Par Pierric Dayer et  Pascal Vigolo

Dix ans après la mort dans la douleur du Bex Rock Festival en 2007, la région chablaisienne peut se targuer de voir pousser en ses terres un tout nouveau festival. C’est à Monthey que nous prenons nos quartiers pour deux jours de joutes musicales.
Vendredi 19 mai : arrivée sur zone, comme on dirait à l’armée. Ce qui frappe d’entrée, c’est une configuration des lieux qui se veut intimiste, mais très bien agencée. On sent une bonne atmosphère, malgré la pluie et la boue qui se sont soudainement invitées à la fête, mais sans avoir à payer l’entrée. Les chieuses ! Nous sommes donc les pieds dans la gadoue, en se disant qu’on a une démarche super sexy. Un peu comme si nous avions fait trois heures de vélo sans selle. Vous avez certainement l’image. Terrain humide donc, même si les organisateurs fussent-ils prompts et réactifs à monter une tente supplémentaire dans l’après-midi. Beau geste !
16h45 tapante, la maîtresse de cérémonie Sophie Es-Borrat déclare le premier Irreversible Festival ouvert avec Jacko And The Washmachine. Le chanteur à l’humour sarcastique nous déclare qu’il était venu jouer pour la boue et qu’il est étonné et content de voir du monde. Ses interventions au micro provoquent des sourires et des rires, plutôt cool ! De plus, sa voix rocailleuse se marie à la perfection avec ce style musical. Le combo nous délivre un bon rock français pêchu et groovy, notamment grâce au bassiste Gunt, qui nous délivre tout du long une prestation solide et impeccable. De la douceur d’une guitare sèche à la furie d’une guitare électrique, de moments plus planants et hypnotiques à des instants de folie, les Valaisans ont ouvert de fort belle manière ce festival.
17h45, direction la scène ‘Unplugged’ du festival, scène se situant juste à la droite de la ‘Main Stage’. Winter in Arizona, qui remplaça au pied levé Progstone, inaugure cette scène acoustique. Ils sont là pour nous vendre leurs compostions issues de leur premier EP, qui sortira cet hiver en Arizona. Non, pardon, cet été en Suisse. Malheureusement, le premier morceau peine à nous convaincre. De plus, la guitare principale était mal accordée, chose que fort heureusement le guitariste modifia dès le deuxième morceau. On sent le combo un peu fébrile, crispé, peinant à lâcher un potentiel pourtant présent. Les lignes vocales sont bonnes, mais manquent parfois de justesse lorsqu’elles sont chantées à deux voix. Les morceaux plus rythmés retiennent notre attention et l’on se surprend même à taper du pied inconsciemment. Jamais simple de remplacer un groupe en dernière minute. Chapeau bas pour cela, et souhaitons plein succès à Winter In Arizona.
Place à Pony Pony Run Run à 18h30 sur la grande scène. Le groupe originaire de l’Hexagone voisin officie dans un registre électro-dance teinté de pop-rock. Les personnes présentes ont l’air comblées et les popotins se déhanchent joyeusement. Les Français savent comment chauffer une foule, et l’ambiance se fait crescendo au fil des minutes. Pour ma part, trop d’électro, trop de dance, trop de pop. Cette musique ne me sied guère. Mais comme il en faut pour tous les goûts, Pony Pony Run Run se moule parfaitement dans l’éclectisme de cette soirée.
Si on nous avait dit qu’on prendrait une claque musicale à 19h45 sur la scène acoustique, nous aurions pu nous y préparer, et c’eût été moins violent. Mais Oh My Deer nous l’infligea de manière radicale. Les deux bernois sont des magiciens des sonorités, couplés à des multi-instrumentistes de haut-vol ! Comment donner l’impression, si l’on ferme les yeux, que devant nous tout un groupe se produit, alors qu’ils ne sont que deux. Tantôt jazzy, funky, latino, le groove est omniprésent. On pourrait qualifier leur musique de folk. Mais ça ne s’arrête pas à cette frontière-là. Il y a une texture, une âme et une profondeur sans égal dans leur musique. Des subtilités rythmiques en veux-tu en voilà, mais sans jamais tomber dans le piège de la pure démonstration. La chanteuse Jessanna Nemitz ne surjoue pas, elle vit sa musique et nous le transmet avec dévotion. Baptiste Maier à la batterie, c’est un peu ce que Bruce Lee est aux arts martiaux. Précis, tout en feeling, aérien. Son solo en fin de set est exemplaire. Nuances, musicalité et variations habillent classieusement sa partie solistique. Assurément, leur futur EP qui s’en vient, garnira mon armoire à CD. Oh My Deer…OH MY GOD !
Une fois la scène Unplugged vide, la boue adjacente à la grande scène est petit à petit recouverte de festivaliers qui se pressent afin d’avoir la meilleure place. 20H45, alors que le soleil brille encore dans un ciel désormais dégagé, les subs crachent un volume hors du commun et la rayonnante Jennifer Ayache débarque de son Superbus. Tour à tour, le groupe envoie les titres qui ont fait la jeunesse de certains et monopolisé les chaînes Hi-Fi de leurs parents, mais tous chantent en choeur, des papillons dans le ventre. Musicalement, ça reste du Superbus, du teen rock qui passe bien en radio.
