais en suivant le cours des histoires qui font sa vie. Son EP parvient à combiner autant d’instruments que l’homme peut en porter dans ses deux mains, et mis à part un overdub de vocals, un violon sous-accordé et un soupçon de réverb, on a là pour ainsi dire un menu bio et sans additifs.


Sur son instrumentation compacte et sans fioritures, ce Zurichois sino-malaisien chante tout ce que les cordes vocales d’un seul être humain peuvent produire – du fausset susurré à la basse sortant des entrailles. Dans chaque registre, son chant pétille de vivacité, d’une fraîcheur frisant l’impertinence, et s’ouvre sur des abîmes de profondeur pour ceux qui écoutent les paroles claires cachées dans cette voix impétueuse et d’une grande sensibilité.
Toxic Disorder‘ est né dans l’appartement de Yann Rouiller, lui-même musicien de son état, mais surtout compagnon de longue date de Hong. En limitant toujours le nombre de prises à cinq par track, ce producteur chevronné a veillé à ce que les chansons de Hong restent réduites à l’essentiel. Les histoires de ce dernier n’ont en effet pas besoin de plus de studio, mais de moins. On ne manque pour autant pas le moins du monde de variété: ‘Sweet Killer‘ sera très probablement repris dans la prochaine chanson-titre de James Bond, et ‘Underneath‘ devrait aussi être de toute urgence chanté par Daniel Johns et orchestré par les Smashing Pumpkins.

Dans le mainstream débordant de chansons pop rythmées au cordeau et de détournements criants de tracks indies, la sincérité sobre de Hong est bouleversante. Ce gars a le cœur sur la langue, et sur son EP, il nous montre l’un et l’autre.

L’EP ‘Toxic Disorder‘ sera disponible dès le 17 août.

 

Live :

29 août, Barfussbar, ZH

7 novembre, Bistro Chez Marion, ZH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.