Avec la sortie, il y a quelques semaines du nouveau morceau « Dance », le groupe suisse CELLAR DARLING annonce une nouvelle ère, furieusement audiovisuelle, de leur travail. Un court-métrage artistique éloigné de tout clip typique dont le morceau de 11 minutes sur le sujet de la peste dansante de 1518 ressemble plus à une symphonie prog celtique qu’à une chanson rock conventionnelle.

Le trio composé d’Anna Murphy, Merlin Sutter et Ivo Henzi nous emmène dans un décor de forêt cauchemardesque, quelque part entre TOOL et Shakespeare, entre conte de fées sombre et apocalypse contaminée. Mais dans cette atmosphère brumeuse, c’est nous-mêmes qui sommes le virus. Cela, mélangé à des réflexions sur notre monde moderne et la façon dont nous nous traitons nous-mêmes et notre environnement 

Dans ce court-métrage, tout peut être interprété à l’infini. Mais il s’agit simplement de montrer l’éternelle lutte en nous, la vie, la mort et la renaissance, les aberrations de la psyché, la mort rampante de notre planète et notre ignorance muette face aux flammes incandescentes.

Anna Murphy explique que son souhait était que le public se sente mal en regardant ce spectacle, sans que cela soit seulement d’une brutalité insensée. La chanteuse et multi-instrumentiste avait, au départ, des visions d’orgies de danse sauvage, mais le réalisateur d’opéra Olivier Tambosi qui a conçu et réalisé le film a ressenti plutôt le contraire, la prévention de la danse. La musique indique du reste, que la chanson n’est pas vraiment dansable, et que cette contradiction entre le son et l’image reste merveilleuse.

La chanson séduit avec des serpentins de riffs lourds, des changements de tempo surprenants et des sons de piano touchants, une bande tissée sans fin, de folk rock, de métal, et d’une vibration désabusée que l’on trouverait plutôt dans le grunge des années 90.

La vidéo est une pièce de théâtre bizarre, mise en scène de manière grandiose et sans fin heureuse, la chanson est un instantané de la créativité bouillonnante du groupe. Les deux ont besoin de temps pour déployer leur plein effet et cela se mérite.

Néanmoins, le groupe considère l’opus « DANCE » comme un projet unique. « Pour nous et surtout pour moi, ce projet était très important. Mais je pense que ce sera aussi la fin d’un chapitre. Il y a un peu trop d’Anna dans cette chanson. Dans l’avenir de Cellar Darling, j’entends un son différent. Et j’ai vraiment hâte d’y être. » alimente-t-elle avec anticipation.

Ceux qui pensaient donc déjà connaître CELLAR DARLING avec « This Is The Sound » ou « The Spell » seront surpris de voir combien d’autres choses sommeillent dans ce trio extraordinaire.

Et à la fin, nous dansons tous, en riant, vers notre perte : avec un coup de grâce émouvant… [Christelle Aebi]

Pour télécharger le single nblast.de/CellarDarlingDanceDSP

La page Facebook du groupe www.facebook.com

Le site internet du groupe www.cellardarling.com