mindgrindparadigm

©Human Desolation

Première galette longue durée pour ce quintet stockholmois (l’adjectif est valide au Scrabble, mais allez le placer), officiant dans le death dit mélodique. On désigne sous le nom de désolation soit une étendue sans âme qui vive et plutôt pelée, soit une peine extrême. Ça tombe bien d’un point de vue philosophique, vu que Schopenhauer avait coutume de définir l’existence comme une alternance entre souffrance et ennui. Est-ce un tel infâme cocktail que les Suédois nous préparent avec Mind Grind Paradigm ?


Ce dernier débute avec ce que tout groupe devrait se voir interdire sous peine de pilori : l’inévitable intro balourde qui ne veut rien dire, avec des bruits pas nets et le caricatural ‘bip-bip-biiiiiiiiiiip’ signalant la fin clinique de toute forme de souffrance ou d’ennui. Balaise les gas, on n’avait jamais entendu ça. Après ce puissant moment d’originalité, on entre dans le vif (ha ha) du sujet avec ‘Afterlife’. Du death bien générique, aux grattes accordées très bas, soutenues par de la double-caisse sèche et précise, et une gorge entre asthme aigu et quinte de toux grasse. Oui ça dépote joliment, mais Amon Amarth faisait déjà pratiquement la même chose il y a une grosse vingtaine d’années.

Le rythme se maintient à la même allure sur ‘Madworld’, avec un bref blast beat au milieu. Discrètes sur la première piste, quelques nappes de synthé viennent donner une touche de recherche à une compo montrant un bien trop grand respect pour les canons du genre. Les premières secondes de ‘Sienipilvi’ laissent espérer une inspiration indus mais qui revoilà ? La double-caisse et son ‘tagadagada’ métronomique, se laissant ici et là aller à doubler la cadence, mais elle est bien seule, les grattes ne se fatiguant pas trop.

C’est le moment idéal pour proposer un instrumental: ‘Desolation’ (oh) empile les arpèges avec cordes qui couinent sur le manche et ligne de piano rappelant les premières tentatives pataudes d’Anathema, période ‘Eternity’, avant de revenir à du plus gros son et un batteur qui semble vouloir enfin s’énerver la moindre. Qu’on n’attende pourtant pas de démonstration de virtuosité hors-normes, d’arrangements inédits, d’instruments inattendus, ou de mélodies qu’on puisse retenir.

Les autres pistes sont à l’avenant. On les appréciera au mieux si on ne s’attend absolument à aucun chamboulement sonore ni à la moindre prise de risque. Il faut attendre la huitième piste pour que le binaire soit chahuté, avec des breaks un peu abruptes et de la dissonance un poil plus audacieuse (quand on ose appeler une chanson ‘I Am Evil’, c’est quand même la moindre!).

10423696_10154702720303647_2194518854979473236_n

©Human Desolation

Seul le dernier titre, ‘Judgement Pathos’, s’excite enfin un peu, permettant d’imaginer un pogo sauvage sous un déluge de gobelets de bière (enfin, avant que les arpèges et le piano n’en remettent une couche sur l’air de ‘putain-trop-mélancolique-de-la-mort’). Mais pour convaincre, c’est au moins la moitié de l’album qui aurait dû débouler à cette vitesse hargneuse.

On apprend que, selon le communiqué de presse, les deux fondateurs de Human Desolation s’étaient motivés à monter un groupe « avant tout parce qu’ils s’ennuyaient en tant que musiciens et voulaient créer un style de musique plus intéressant. » Plus intéressant que quoi ? Que les milliers de chansons interchangeables offertes par des centaines de groupes à logo indéchiffrable depuis un bon quart de siècle ?

On voudrait être désagréable avec ce groupe pas plus antipathique qu’un autre, on qualifierait leurs productions de proprettes. Une rage plus authentique eût été désirable, quitte à se permettre moins d’exactitude dans l’exécution. Car enfin, ce n’est pas que tout cela soit le moins du monde mal fait, mais l’impression de ‘déjà-entendu-cent-mille-fois’, le son léché, la monotonie des époumoneries de Kristian Reunanen, les riffs ne s’absentant jamais de la corde de mi à vide, tout se combine pour un résultat affreusement convenu, et dont on aura toutes les peines à se souvenir, même après quelques écoutes.

FICHE CD
Mind Grind Paradigm
Self Released (Nordavind Records/Plastic Head)
www.humandesolation.com
www.youtube.com/humandesolation