17 juillet 2015, Spécial METAL for NEPAL au Montreux Jazz Festival
DERRICK7

Pour cette avant dernière soirée du Montreux Jazz 2015, la Rock Cave proposait une soirée un peu particulière dans le sens où elle accueillait une étape du mouvement Metal for Nepal. Occasion pour nous de faire un peu le point sur ce que nos amis entreprennent pour ce petit coin du monde, tout en se tapant une bonne tranche de métal bien tassé.

A la suite du terrible tremblement de terre qui a secoué le Népal en mai dernier, causant la mort de plusieurs milliers de personnes ainsi que d’importants dégâts au pays, deux associations ont vu le jour en Suisse Romande. D’une part No Silence for Nepal et d’autre part Metal for Nepal. De prime abord sans aucun lien entre eux, ces deux mouvements vont finalement devenir complémentaires.

Le but de Metal for Nepal, fondé par Randy Schaller est, vous vous en doutez sûrement, d’organiser un maximum de concerts de mtal. Les cachets des artistes ou une partie des recettes des bars, voir des entrées sont alors reversés en faveur du Népal.

C’est à ce moment qu’entre en scène No Silence for Nepal, crée par Guido Wyss. L’association qui possède de nombreux contacts à Katmandou, est la bénéficière des fonds récoltés par les métaleux. L’association se charge ensuite de transférer les fonds vers le Népal, notamment par le biais de Silence Entertainment, société organisatrice d’événements musicaux située à Katmandou. On leur doit par ailleurs le Silence festival, la Mecque des festivals de métal au Népal.

Le vague de soutien pour le mouvement Metal for Nepal a été stupéfiante, de l’aveu même de son créateur. Il raconte: « J’ai dû me dépêcher de créer une page Facebook correcte pour gérer les nombreuses réactions, et messages de soutien ». En tout, il y a eu pas moins de trente soirées en faveur du Népal, pour plus de soixante concerts répartis sur toute la planète! Du Nouveau Monde de Fribourg à Dubaï en passant par Paris. Sans oublier, cette date à Montreux. Un truc de dingue qui aura surpris tout le monde.

Pour sa part, l’asso’ No Silence for Nepal, a démarché un maximum d’entreprises et de particuliers afin d’obtenir des promesses de dons : en espèce, mais aussi du matériel d’aide: couvertures, outils, etc.  Une trentaine de tatoueurs du monde entier sont également venus garnir le compte en banque de l’association. Certains ont organisé des journées entières de tatouage en faveur du Népal.

Actuellement un chargement de 20 mètres cubes est fin prêt à l’envoi. Mais la mousson sur place n’aide en rien! Il leur faudra sans doute attendre qu’elle se termine avant de pouvoir réussir à acheminer ce matériel Au Népal. Sur place, la reconstruction de plus de 340 maisons touche à sa fin, cela représente environ 3000 personnes à l’abri des affres de la météo. Mais des dizaines de milliers d’autres attendent encore de retrouver un toit.

Maintenant place à la musique!!!

Ce vendredi on retrouvait donc trois groupes à la Rock Cave du célèbre Montreux Jazz. Une belle bande de potes prêts à envoyer du bois pour la bonne cause. D’ailleurs, les cachets des trois groupes seront intégralement reversés pour le Népal.

A 21h30, la Cave est pleine à péter, c’est l’heure de se mettre en jambe avec le duo instrumental explosif de CLOSET DISCO QUEEN. Leur son psychédélique est envoûtant. Rapidement les têtes se mettent à hocher frénétiquement dans tous les sens. Bref, la soirée commence bien!

Après une pause bières bien méritée et le temps de quatre cinq clopes hors de la Cave, et surtout histoire de se ventiler les aisselles, place à HELMUT. En route pour leur troisième album, les Suisses nous balancent un son bien lourd, entre blues et stoner. On était donc reparti pour une bonne dose de hochement de tête comme on les aime.

Pour terminer en beauté cette soirée spéciale Metal For Nepal, place à DERRICK!

DERRICK est une sorte d’OVNI musical surpuissant, acide, grinçant même, bref inqualifiable. Le groupe se compose de trois potes de longue date: Guillaume Ducommun à la guitare/basse, Guido Wyss à la batterie et Benjamin Plüss à la voix. DERRICK est sans doute le seul groupe au monde à pouvoir se targuer de proposer à la fois un set qui chie à mort, tout en offrant des saucisses de veau grillées par un doigt d’honneur géant et une bestiole étrange à son public. Mais cela ne s’arrête pas là! Pour cette date spéciale, une tricoteuse partageait, en rythme, la scène avec eux. Et pour terminer en apothéose, un interlude super choue au Casio nous a fait vibrer jusqu’au bout sur du Richard Clayderman, reprenant même le célèbre générique de la série allemande du même nom.

Pour plus d’infos sur les deux associations citées, c’est par là:

METAL FOR NEPAL

Et là:

NO SILENCE FOR NEPAL