À la fin du show, c’est la débandade ! Les festivaliers quittent en masse le site et bien mal leur en a pris car le concert d’Alice Torrent était formidable. La Montheysanne a enchanté son public de 22h00 à 22h50 en lui offrant un spectacle tant auditif que visuel. Des accords parfaits entre l’oeil et l’oreille pour une ambiance hors de l’espace et du temps, presque irréelle. On a peine à croire que ce projet est tout neuf. La qualité est impressionnante. Ce qui frappe c’est l’homogénéité des arrangements. Tout se marie parfaitement bien et chaque instrument à sa place dans le spectre sonore.
On termine en force avec Sinclair qui revient sur les planches après une absence scénique de…huit ans. On s’attendait au pire…on a été déçu…en bien. Un groove étonnant, une voix juste et puissante et des musiciens formidables. Sinclair assure une belle performance et se donne à fond, malgré le froid qui cause de plus en plus de départs dans le camp des spectateurs et qui a petit à petit raison de nous. C’est sur des airs de funk que nous quittons l’Irreversible Festival pour reprendre des forces et ôter nos souliers tout embourbés.
Samedi 20 mai, nous sommes sous des cieux bien plus cléments que la veille. Une fois encore, la réactivité des organisateurs fait mouche. Avant l’ouverture des portes, ils avaient dispersé de la paille sur tout le site afin de pomper la boue de la veille. Le confort du festivalier en fut grandement amélioré. C’est bien connu, c’est avec la ‘foufourche’ que l’on étend la ‘papaille’ !
Les régionaux de l’étape Circle of Execution ouvrent les feux sur la scène principale à 15h45. Malheureusement, dû à des contraintes horaires, nous manquons une grande partie de leur set. Nous ne pouvons donc décemment pas nous prononcer sur leur prestation.
Viennent ensuite les gars d’Herod. Là, on n’est plus dans le délire de la veille avec des butterfly et du teen rock partout. C’est carrément du lourd, voire même un peu trop. Peut-être était-ce à cause des contraintes liées au plein air et/ou au plafond sonore légal de 93 dB, mais le son paraissait vraiment trop compressé, les deux huit cordes peinaient à se détacher du bourdonnement général et que dire de la batterie, qui faisait figure de boite à rythme en fond. La prestation, elle, était nickel, une énergie monstrueuse qui faisait tout de même bouger quelques têtes et générait quelques pogos.
Les joyeux drilles de Grand Canard Blanc nous font la joie de se produire sur la scène acoustique. Cette musique décalée exécutée par des musiciens accomplis, ravit un public conquis d’avance. Leurs paroles humoristiques et leur humour parfois un peu potache nous fait rire aux éclats. Mais il n’empêche que musicalement, ça tient vraiment la route, et la cohésion d’ensemble est excellente. Deux très bons guitaristes se partagent les parties vocales, et le bassiste, au look viking, les porte de manière virilement douce. Le batteur n’hésite pas à intégrer des ‘breaks’ metal dans cette musique teintée de folk. Ils foutent l’ambiance comme pas permis et le moment est franchement agréable. Si tu vois un Grand Canard Blanc sur scène, c’est un signe… d’un futur show mémorable !
18h30, la grande scène arbore désormais une immense banderole : Betraying the Martyrs. La première chose qui frappe, c’est l’âge des musiciens. La plupart semblent ne pas avoir trente ans, mais la qualité musicale fait pâlir. Tout est dedans, les breaks, les changements de rythmes, les harmonies vocales, les solos de grattes et j’en passe. C’est une formation surexcitée qui parcourt la scène de long en large en posant une ambiance hors du commun, malgré le soleil encore très présent. On apprend également que c’est l’anniversaire du lead guitariste. Le groupe chante, le public aussi et le gratteux reçoit une bonne rasade de vodka en guise de cadeau. L’ambiance est très chaleureuse. Ils délivrent, après ça, un show très travaillé, témoin d’une réelle cohésion de groupe et d’un professionnalisme plus que respectable. Nous ne pouvons que souhaiter une longue vie à ce beau projet.
Direction la scène Unplugged pour Hundred Days. On passe du metal core à un rock plus traditionnel. À nouveau, la qualité est au rendez-vous, que ce soit au niveau de la voix phénoménale de la chanteuse, des harmonies ou des solos de guitares. Le groupe présente son nouvel album, ‘Loving Kills’, sorti le 4 novembre dernier. On notera également un très bel hommage à Chris Cornell, chanteur de Soundgarden et d’Audioslave, malheureusement décédé la nuit du 17 au 18 mai, lors de la reprise frissonnante du titre ‘Black Hole Sun’. Les musiciens semblent détendus et heureux de faire partie de la première édition de ce festival et le public le ressent.
