Le Festival de la Cité Lausanne 2017 s’est terminé ce dimanche 9 juillet, marqué par l’enthousiasme et la curiosité magnifique de ses très nombreux festivaliers et festivalières.

Le programme artistique, riche et audacieux a rassemblé de nombreuses spectatrices et spectateurs sur toutes les scènes. La géographie de cette année avec la fermeture de la rue Pierre-Viret jusqu’au Pont Bessières a permis une bonne circulation du public sans susciter de vague de mécontentements des automobilistes.

(c) Festival Cité Lausanne

Un Pont Bessières noir de monde pour les acrobaties poétiques de Chloé Moglia ou l’intensité des Corbeaux de Bouchra Ouizguen. Un cadre sublime et en hauteur pour l’envolée puissante des danseurs de Bruno Beltrão. Une très désirable Nomade pour la finesse d’Un Loup pour l’Homme.

Un lieu accessible pour l’expérience troublante de Tino Sehgal. Un jardin protégé pour la créativité débordante des deux Louis, Schild et Jucker, toute la semaine dans le Réceptacle.

Alors que la scène du Grand Canyon a concentré toutes les attentions de son public et permis de déployer l’énergie communicative de Throes + The Shine, Mauskovic Dance Band, Gablé ou Orlando Julius. King Ayisoba royal et proche et KT Gorique ont eux conquis le public sur la scène de la Face Nord, moins escarpée que sertie comme un joyau à la Cathédrale.

Ces spectacles et concerts figurent parmi les plus belles réussites de cette 46e édition qui a accueilli environ 100’000 visiteurs.

Rendez-vous l’année prochaine du 10 au 15 juillet !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.