Si la billetterie du festival n’affichait pas complet en début de semaine, la soirée du vendredi n’a cessé de susciter la demande. Même la pluie s’y est clandestinement invitée.

Calme avant la tempête 

On aura eu droit à quelques heures de soleil, histoire de prendre une glace ou une tire d’érable, avant que le ciel ne se couvre. Au Dôme, Bears of Legend envoûtent les spectateur.rice.s grâce à leur pop folk aux mélodies douces. Les voix masculines et féminines se marient à merveille entre elles mais également avec les histoires du Québec que raconte le groupe. Leur musique prend presque des allures de chant pour le soleil. Lorsqu’on regarde à l’extérieur du Dôme, on voit l’orage passer, tourner autour du festival. Bears of Legend n’auront finalement pas vaincu les éléments, mais ils ont conquis le cœur de Paléo.

Le spleen n’est plus à la mode, Angèle oui

La pluie commence finalement à tomber sur la Plaine de l’Asse. Devant la Grande Scène la foule devient soudain multicolore. Un épisode de courte durée heureusement. Les quelques minutes de retard d’Angèle lui permettront de jouer au sec, ce qui ne l’a pas empêchée de monter sur scène vêtue d’un tailleur en plastique protégeant sa tenue plus estivale. Pendant une heure, la Belge a présenté ses titres les plus connus qui ont été repris par une foule d’une taille qu’on n’avait pas encore vue à 19h. La jeune fille tacle en finesse au travers de ses sons rap-pop et offre une prestation qui a du style. On pourrait toutefois lui reprocher d’être un peu plate, ses émotions ne semblant pas vouloir se montrer hors de ces textes.

 

Détour dans la sincérité

Pendant que Damso inonde la Grande Scène de basses inutiles et d’auto-tune, il se prépare un moment magique au Détour. Hoshi, avec son grand chignon sur le haut de la tête et son t-shirt coloré, semble tout droit sortie d’un manga. Les guitares résonnent et sa voix grave vient nous transpercer le cœur. Sur scène, aucun artifice ; dans les yeux de la chanteuse non plus. Hoshi chante sa vie dans une sincérité presque déconcertante. Elle est elle-même, vraie, et ça se ressent. Le détour déborde jusqu’aux stands de nourriture et lorsque l’on observe la foule, on s’aperçoit que tout le monde connaît toutes les paroles par cœur, toutes générations confondues, filles ou garçons. Hoshi a ému Paléo et fait maintenant partie de ces artistes quelques peu sous-estimé, à l’image de BigFlo et Oli ou Vianney, que l’on retrouvera très vite sur une scène plus grande de Paléo.

 

La pluie, impuissante contre le feu

La dernière fois qu’on a vu une foule aussi dense doit remonter au concert de Stromae en 2014. Les familles se sont installées du Quartiers des Alpes au Forum pour accueillir Soprano. La pluie est fine lorsque l’intro retenti. Un acteur vient vérifier une grande porte, tout est ok, il n’y a personne, pas un bruit (juste plus de 35’000 personnes qui hurlent…). Mais soudain, quelque chose frappe contre cette porte et la fasse céder découvrant les platines. Soprano est là et le public est ‘En Feu’. On lève les bras jusque dans le hauts des gradins (une première cette semaine), dans la fosse ça danse dans le respect et la bonne humeur. C’est beau de voir que les enfants, les ados et les parents sautent et chantent toutes les chansons. Et lorsque des trombes d’eau se mettent à tomber, l’ambiance est encore plus chaude. Soprano partage ses valeurs dans la bonne humeur et avec un show qui n’a rien à envier à certaines production américaines. Effets visuels et interactifs, numéro de tissu aérien, petites blagues semi-improvisées, les choses ne sont pas faites à moitié. Une partie du public a beau abandonner face à la pluie, la foule est encore immense devant la Grande Scène. Mais, abandon ou pas, tout le monde part avec le sourire, les pieds dans la boue. On attendait beaucoup de cette soirée et Paléo ne s’est pas trompé !

 

Texte par Alessia Merulla & Coralie Binder
Photos par Coralie Binder & Davide Gostoli

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.