Quatrième soir pour le Venoge Festival. Certains festivaliers arrivent avec quelques séquelles du vendredi, d’autres sont prêt à faire la fête jusqu’au bout de la nuit.


On démarre en douceur avec Tibz. Malgré un public peu nombreux, le français a su motiver et attirer les spectateurs devant la scène de La Licorne. C’est un jeune homme tout en simplicité et en sympathie. Il a su regarder son public dans les yeux et faire en sorte de rassembler les spectateurs qui se promenaient sur le site du festival. Son titre ‘Nation’ a finalement convaincu tout le monde. Un petit jeune à garder à l’œil !

Sur la scène de la Venoge, Soulflip Orchestra envoie les premières notes électro-swing de la soirée. Le public entame quelques pas de danse mais se réserve pour la suite. Le groupe envoie pourtant de bons rythmes mais le manque d’attitude des musiciens ne motive pas plus que ça les foules.

Malgré la petite averse qui s’est invitée avant le concert, le public est chaud pour Magic System. Et le groupe ivoirien a agit comme un rayon de soleil sur Penthalaz. « A un concert de Magic System, vous allez perdre 1’500 calorie » lance A’salfo avant d’improviser un cours de zouglou géant. Du premier au dernier rang, sans exception, les gens dansent et chantent. En même temps, c’est difficile de rester planté les bras croisés lorsqu’on entend ces rythmes africains. Magic System ont réussi à créer une bulle de joie autour du Venoge, au point que la pluie n’a plus osé se montrer.

Ambiance toujours dansante du côté de la scène de la Venoge avec Frik n Chic. Avec leur pop-funk, c’est une pluie de pailettes qu’ils ont fait tomber. Sourires jusqu’aux oreilles, énergie débordante, les valaisans n’ont pas mis long avant de conquérir le public vaudois. On se réjouit de les revoir, mais sur une plus grande scène !

Les plus attendus de ce samedi sont sans doute les deux DJ d’Ofenbach. Le public les acclame (surtout les filles, notamment lorsqu’ils font tomber les vestes) et les Français se lancent dans un set qui mixe leurs morceaux, du rock, des classiques de l’électro et des basses. Rockeurs dans l’âme, ils ne peuvent s’empêcher de faire un wall of death, demandant à plusieurs reprises d’éloigner les nombreux enfants et les âmes sensibles. Ils s’offrent même une petite virée vers les premiers rangs pour frapper dans quelques mains pendant ‘Katchi’.

De retour vers la petite scène, c’est dans un tout autre univers que nous sommes plongés. Gypsy Sound System Orkestra nous entraînent dans un mélange de gypsy, d’électro, de rap, de swing et bien plus encore. Un voyage musical qui captive, notamment grâce à la voix de leur chanteuse, Olga, et à son visage expressif, preuve qu’elle vit se qu’elle chante.

Une grande fête qui n’a pas le temps de s’arrêter et continue dans la foulée avec Parov Stelar. Le fondateur de l’électro swing est accompagné d’un groupe et d’une chanteuse pour amplifier la puissance de ses sons. Petits et grands sautent et dansent avec les musiciens comme s’il n’y avait pas de lendemain. Une belle découverte, idéale pour terminer ce samedi soir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.