Ce samedi 20 janvier, le temps est une sorte de ramassis de tout ce qui donne le plus le cafard et l’envie de ne jamais ressortir de chez soi. Et pourtant, notre motivation est à son comble et peu importe la distance, rien ne nous détournera de notre but. Et on est loin d’être les seuls à avoir trouvé l’énergie de nous extraire du fond du canapé pour rejoindre le Komplex 457 de Zürich.

Ce soir, la pluie et le froid font partie du show. Ce soir, c’est Wardruna qui invite et le concert annonce sold-out depuis déjà plusieurs semaines. Quelques types ont cassé leur tirelire pour se saper de capes supposées vikings et autres peaux de bestioles de toutes les couleurs, si bien qu’on se demande quand même si on vient à un concert ou à jeu de rôle, mais peu importe, l’ambiance est là. Dès les premières percussions, chacun se voit plongé dans un autre univers. Quelque chose de sacré et de guerrier, une espèce de rite initiatique qui éveille quelque chose de sauvage et d’ancien en chaque note, chaque vocalise.  Visuellement, une sorte de treillis militaire blanc occupe toute la scène et structure les silhouettes du groupe qui apparaissent et disparaissent au fil des morceaux. Dans une approche géométrique, les cuivres, de grandes cornes appelées ‘lurs’, ou de simples cornes d’animaux ouvragées, dévoilent une dimension historique tout en produisant des sonorités sombres et graves. Chaque membre de Wardruna joue et chante à la fois, dévoilant ainsi nombre d’instruments différents à chaque morceau. La voix grave d’Einar Selvik est rejointe ou laisse place à celle si particulière de Lindy Fay Hella, qui propose un répertoire d’intentions uniques.

À l’instar de la lumière, le son est d’ailleurs bien géré, malgré quelques passages un peu trop forts. Tout est mis en œuvre pour plonger le spectateur dans une ambiance méditative. Et la magie a opéré : ‘Standing ovation’ pour le groupe, le public suisse, conquis, s’en éclate les phalanges. Au final, les mots d’Einar Selvik sonnent très justes lorsqu’il évoque ce projet : « …Rassembler le public autour d’une œuvre qui, bien loin de ne mettre en exergue que le passé, propose de créer quelque chose de nouveau, de moderne et de positif. »

www.actnews.ch

www.wardruna.com

www.komplex457.ch

Retrouvez toutes les photos de ce concert -> ici