Sur la scène de la Valley, les membres de Valley of the Sun ont livré un show incroyablement puissant et addictif. C’est avec humilité que Ryan Ferrier, au chant et à la guitare, Aaron Boyer à la batterie, Chris Sweeney à la basse et Josh Pilot, guitariste, ont répondu à nos questions lors de l’édition 2019 du Hellfest. Après les avoir découverts – si ce n’est pas déjà fait – vous en redemanderez.



 

Qu’est-ce que ça fait de jouer au Hellfest ?

Ryan : C’est juste parfait. La foule nous a donné tellement d’énergie. Josh me disait plus tôt qu’il voulait revenir en arrière pour le revivre ! C’était au top.

 

Comment s’est passé le concert ?

Génial. Peut-être le meilleur concert qu’on ait fait. Sérieusement. Le meilleur de notre vie.

 

Votre musique est très puissante, remplie de positivité et d’énergie. Ça vient d’où ?

Ryan : Le monde est rempli de négativité et je pense qu’en tant qu’artiste tu as la mission de guider les gens vers quelque chose de positif et de les aider à s’élever en quelque sorte, vu tout ce qu’il se passe…

 

On vous connaît depuis 2010, on peut dire d’une certaine manière que vous être un « jeune » groupe… Est-ce compliqué de vendre des albums et de faire de la musique dans cette « ère digitale » ?

Ryan : Oui complètement. L’industrie musicale est juste complètement différente. La meilleure chose à faire pour soutenir les artistes est d’aller les voir en concert, acheter les albums et du merch, ça a toujours été ça le but.

Chris : Personnellement, j’aime cette « ère digitale ». Je ne devrais sûrement pas le dire, mais ça fait des siècles que je n’ai pas acheté de morceaux ou d’albums depuis mon compte Spotify Premium ! Ça rend la musique plus accessible à beaucoup plus de monde. Quand quelque chose de nouveau sort, je peux l’écouter immédiatement. J’ai pas à commander et attendre. C’est direct à ma disposition pour que je puisse l’écouter partout, que ce soit dans ma voiture ou au bureau ! Peu importe où je me trouve. Alors oui, il y a un plus faible pourcentage de ventes – et donc de revenu, mais le digital t’aide à diffuser plus largement ta musique.

Ryan : J’ajouterais que le piratage sur Internet est devenu une norme. Quand on sort un album, en quelques jours seulement, ça se transmet par torrents, YouTube. Et je m’en fous. Les gens nous soutiendront ou pas… ! Qu’ils apprécient notre musique, c’est là ma première préoccupation. Lorsqu’ils nous soutiennent cela nous aide, certes. La seule façon de venir jouer en Europe ou n’importe où, c’est d’avoir un support financier, car ce n’est pas donné de faire ça. Mais si la musique que nous composons ou les paroles que j’écris ont un effet sur les gens, alors j’ai réussi ma mission. Je suis content de pouvoir en vivre, mais ce n’est pas mon but premier. Le but est de créer de l’art et d’être entendu.

C’est le moment des questions surprises ! Il y a des papiers devant vous, vous pouvez en tirer un chacun.

Aaron : « Quel est le titre de ton répertoire que tu préfères? » C’est plutôt facile pour moi : elle est sur le nouvel album. « Into the Abyss ». Elle est longue et psychédélique, comme une vague qui te frappe. Et personnellement, ce morceau me transporte quand je l’entends. Il y a quasiment deux minutes – voire même trois – de musique avant que l’on puisse entendre le chant. C’est différent de ce qu’on a pu faire auparavant et c’est sans doute pour cette raison que je l’aime bien.

 

Chris : « Quel aliment détestes-tu le plus ? » Mis à part le fait que le Mc Do est cent fois meilleur en Europe comparé aux US – et que je pensais adorer le Big Mac aux États-Unis, j’en ai mangé un hier ici, et c’était tellement le meilleur ! Et sinon, je déteste la mayonnaise.

 

Josh : « Quel est le dernier morceau que tu aies écouté sur Spotify ? » Je n’ai pas de compte mais comme j’écoute la musique sans ça, je citerais un titre de Bon Iver qui est « 666 ». Quand tu entends ça tu t’attends à quelque chose de dark, mais c’est en fait tout l’inverse.

 

Ryan : « As-tu des animaux de compagnie ? Nomme-les ! » J’ai deux chiens : Ladybug et Dexter. Ladybug est un croisement entre un shih tzu et un beagle. Elle est très coquine et elle n’écoute pas ! Elle est âgée donc parfois tu te dis « elle est sourde ? » mais en fait elle en a juste rien à foutre ! Et Dexter est un jack russel terrier. Il est âgé lui aussi mais il ne se comporte pas comme un jack. Il adore les câlins, il dort sur moi toutes les nuits et il me regarde toujours, l’air de dire « Papa, est-ce que tout va bien ? Tu m’aimes toujours ? ». Ils sont à la maison lorsqu’on est en tournée, mais ce serait trop cool qu’ils nous suivent dans le tour bus !

 

Merci beaucoup les gars ! Est-ce que vous avez quelque chose à ajouter ?

Chris : J’aimerais qu’on soit au Hellfest pour toujours ! Ce serait incroyable !

Ryan : Je vais ajouter que nous serons en tournée en Europe pendant les mois de septembre et octobre. France, Pays-Bas, Belgique, Pologne, je suis content car c’est la première fois, et en Suisse (Ndlr : Valley of the Sun sera à Zurich le 21 septembre 2019). On a super hâte de bien manger et de rencontrer des gens incroyables… Juste être loin des US !

 

Interview par Floriane Piermay & Hiromi Berridge

Plus d’infos sur www.facebook.com/valleyofthesun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.