HELLFEST 2ème semaine – Le Daily Rock y était – Le 24 juin, Jour 2

Une nouvelle journée au Hellfest, une journée en enfer non pas sous le feu mais sous la pluie. Un nouveau style, de nouveaux sons. Une journée qui s’annonce plus indus avec des groupes comme Ministry ou Nine Inch Nails

ON démarre avec les français de Disconnected qui ouvrent pour la Mainstage 2. Un groupe d’une énergie débordante qui met le feu a la scène a 11h le matin. Un devant de scène étonnamment rempli pour cette heure matinale mais la pêche de ce groupe donne envie de se bouger aussi tôt soit-il.

Ensuite direction l’Altar pour apprécier la symphonie que proposent les Nancéens de Fractal Universe. Un death metal très technique qui a clairement son public présent et qui remplit le chapiteau dès 12h15. Un set de 40 minutes qui enchaine les morceaux mélodiques, puissants et percutants. 

Retour à la Mainstage avec le très attendu Danko Jones. Toujours aussi énergique et déjanté, Danko Jones a bien l’intention de mettre le feu aujourd’hui surtout après 9 longues années d’absence. Il a d’ailleurs émis le souhait de revenir l’année prochaine avant de jouer un set survolté. ‘Do you wanna rock’, ‘My Little Rnr’, ‘I gotta rock’, les tubes s’enchainent et le public en redemande. Une belle prestation pour ce début d’après-midi qui donne la patate.

La Warzone s’embrase aussi cet après-midi avec deux groupes français incontournables. Le premier, Opium du peuple, reprend des classiques de la chanson française en mode punk. Ça envoi du lourd, la foule et directement en délire et entonne les paroles de Voulzy en passant par Duteil ou Piaf. Pogos et autres slams s’enchainent avec ces rythmes effrénés et pêchus.

Puis ce sont les Celkilt qui s’emparent de la scène et ne laissent pas le temps au public de souffler. Leur rock breton qui déborde d’énergie prend toute sa place ici à Clisson aux portes de la Bretagne. Issu de l’émission la France a un incroyable talent, les Celkilt ont su s’imposer au fil du temps sur la scène française et gagnent en reconnaissance ne serait-ce que par cette participation au Hellfest. Et le public présent en masse ne se trompe pas car il est surtout très motivé et répond par un accueil plus que chaleureux.

Un petit tour par The Temple pour voir les portugais de Moonspell et leur Dark metal. Depuis 1992 ce groupe évolue et a une place prépondérante sur la scène metal. Trente ans de carrière et des fans fidèles qui sont bien présents ce soir. La voix du chanteur passe allégrement du calme, posé, a une voix plus gutturale. Tout est maitrisé à la perfection et les titres s’enchainent tantôt dark tantôt mélodiques. Une belle prestation live.

Après une grosse averse qui nous aura trempées jusqu’aux os, un petit tour du côté de la Mainstage pour Alice Cooper. Les papys du shock rock sont de retour pour un show impressionnant, très théâtral avec des apparitions de personnages telles la mariée morte, la santa muerte ou les bébés géants. Alice Cooper a le sens du spectacle et ses tubes s’enchainent comme des actes au théâtre. ‘No more Mr Nice guys’, Dead babies’, ‘Poison’. Il terminera son show avec l’énorme tube ‘School’s out’ sorti en 1972 qui n’a pas pris une ride en live. Lâché de ballons et medley ‘Another Brick in the Wall’ repris en chœur par le public conquis. Ainsi s’achèvera le concert tant attendu d’Alice Cooper.

Pendant Alice Cooper, ma collègue qui a fui la pluie du soir, s’est retrouvée sous la tente The Temple en compagnie des suédois de Marduk. Un autre groupe de Black Metal venu du nord cette fois. Les sirènes retentissent et Marduk entre en scène. C’est un énorme mur du son qui s’abat sur le public. Une claque brutale et une intensité inégalable. Impossible de quitter la tente vous êtes pris dans l’esprit musical du groupe. une découverte aussi intéressante que surprenante. 

Nine Inch Nails était le groupe très attendu de ce jour car c’est pour eux une première fois au Hellfest. Un groupe qui ne tourne pas souvent et qui attire les foules. Ce n’est pas une claque musicale cette fois, c’est carrément le coup de poing. Le gros son lourd, indus ponctué d’electro parfois et la voix très sombre et suave de Trent Reznor cloue le public sur place. Le son est à son apothéose dès la première chanson et personne ne reste indifférent. Les caméras captent des bribes de visages, le jeu de lumière est savamment étudié pour garder une part de mystère qui caractérise bien l’esprit Nine Inch Nails. Beaucoup de titres phares du groupe sont passés en revue, ce qui enchante les fans, et un magnifique ‘Hurt’ est venu combler le public de ce soir.

Une journée plus Metal Indus aujourd’hui ce qui change des papys du rock d’hier. Un style différent mais efficace à souhait. Une journée très humide mais qui n’a déçu personne de par la qualité des groupes et des sets du jour.

[MD et AP]
[Photos Chris Guillaudin – Sifaka Com]
Retrouvez la galerie photos du Hellfest sur le site Sifaka Com

Related Posts