Les Italiens de Lacuna Coil s’emparent de la grande scène à 20h45. C’est avec le titre ‘Ultima Ratio’ que les Milanais ouvrent le bal. Disons-le d’entrée, le combo fera la part belle à sa dernière galette ‘Delirium’, avec pas moins de sept titres interprétés. On sent les années de scène. C’est rodé et très propre. Finalement, peu de place à l’improvisation. La voix toute en réverbe de Cristina Scabbia fait écho à la rage et aux hurlements d’Andrea Ferro, pour un rendu tonitruant. Diego Cavalotti, leur nouveau guitariste, se fond dans la rythmique basse/batterie, tout en sachant, quand il le faut, nous sortir un solo efficace et très bien senti. Cristina nous prie de nous avancer, car elle veut pouvoir nous sentir. (Est-ce vraiment une bonne idée, après une journée de festival ?). Il nous dégomme par surprise une reprise inattendue. ‘Enjoy The silence’ de Depeche Mode. Hey oui mes Trolls, on ne s’y attendait pas non plus. Mais cette cover a le mérite de bien faire bouger la fosse. Ils nous quitteront un peu plus tard, avec ce qui est à mon sens le titre phare du dernier album, ‘The House of Shame’. Belle prestation des Lombards qui firent l’unanimité.
Arrive maintenant le dernier concert sur la scène Unplugged : CardiaC en full acoustique. Dès les premiers morceaux, le chanteur nous sort une immense pancarte sur laquelle est inscrit le leitmotiv : Du bruit ! C’est dans une ambiance intimiste et détendue que les compères nous emmènent. Tantôt en anglais, tantôt en espagnol, la voix du chanteur ravit nos oreilles de ses basses rocailleuses et très présentes. Du metal acoustique comme on n’a pas l’habitude d’en voir beaucoup. Les arrangements sont très travaillés, et la présence de trois guitares n’est pas de trop. On est à mi-chemin entre Wacken et Bogotà, c’est un mélange impressionnant. La tente est remplie de fumée, ce qui accroît l’ambiance mystique du concert et nous attire petit à petit dans un autre monde.
Place à la tête d’affiche de cette soirée metal avec Clawfinger. Le dernier album studio des Suédois date de 2007. Il y a donc dix ans. Évidemment que depuis leur séparation officielle en 2013, Zak Tell et sa bande n’ont plus rien à nous mettre sous la dent. Comme le stipule leur ‘Backdrop’, ils font du rap-metal depuis 1993. Et on y aura droit, c’est peu dire ! Ce groupe est parfait pour foutre une ambiance de dingue, et faire pogoter les fans de la première heure. Mais tout ça sent quand même le réchauffé. Malgré la bonne patate, le charisme du leader et un très bon son, nous peinons quand même à pleinement rentrés dans le concert. Alors oui, on tape du pied, mais sans réelle conviction. Mais avoir permis au public Suisse de pouvoir découvrir ou redécouvrir Clawfinger, reste un joli tour de force des organisateurs.
Pour sa première édition, l’Irreversible Festival a définitivement fait fort. Une affiche cohérente les deux soirs, pour un public foncièrement différent le vendredi et le samedi. Des horaires respectés, des festivaliers choyés, un espace VIP, un bar à vins. Seuls les vrais pénibles de base auraient l’outrecuidance d’émettre des plaintes. Louons aussi l’organisation qui a su faire des aléas météorologiques une broutille. L’accueil des artistes ainsi que des gens des médias était aussi de qualité. Les bénévoles, eux aussi doivent être mis en avant. Des sourires, des mots gentils, une bienveillance à toute épreuve et un travail de malade pendant ces deux jours.
Petite anecdote. Les Genevois de CardiaC ont eu la bonne idée de ressortir leurs instruments, pour un ‘after’ avec tout le staff et les bénévoles après la fermeture des portes. Ce geste doit être mentionné, car il est tout simplement beau et constitue un magnifique remerciement pour les personnes qui ont œuvré au bon déroulement de la manifestation. CardiaC, des musiciens au grand cœur.
Cher Irreversible, puisses-tu garder cette atmosphère familiale et bon enfant qui fait indubitablement ta force. Puisses-tu, à l’avenir, ne pas tomber dans un gigantisme qui fût si souvent fatal à beaucoup de festival. Que la région du Chablais te soit déjà reconnaissante après cette première édition, et qu’elle t’offre sa confiance méritée pour les années futures. Tu sais quoi ? On te dit merci pour ces instants, et à l’année prochaine !

Coups de cœurs des scribes :
Pascal : Betraying the Martyrs. Je ne suis habituellement pas fanatique de ce genre musical, mais la performance m’a scotché. L’homogénéité et le groove général étaient hors du commun, on voyait que les musiciens vivaient physiquement la musique et le public le ressentait. C’était un moment magique.
Pierric : J’écoutais déjà du metal lorsque j’étais en stabulation libre dans mon yoopala chez mes parents. Cette musique a bercé ma vie. Mais c’est bien Oh my Deer et sa musique folk-jazz acoustique qui m’a pris aux tripes, et qui fait de leur concert, LE concert de l’Irreversible pour moi. Talent, musicalité, esprit créatif et complicité. J’espère les revoir sur scène ces Bernois !

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.