Crédit photo en titre: Iron photo’s 2.0

 

Après une première édition réalisée grâce à la passion de l’équipe malgré un crowdfunding qui n’a pas abouti, la deuxième année du Lucifest nous a appâté avec des bières artisanales et des groupes suisses. Le succès grâce au régional ? Retour sur cette soirée.


 

Arrivés à la cité universitaire de Neuchâtel, on se retrouve en petit comité ultra motivé. On se rapproche du bar et on profite de boire une bière artisanale, ce qui nous change bien de la mousse usuelle de festival.

Nous sommes arrivés peu avant le début prévu du premier groupe de la soirée, les neuchâtelois de Buried Side. Leur début de live a été un peu retardée, mais c’était juste une mèche rallongée de dive bombs à foison et du deathcore bien lourd comme on l’aime ! Le public est au taquet et le montre, ce qui fait toujours plaisir. Un nouveau single était sorti une dizaine de jours avant le Lucifest, en anticipation de leur deuxième album. Rien à redire !

Place ensuite à Hypocras, provenant de l’autre bout de la suisse francophone avec du metal viking à flûte. L’acoustique ne laissait pas entièrement place à la flûte de s’imposer comme il se devait, mais rien n’a empêché au public de leur réserver un accueil digne de ce nom. Le set très énergique a rendu l’air de la salle gentiment irrespirable, et Hypocras déclara que « ça fait des années qu’on n’avait plus eu un accueil comme cela ! ». Bien mérité.

Une aération et une désaltération plus tard, le dernier groupe de la soirée passe sur scène. Circle of Execution, directement en provenance de ma patrie natale valaisanne. Durant une rapide discussion entre les deux premiers groupes avec Florent, chanteur du groupe, il dit s’être calmé un peu sur scène. Dès le début de leur concert, j’ai pu constater que c’est… pas tout à fait le cas, mais si c’est votre première fois que vous les voyez, cette déclaration est inimaginable. Ils ont entraîné tout le public avec eux dès les premières notes jusqu’au bout de leur set, lui demandant sa dernière once d’énergie. Leur alliage de metalcore avec des touches de death tape dans le mille, et on peut que constater leur énergie brute et leur talent certain. La grande classe.

Un pari réussi du Lucifest pour cette deuxième édition, l’ambiance était vraiment au top grâce à tous les gens présents ayant osé se mouiller malgré la tempête de début de soirée. J’en profite pour remercier l’équipe du Lucifest qui s’est vraiment démenée. Comme point final : soutenez vos petits festivals suisses et vos groupes locaux, il y a vraiment des perles et personne d’autre ne le fera à votre place. Prêts à vous lancer ?

www.lucifest.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.