12006588_10153324299948692_5109217201049549314_o

Trois perles de la scène hard suisse, cinq dates : la tournée Alpine Coalition ne fait pas dans la dentelle lorsqu’il s’agit de bouchonner le public suisse. Le Daily Rock était présent à la halte faite à Fribourg, pour une des meilleures « Full Metal » organisées par le Nouveau Monde depuis longtemps.

Chapter I : Ølten

À force d’encenser ce trio instrumental, on prend le risque d’en faire un de ces refrains populaires auxquels on ne prête plus attention. Ouvrant la soirée sur la longue montée en puissance de ‘Peplum’, le premier titre de leur EP éponyme, ils poursuivent un voyage froid qu’on imagine dans un équivalent rocailleux de leur Jura natal au mauvais temps perpétuel, assaillant les promeneurs égarés de tempêtes de neige pour ensuite endormir leur méfiance lors des accalmies. Le public, estimé à une grosse centaine de personnes, semble hypnotisé. Peu de mouvements – aurait-ce été déplacé ? – mais une attention figée, hypnotisée. Si Ølten séduit sur platine, force est de constater que leur formule prend une toute autre ampleur en live.

Chapter II : Unhold

Changement de ton avec Unhold. On passe d’un trio instrumental à un quintet articulé non pas autour de zéro voix, ni même d’une seule voix, mais de trois ! Et parmi celles-ci, une présence féminine avec Miriam Wolf, la claviériste. Sa présence inattendue dans ce sludge à tendance hardcore très groovy ne manque pas de fraîcheur, mais comment se fait-il qu’on en vienne à préférer les morceaux où elle se fait discrète, autant avec ses claviers qu’avec sa voix légère et diaphane ? Car c’est lorsqu’Unhold montre les crocs qu’on apprécie le mieux le travail de ces Bernois, certes moins aériens et peut-être moins subtils que Ølten, mais diablement efficaces dans leurs riffs lourds et groovys. Le public, plus compact encore, semblait les attendre au tournant ; on ne les espère pas déçus, mais on ressort du show avec le sentiment d’avoir avalé un excellent steak noyé dans une sauce trop entêtante. Difficile de se prononcer.

Chapter III : Zatokrev

Avec une setlist quasiment exclusivement centrée sur leur dernière bombe ‘Silk Spiders Under Water…’, la seule exception étant leur chanson finale ‘Goddamn Lights’, tiré de leur opus précédent, Zatokrev ont mené un show impeccable, qu’il s’agisse de leur prestation scénique, imposante et expressive, ou de leurs morceaux, profitant d’une qualité d’écriture qui a atteint à un niveau plus avancé encore sur leur dernier album en date. Anguille glissant entre les styles, il est difficile de leur coller une étiquette tandis que les Bâlois risquent des envolées black metal, pour ensuite partir sur un post-metal sólstafirien, pour retomber sur un sludge progressiste à la Neurosis. Trop leur accolent d’ailleurs le sobriquet de ‘Neurosis suisse’, mais c’est ne pas rendre justice à la richesse d’influences dont regorgent leurs compositions raffinées, dont émane une puissance encore plus prégnante lorsqu’on les voit sur scène. Ils remportent sans peine la palme du groupe de la soirée.

 

Setlists :

Ølten : Peplum , Ogna, Mamu, Blöm , Gloom, Güdel ;
Unhold : Hydra, Time Won’t Tell, I Belong, Dawn, Voice Within, Southern Grave, Crowded Hearts, Containing The Tyrant
Zatokrev : Runaway Soul, Bleeding Island, The Phantom, Loom, Discoloration, Swallow the Teeth, Goddamn Lights.

À voir encore sur scène à Laufen (11 décembre) et St-Gall (12 décembre).
Plus d’infos : www.facebook.com/events/161236720881758/