©Alessia Merulla

©Alessia Merulla


Vous l’aurez compris, chers rockeurs, nous avons la mission sacrée de vous rapporter un maximum de concert ici, sur la plaine de l’aérodrome d’Interlaken, et d’exprimer nos humbles avis. Et en ce deuxième soir, ce sont des avis plus mitigés quant aux défilé de rockstars sur les deux scènes.


Après une nuit de sommeil réparateur, c’est avec une tête peu fraiche, mais bourrés d’énergie (oui, et non pas juste bourrés) que nous nous préparons à courir dans tous les sens! Premier concert de la journée avec Northlane, groupe métalcore australien, qui occupe la grande scène avec brio. À peine nés, les jeunes de l’autre bout du monde se débrouillent comme des grands, et nous surprennent avec un son efficace. La foule semble visiblement adhérer: chant, sauts, mosh… Tout ça à 13:30 ! Un show très encourageant pour la suite malgré un léger manque d’originalité dans les compositions. C’est l’heure du lunch et du petit verre de coca bien mérité. Au loin, mais pas si loin, ce sont les riffs ravageurs de Progstone qui accompagnent nos sandwichs. Pas le temps de digérer que nous retournons sur la plaine de l’aérodrome pour scruter d’un œil curieux les masques de Hollywood Undead et leur métal teinté de rap/hip-hop. Un groupe efficace qui rend le public survolté et saura se faire pardonner ses 20 minutes de retard. Les 6 chanteurs/rappeurs survoltés auront eu raison de la grande scène. Petite escapade vers la club stage, les guitares de We Are Harlot attirent notre attention. Du bon hard rock qui swingue, un chanteur à la voix rocailleuse et au look d’Elton John raté, mais un manque cruel d’originalité. Idéal pour boire une bière et se vider la tête. Mais c’est bel et bien le concert de Skindred que le public attend de pied ferme. Connus pour être des bêtes de scène, les anglais menés par Benji, frontman survolté à l’accoutrement excentrique, font littéralement exploser le parterre de la main stage. Le ragga-metal aux ondes positives amènera des couleurs à cette journée, et séduiront une foule en délire n’hésitant pas à faire tourner les t-shirts à la manière de Patrick Sébastien et ses serviettes. Incontestablement la prestation de ce vendredi. Dommage pour The Answer que nous avons du sacrifier. D’après les dires, leur show fut honorable.

Le public germanophone semble attendre son heure. In Extremo débarque, tout feu tout flamme, avec ses peaux de bête et ses instruments inhabituels. Très peu pour nous, même si les allemands, habitués du Greenfield, mènent le festival à la baguette. Mais la légende de ce soir, c’est bel et bien Lemmy et ses acolytes de Motorhead. Sans en douter la tête d’affiche de ce soir à en voir les T-shirt à leur effigie, les anglais qu’on ne présente plus déçoivent. Une fosse qui se vide, des regards de poisson fris, les fans qui soufflent, Lemmy est fatigué et ne tient plus le show. Le rockeur statique essaye tant bien que mal de pousser les notes, étouffées dans sa moustache, en vain. Le rendu est triste à voir et le public commence à s’endormir juste avant Millencolin. Les punks-rockeurs suédois absents depuis trop longtemps, redonnent de l’énergie sur la petite scène et redonne l’envie à notre chroniqueuse de prendre son skate et de traverser l’aérodrome. Premier groupe qui divisera notre équipe car notre chroniqueur, lui, restait insensible aux rythmiques entêtantes et au chant approximatif. Suédois toujours, mais dans un registre tout autre, In Flames, tête d’affiche death-métal, fait péter les feux d’artifices pour clôturer cette soirée mitigée. Malgré la volonté du chanteur et les mélodies des guitares, le groupe nous laissera sur le carreau. Toute l’équipe du Daily Rock restera insensible à la musique et à la dynamique scandinave et restera sur sa fin pour ce soir, alors que le public, lui, semblait conquis au vu des applaudissements.

Après une lutte acharnée avec le matelas non-coopératif du camping-car, la team s’octroie une nuit de sommeil bien méritée, pour retourner crapahuter de bonne heure et vous apporter des news fraiches du samedi !

[Camille Piot & Alexandre Caporal]


Lien vers le récit du premier jour au Greenfield Festival – 11.06.15 – Une soirée explosive !

Lien vers le récit du troisième jour au Greenfield Festival – 13.06.15


Lien vers la galerie photo du premier jour – jeudi 11.06.15

Lien vers la galerie du deuxième jour – vendredi 12.06.15

Lien vers la galerie du troisième jour – samedi 13.06.15