dossier.myrkur1800.1.OK(BD)

Le monde du metal n’est pas spécialement reconnu pour le respect de la gent féminine, et dans les sphères extrêmes, les gentlemen sont encore moins légion. Déversant leur haine et leur sectarisme sur des blogs et autres réseaux sociaux, certains individus fins connaisseurs passent en réalité pour de gros gamins en pleine crise d’adolescence ce qui, en soit, reste leur problème.

Là où ça devient tendu, c’est quand ces abrutis s’adressent directement à l’artiste, avec à la clé rabaissements, insultes violemment sexistes, et quelques menaces de mort pour couronner le tout. Myrkur, le one-woman band de black metal incarné par la danoise Amalie Bruun – qui officie également dans le groupe indie Ex Cops – en fait les frais depuis la sortie de son album ‘M’ courant 2015, le succès critique qui a suivi n’ayant pas vraiment amélioré la situation.

Ayant récemment été contrainte de bloquer la possibilité d’être contactée sur Facebook à cause de ce genre d’attaques de plus en plus insistantes, Amalie s’est vu demander lors d’une interview des exemples de message haineux qu’elle avait reçus. Avec une certaine classe, elle a répondu qu’elle ne diffuserait aucun nom, ni de screenshots pour ne pas offrir à ces haters leur quart d’heure de gloire et d’exposition médiatique.

Quoi qu’il en soit, que l’on aime ou non la musique de Myrkur, que ce soit du vrai black metal ou une variante hipster, les raisons d’un tel acharnement nous semblent bien obscures. Il faudrait commencer à accepter de s’ouvrir un peu les gars, on est en 2016 ! Ou alors apprendre à manifester votre mécontentement autrement que par des « je vais te crever, salope ! », caché derrières vos écrans d’ordinateur.

www.facebook.com/myrkurmyrkur

Une réponse

  1. Chalama

    bah les menaces de mort c’est trve quoi ! et puis les femmes ça a un cerveau plus petit que celui d’un écureil, et c’est vrai en plus !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.