amalgame.affiche.OK(BD)

L’Amalgame a vingt ans !

Yverdon, petite ville de 30’000 habitants, proche du pittoresque lac de Neuchâtel, abrite depuis vingt ans la salle de l’Amalgame. On y aura vu des groupes internationaux tels que Dionysos, Esben And The Witch ou autre Napalm Death.

C’est officiellement le 27 août que la salle yverdonnoise a soufflé ses vingt bougies. L’œil plein de nostalgie, l’équipe d’organisation de la salle qui survit contre vents et marées a décidé de célébrer dignement son passage à la vingtaine par un week-end entier de festivités. Depuis 1994, plus de 8’000 artistes ont foulé les planches de l’Amalgame et déversé pas moins de 180 millions de décibels. Et si la petite salle a grandi au fil du temps, c’est sans oublier les temps plus durs, notamment à cause de l’apparition de salles de concert de la même envergure en région romande.

Sa force se trouve dans les bénévoles qui la soutiennent depuis ses débuts, probablement touchés par son côté intimiste et familial. Ici, passion et débrouillardise sont les maîtres-mots de l’Amalgame. De plus, le club a le devoir d’animer la région yverdonnoise. ‘Nous sommes la seule salle de concert de musique actuelle de la région. En ce sens, nous nous efforçons de proposer une programmation de qualité. Nous sommes heureux d’avoir notre place dans le rayonnement culturel d’Yverdon, qui compte déjà une belle offre de théâtres et de musées. Au-delà de l’aspect culturel, nous proposons une animation nocturne qui n’est pas à négliger. Nous pouvons même parler de plus-value socioculturelle.’

‘Pour nos vingt ans, nous réservons à notre public trois soirées, pour autant de facettes propres à l’Amalgame, qui symboliseront l’aboutissement d’un long parcours culturel pour les générations passées et futures’, explique le comité. Et facettes, il y aura ! La programmation est éclectique à souhait, proposant des groupes internationaux et helvétiques pour un mélange de saveurs.

‘Pour ce festival, nous souhaitions proposer des artistes et des genres musicaux que nous défendons et qui correspondent à la ligne de programmation de L’Amalgame. Ligne de programmation que nous définirions ainsi: éclectique, basée sur la qualité des performances live et les musiques actuelles, avec des premières suisses (Fakear et Moodoïd) ou romandes (A Winged Victory For The Sullen et Low Roar). On y est allé au flair et aux coups de cœur en se concentrant principalement sur des artistes émergents, qui à nos yeux, ont un monde artistique intéressant, particulier et original. Pour cet événement, on s’est permis une programmation assez osée. On a essayé d’être un peu avant-gardiste en produisant des artistes avant les autres salles, cela sans prétention quelconque. On le voit par exemple avec la soirée du jeudi qui est très contemporaine en mélangeant instruments classiques et musique électronique de manière peu conventionnelle. Avec ces vingt ans, on a essayé de faire plaisir en se faisant plaisir.’

L’Amalgame ne compte pas se reposer sur ses lauriers pour les vingt prochaines années! Il leur reste encore de multiples rêves à réaliser. Un groupe qu’ils aimeraient accueillir? Sigur Ros.

www.amalgameclub.ch