Mettre sur pied en terres vaudoises, dans l’enceinte extérieure du collège d’Apples, un Woodstock sans boue, sans hélicoptères, sans accouchement, mais avec la musique des Jefferson Airplane, The Band, The Who, Jimi Hendrix, Joan Baez ou encore Joe Cocker et Santana, c’est le pari que l’association thewall.ch s’était lancé. Une association articulée autour de Jacques Saugy, professeur de guitare, qui aime pouvoir offrir aux élèves plus que de simples auditions et avait déjà à son actif la relecture scénique de ‘The Wall’ et de ‘Tommy’. Avec plus de trente musiciens et chanteur se partageant la scène, avec un formidable mélange de générations (le plus jeune participant avait 13 ans et son ainé 73 ans), avec beaucoup de sérieux dans la relecture des titres, mais aussi une belle envie de se faire plaisir et pas mal de clins d’œil vestimentaires à une époque bien lointaine pour certains, tout était réuni pour que le spectacle soit de qualité. Et comme la setlist agréablement équilibrée, faisant le grand écart entre les facettes plus folk et celles plus sauvagement rock du festival original, permettait à chaque spectateur d’y trouver style à son goût, les deux heures trente de musique ont semblé passé bien vite. Le public enthousiaste a pu apprécier les moulinets d’un jeune Townshend, la verve vocale d’un Cocker rond comme l’original des dernières années, le solo de guitare furieux de Ten Years After lancé par le maître de cérémonie himself, le mimétisme du sauvage solo de batterie de « Soul Sacrifice » ou aussi les subtiles harmonies vocales de Crosby, Stills, Nash & Young s’envolant haut dans les airs. Avec un mélange d’images live diffusées en façade s’entrelaçant avec celles du film le tableau était complet pour replonger au cœur de ce fameux été 69. Et pour ceux qui aimeraient jouer le mimétisme parfait cinquante ans après, le spectacle sera remonté à La Chaux sur Cossonay, en août 2019.

www.woodstock-thewall.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.