Une conjonction de très bonnes vibes pour Cardiac, qui sortait vendredi 7 décembre son dernier opus Mañana No Será Otro Día Igual, (voir la critique ici) et était l’invité de Cypress Hill pour assurer leur première partie au Zénith de Paris. Expérience qui se renouvellera ce mois à Zürich, Vienne et Amsterdam. Le Daily Rock les a retrouvé également en interview à lire ici.

24H Chrono

Quand le 4 décembre je reçois un message de CardiaC qui demande « tu serais chaud pour venir avec nous au Zénith le 7  pour faire des photos ? », il ne faut pas longtemps pour plaquer ce qui était prévu et répondre oui. Récit de ce roadtrip  de 24H.

7:15 Vendredi, nous nous retrouvons au local pour charger le matos dans le van loué pour l’occase. On a un champion de Tetris avec nous et c’est terminé en quelques minutes. On passe prendre 2-3 trucs pour la route à la Coop et on fait un détour au local de Prométhée pour prendre le matos d’Elric.

8:30 Tout le monde est là : les 5 musiciens de CardiaC (Riki*, Machete*, Schmitz*, Pepito*, Jul* – *noms réels connus de la rédaction), Boulard (ingé son), Paco (ingé volant) et Jo (ingé de tout le reste) et moi-même remplissons les 9 places du bus au départ pour Paris. On dort, on cause, on fait des pauses, on re-cause, on re-dort et après un voyage sans encombres ni gilets jaunes, on arrive à Paris.

14:30 Super accueil des gens du Zénith, tout le monde est sympa. Nous débarquons vite fait le matos, on prend possession de la loge et on mange un morceau. Nous retrouvons sur place Alvaro qui est venu d’Espagne filmer quelques plans en prévision d’un prochain clip. J’en profite pour aller voir les différents accès et points de vue sur la scène et je fais un petit tour dans cette salle mythique. Ricardo et Jo amènent le merch à la boutique du Zénith et nous attendons la fin du soundcheck de Cypress Hill pour installer le matos sur scène.

17:00 Soundcheck de Cardiac. On prend un peu de retard et tout à coup un des managers de Cypress Hill vient nous dire que c’est l’heure et qu’il faut arrêter. Heureusement, Boulard avait fini les réglages de tous les instruments et on négocie 2 minutes de rab juste pour régler tout le groupe ensemble. J’en profite pour faire quelques photos et je m’inquiète un peu : la machine à fumée n’a pas arrêté de tout l’après-midi et on a déjà un brouillard épais sur la scène du Zénith.

19:45 Je ne savais pas que le Zénith pratiquait le ¼ d’heure vaudois: c’est exactement avec 15 minutes de retard que le groupe monte sur scène. Le public n’est pas encore au complet, mais réserve un excellent accueil à ce groupe de première partie qui n’était qu’à moitié annoncé et donc pratiquement imprévu pour la plupart des gens. Très bon show chaud des genevois : une demi-heure à fond les manettes, sans accrocs et avec un excellent son de Boulard. Je suis rassuré, il n’y avait pas trop de fumée et la lumière était bonne.

20:15 Fin du show, on débarrasse en vitesse la scène, on se congratule en portant les amplis et les baffles. Tout le monde est satisfait du concert et on s’est bien éclaté.

20:45 On décompresse en mangeant tous ensemble dans le backstage. Le concert de Cypress Hill commence alors qu’on a encore la tête dans le plat de pâtes et poulet cajun. On charge le van avant d’aller écouter Cypress Hill. Je pense que c’est sold out, la salle est archicomble, le public suit à fond, chante, danse, s’éclate et le show est excellent.

22:30 Fin du concert de Cypress Hill. On récupère le merch et on constate qu’on a quand même vendu quelques articles. On boit encore quelques verres, tranquille au backstage. Sen Dog de Cypress Hill nous rend visite, on discute quelques minutes, on lui offre le dernier CD et on prend quelques photos. Echange super sympa et décontracté.

24:00 On repart du Zénith en faisant un petit détour par le Nord (Charles-de-Gaulle) pour déposer Bastien et Alvaro qui doivent prendre l’avion le lendemain. Et on repart sur Genève. On roupille la plupart du temps, on se relaie pour tenir compagnie à Paco et après un voyage sans encombres (et toujours pas de gilets jaunes) on repasse la frontière. Merci Paco pour ce voyage sans soucis !

7:45 On remet le matos dans les 2 locaux, on se sépare et on rentre chacun de son côté, heureux d’avoir vécu cette belle expérience de 24H.

L’album photo complet est visible sur mon espace flickr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.