Un jour, j’ai été à une convention agricole…ouais, ce qui se passe dans la tête, quoi ! Bon ok, on m’y a traînée… Là-bas il y avait une compétition de tracteurs. Les engins devaient prouver leur résistance, leur rapidité et leur solidité en tractant des troncs attachés les uns aux autres. Le bordel sonore que c’était, t’imagine pas ! La terre tremblait, la poussière voulait fusionner avec ma peau et mes orifices oculaires et je ne pensais pas pouvoir entendre le pet d’une mouche après ça. Et bien tout ceci s’apparente à un cri de nouveau né par rapport à la branlée que j’ai pris en écoutant cet album. La recherche des détails ? C’est bien ce que ça veut dire leur titre…tu parles ! De la poudre aux yeux ouais, pour faire mieux passer l’énorme godmiché que tu vas infliger à tes enceintes avant qu’elles n’en redemandent, les gourmandes. Ceux qui les ont déjà vus en concert le savent, c’est une tuerie !!! Du core, du sludge certes, avec la pureté et la finesse que ça implique, mais pas seulement…La précision des compos c’est une chose, ok sur le papier ça peut souvent faire très bien, mais quand c’est interprété au-delà de la partition avec tant de burnes et ben tu fermes les yeux, tu ouvres les esgourdes, la bouche et le reste pour glisser dans la crème sucrée de la chute du colosse. Après c’est comme tu veux, tu peux aussi te borner à Miley Cyrus ou à Linkin Park, mais c’est du gâchis. Même Bohort de Gaunes en ferait péter sa ferveur en gueulant : « Mécrééééant !!! ». Donc voilà, un autre album, un autre délice et tant pis si tu passes à côté, faudra pas v’nir chialer après !

Note 4/5

Fiche CD
COLOSSUS FALL
Hidden into Details
Autoprod

A propos de l'auteur

Articles similaires