preview_anti-flag

L’aventure Anti-Flag résiste très bien aux affres du temps en pratiquant un punk rock instantanément reconnaissable sitôt que ça se met à gueuler dans les micros. Si leur musique se rapproche fortement du punk à roulettes très en vogue il y a dix ans, leurs textes ainsi que leurs actes les relient à une scène autrement plus politisée.


 

N’ayant pas attendu que le grassouillet Mike se trouve une conscience politique, les activistes de Pittsburgh ont décochés leurs premiers accords au siècle dernier pour pointer du doigt un système qui nous emmène droit dans le mur. Leur voie, ils l’ont aussi tracée en proposant des shows menés pieds au plancher qui tapent plus dans le festif que dans le meeting politique.

Côté discographie, ils ont squatté les labels punk US chers aux skateurs avant d’opérer une incursion chez les majors puis un retour en territoires plus indés. L’ovni ‘A Benefit for Victims of Violent Crime’ écrit dans l’urgence et la colère est l’incarnation du potentiel de ces punks engagés qui ont même commis une prod avec Tony Visconti plus connu pour ses collaborations avec David Bowie.

Pour supporter le phénomène étasunien, il y aura Red City Radio et leur punk rock à la Samiam, Trophy Eyes dans une veine un peu plus énergique ainsi que Homeless Gospel Choir qui adoptent une démarche nettement plus apaisé.

Une bonne grosse soirée d’un genre punk qui promet de foutre le feu au Lac de la Gruyère.

www.ebull.ch