Bien qu’ils nous aient rendu visite souvent en jouant aussi des concerts en headliner entre les festivals ou en première partie de groupes comme Slayer, Anthrax n’ont pas tourné en headliner en Europe depuis 10 ans. C’est vachement beaucoup de temps pour un groupe qui entre temps a publié deux albums. Pour pousser encore plus le dernier ‘For all kings’ le groupe retourne sur les scènes du vieux continent et à rendre l’occasion encore plus tentante, le groupe à décidé de fêter les 30 ans de ‘Among the living’, l’album qui leur a permis le breakthrough à la moitié des années quatre-vingt, en jouant l’album en entier. Celle-ci était dejà une excuse plus que valide pour visiter leur concert au Komplex 457 de Zürich. Malgré tout ce soir les fans de thrash metal sont un peu hésitants et la salle ne va être remplie que partiellement aussi en capacité réduite.

Pour ouvrir la soiré The Raven Age, groupe englais avec seulement une EP sur le marché. Qu’est-ce que fait un groupe inconnu en première partie de Anthrax ? Et bien facile, le père du bassiste George Harris n’est autre que Mr. Steve Herris, icône du metal et leader de Iron Maiden. Le cinq jeunes anglais se révèlent bons musiciens ils manquent de personnalité et charisme à tous les niveaux, de la présence sur scène à la qualitée des morceaux. Leur metalcore ne laisse vraiment aucun signe. Désolé les gars, mais un papi super connu parfois n’est pas assez.

‘I can’t turn you loose’ de Otis Redding dans la version de Blues Brothers introduit comme il y a 30 ans le concert du groupe. Au contraire du debut de la tournée, où ‘Among the living’ était joué en entier dans la deuxième partie du concert, ce soir le groupe démarre tout de suite avec le riff mythique de la title track suivie par ‘Caugh in a mosh’ et d’un coup nous sommes tous téléporté en 1987! Avec ‘One world’ on s’aperçoit qu’ils ont changé l’ordre des morceaux et ‘I am the law’ sera joué juste après. Selon Scott Ian l’album joué live avce le même ordre du sur CD n’avait pas un bon groove sur le public et ils ont décidé de changer le set-list. Peu importe, les gars sont en forme et les vieux morceaux ont très, très bien vieilli. Joey Belladonna reste toujours un front-man très charismatique et s’entretien avec le public d’une manière très sympa. Scott Ian et Jonathan Donais aux grattes sont précis et puissants. Frank Bello de son côté bouge et saute à droite et à gauche comme un fou mais en même temps crée un tapis rythmique puissant pour John Dette à la batterie, qui remplaçait Charlie Benante, absent dans cette partie du tour pour raison de santé. John est connu pour avoir joué dans Slayer et Testament et en donne une prestation de haut niveau. ‘A Skeleton in the closet’ change de place aussi avec ‘Efilnikufesin’ comme ‘A.D.I./Horror of it all’ avec ‘Indians’. Dommage que sur celle-ci Joey ne monte plus sur scène avec la coiffe en plumes d’aigle des indiens sioux. La première partie se termine comme sur l’album avec ‘Imitation of Life’.

C’était sympa d’écouter après 30 ans l’album entièrement mais personellement il ne s’agit pas d’une de ces oeuvre dont l’opération marche bien en live. Les classiques restent des classiques, des vrais ‘mosh-pit hits’ mais d’autres morceaux n’étaient pas trop joué live pour des bonnes raisons ! Après une petite pause le groupe rentre sur scène pour jouer les morceaux votés par le public sur leur site. ‘Fight ‘em ‘til you can’t’ depuis ‘Worship Music’ et ‘Breathing lightning’ depuis ‘For all kings’ nous présentent Anthrax version plus récente. Mais d’autres vieux classiques ne pouvaient pas manquer et donc ‘Madhouse’ et ‘Be all, end all’ vont faire le plaisir des gars dans le moshpit. J’aurais volontiers écouté quelques classiques en plus (‘AIR’ ou ‘Medusa’ en example) mais comme souvent dans le passé le sing-along ‘Antisocial’ des français Trust arrête le concert. Une soirée sympa par un groope qui malgré toutes les difficultés du passé a bien vielli. Il faut espérer qu’ils ne vont pas attendre encore 10 ans pour présenter à nouveau une tournée entière en Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.