derivate ep cover

© Derivate

Ce que j’aime avec le prog, c’est découvrir un album inconnu pour la première fois : soit c’est le coup de foudre, soit il me faut du temps pour percer les mystères de l’album pour commencer à l’apprécier, et le comprendre de mieux en mieux. À de rares occasions, mon cerveau me fait les deux coups en même temps : adorer à la première écoute et comprendre de plus en plus la profondeur de l’album, et ça c’est sacrément cool ! Comme vous vous en doutez, le premier EP éponyme de Derivate, quatuor genevois, entre dans ce cas de figure. Un flux quasi ininterrompu de 30 minutes séparées en cinq mouvements, alternant heavy rock progressif, metal à double-pédale groovy, sludgy parfois, et cleans somptueux (écoutez-moi la transition entre le 1er et le 2ème mouvement, du pur génie !). Et malgré cette palette de sons plutôt restreinte, on ne s’ennuie pas une seconde. Les dizaines de riffs s’enchaînent de manière naturelle et logique, avec des transitions tout à fait remarquables. D’autre part, le sens de la mélodie est également extrêmement bien soigné, que ce soit au niveau des lignes de voix – clean parfois, éraillées d’autres – et de guitares. Derivate a réussi à trouver un équilibre entre technique et efficacité qui rend l’écoute très agréable, même pour des passages avec des particularités harmoniques ou rythmiques. Cet EP est une première production réussie sur toute la ligne, je me réjouis d’entendre un album complet, parce que 30 minutes, hé bien … c’est plutôt court …

Fiche CD
Derivate
Autoproduction
http://derivate.blackbearagency.ch/

https://www.youtube.com/watch?v=-IKgmTJHAbo