ABBA, Europe, Roxette : sans vérifier les chiffres, il semble vraisemblable qu’il s’agisse des trois groupes suédois ayant connu le plus grand succès au niveau international. Et à réentendre sur scène ces titres de Roxette ayant marqué la fin des années quatre-vingt et le début des années nonante, on sait pourquoi : les mélodies sont d’une efficacité redoutable. Au chant, gros changement toutefois : si Per Gessle est toujours présent, son acolyte Marie Frederiksson a malheureusement dû renoncer définitivement à tourner il y a quelques années pour raisons de santé. La blonde platine aux cheveux courts a donc été remplacée – avec sa bénédiction – par une brune aux longs cheveux bouclés, en la personne d’Helena Josefsson. Et comme on l’a relevé, les chansons sont de toute manière si efficaces que le changement est vite digéré. Tous les tubes de Roxette sont présents sur la set list, bien sûr (It must have been love, Joyride, The Look, Fading like a flower, etc.), le groupe ajoutant toutefois quelques surprises comme quelques mesures de Highway to Hell par ci ou quelques titres solo de Per Gessle par là. Autant dire que les spectateurs présents à la Halle 622 (dont certains venaient d’Allemagne ou de Suède spécialement) ne sont pas restés longtemps assis sur leurs chaises (oui, le concert était assis…) ! Belle ambiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.